Menu
FLASH INFOS

Hama Bodèdjo : Le Saint Patron des artistes africains

Hama Bodedjo ou Hama le Rouge est un chef peul qui vécut dans la boucle du Niger sur un royaume à cheval entre le Burkina, le Mali et le Niger actuels. Il est connu pour sa bravoure, sa générosité et surtout pour avoir obligé ses griots musiciens à inventer un hymne à la hauteur de sa stature. Par ce geste, il peut être considéré comme le patron des artistes africains.

 

                     

Au Burkina, au Mali et au Niger, les griots chantent encore la geste de Hama Bodedjo (Le Rouge) et cela continue à transporter les auditeurs par la force de la musique et la beauté des mots. Mais cet hymne est né d’une injonction : faire du nouveau !

Ce fut une totale remise en cause du statut du griot qui consistait à apprendre les hymnes et les accords qui vont avec et à les transmettre.

Avec Hama le Rouge, naît l’artiste africain, celui qui se détourne de l’existant et explore des chemins nouveaux. Hama Bodedjo était célébré par les griots avec les mêmes hymnes qui ont célébré ses pères. Un jour, il ordonna aux quarantehuit griots du royaume de lui trouver un nouvel hymne. Les griots, après une journée de conciliabules, s’en revinrent lui jouer un hymne. Aucune composition ne trouva grâce aux yeux du monarque.

Il leur intima l’ordre de quitter le palais et le confort de musiciens de cour pour aller chercher l’inspiration de par le monde. Une lune devrait leur suffire à trouver l’inspiration et revenir.

Les griots partirent dans les quatre directions, ils allèrent par les fleuves, par les champs, par le désert et après un mois, ils revinrent au palais. Le roi écouta les nouvelles compositions mais ne trouva aucune qui mérita d’être retenue comme sa geste. Aucune sonorité des guitares n’était digne de lui. Il leur donna trois jours pour trouver l’hymne sinon il allait les faire exécuter. Les griots se triturèrent les méninges et décidèrent d’oublier le vieux répertoire de chants et de musique transmis de générations en générations et de créer. Ainsi l’un qui était sous un arbre entendit les chants des oiseaux et les imita avec sa guitare. Un autre écouta le vent dans les feuillages et fit naître le murmure du vent sur les cordes de sa guitare.

D’autres écoutèrent les cris des animaux dans la brousse et les imitèrent. Un griot, assis chez lui, se mit à écouter les rumeurs de sa maisonnée : les pleurs des gosses, le chuchotis des amants, le raclement des vaisselles, la cognée des coups de pilon dans les mortiers, bref le bruissement de la vie et il l’exécuta sur sa guitare. Leur chef Diado Sékou qui voulait prendre la poudre d’escampette à bord d’une pirogue se rendit au bord du fleuve, là il entendit la voix du fleuve, le clapotis des vaguelettes sur les pirogues, le bruit des ailes d’oiseux frôlant l’onde. Il sortit sa guitare et en pinçant les cordes, essaya de les reproduire. Il y réussit et s’en retourna au palais. Devant le monarque, Diado Sékou aligna ses 48 musiciens et ils entonnèrent le nouvel hymne fait des chants d’oiseaux, des bruits du fleuve, des rumeurs de la vie et de celles des animaux, un hymne à la vie, une ode à la nature. Hama Le Rouge se sentit transporté ainsi que toute la cour par la beauté de l’hymne, la puissance des mots et la richesse des notes. Le chant était beau parce qu’il était le reflet de la vie. L’art imite la nature. Ceci est un mythe, c’est-à-dire une vérité malmenée par les apprêts de ce genre mais il n’en demeure pas moins que ce mythe-là est fondateur du rôle de l’artiste qui est de jeter par-dessus bord l’héritage pour en produire du neuf. Par là, Hama le Rouge est le père de l’art Africain.

 

Alcény Seydou Barry

 

Commentaires   

+1 #1 Mamadou Hébié 04-11-2016 17:30
Félicitations Alcény! Vous également avez fait du nouveau dans la littérature journalistique. J'aimerais lire plus de chroniques de ce genre qui cultivent sur notre continent, ses mythes, et histoires plus ou moins vraies ou vraisemblables.

Cordialement.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut