Menu
FLASH INFOS

40 ans CEDEAO : Le terrorisme comme plat de résistance

Cela restera l’une des formules chocs, sinon La formule choc du 48e Sommet ordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), celui du quarantième anniversaire.

 

Une phrase marquante prononcée par son président en exercice. «Face à cette logique de la mort, il nous faut rester unis et solidaires dans l'action», a notamment martelé le Sénégalais Macky Sall soutenu en cela par le président Muhammadu Buhari, hôte de la rencontre, qui, quant à lui, a souligné la nécessité d’une solidarité régionale dans les efforts visant à contrer les menaces du terrorisme.

Il faut dire que ce quarantième anniversaire avait deux principaux sujets à son ordre du jour. La CEDEAO s’est d’abord félicité de ce que l’année 2015 témoigne de l’ancrage démocratique de l’institution sous-régionale, car cinq des quinze pays membres de notre organisation ont tenu ‘’des élections apaisées, libres et transparentes’’ C’est ainsi que des présidents comme Faure Gnassingbé du Togo, Muhammadu Buhari du Nigeria, Alhassane Ouattara de la Côte d’ivoire, Alpha Condé de la Guinée et Roch Marc Christian Kaboré ont reçu les honneurs de leurs pairs. Mention spéciale a été faite au président de la Transition, Michel Kafando, et à son équipe pour leur travail en faveur de l’ancrage de la démocratie au pays des Hommes intègres.

Mais plus que pressante, c’est la question de la sécurité qui aura retenu l’attention des chefs d’Etat dans une région en proie au péril djihadiste, ce cancer qui ronge le nord du Nigeria et qui se métastase au Niger, au Tchad et au Cameroun, sans oublier le Mali qui, depuis de longues années, subit la pression des groupes venus de son septentrion. Ce 48e sommet intervenait d’ailleurs au lendemain de la réouverture de l’hôtel Radisson Blue de Bamako, dernière victime en date de « cette logique de la mort » telle que décrite par Macky Sall.

Alors, à péril communautaire, il ne pouvait y avoir que de réponse toute aussi communautaire. Et il faut espérer qu’au-delà des discours prononcés à la tribune, les Etats mutualisent leurs forces respectives, leurs ressources et, last but not least, le renseignement.

Et si jusque-là, rien n’a transpiré des échanges à huis clos, on se demande si pour ce faire il faudra aller jusqu’à une harmonisation des législations, voire même à la prise de mesures circonstancielles comme l’interdiction de la burka de Dakar à Abuja en passant par Ouagadougou. Ira-t-on jusqu’à faire raser toutes les barbes suffisamment fournies pour cacher des explosifs ? En tout cas, il est plus que temps de se serrer les coudes pour véritablement faire barrage au terrorisme et à sa machine de mort.

Quarante ans après sa naissance, la Communauté économique a connu bien des métamorphoses. Et l’actualité révèle chaque jour à quel point elle se sera détournée de ses objectifs premiers largement éclipsés par les préoccupations du moment. Ainsi, la politique et son cortège de processus démocratiques heurtés, voire en panne, auront pris le dessus sur les questions de développement et de libre échange. Aujourd’hui ce sont les questions sécuritaires qui sont au centre des préoccupations, reléguant au second plan la politique et le social dont on sait pourtant qu’ils font le lit de l’intégrisme.

C’est dire si quarante ans après sa création la CEDEAO, au-delà de l’homo economicus, doit donner des réponses globales aux préoccupations de ses citoyens.

 

H. Marie Ouédraogo

Dernière modification ledimanche, 20 décembre 2015 21:55

Commentaires   

0 #6 Kôrô Yamyélé 21-12-2015 08:41
- MOUMOUNI, je vais te dire la vérité car j'ai l'impression que, bien que musulman, tu ignores royalement l'enseignement du Coran. Et comme un passant l'a dit, tu es une proie facile pour les recruteurs Jihadistes.

Tu sais ? Quand les Jihadistes recrutent leurs ''militants'' (ou victimes), ils le font au nom de l'Islam qu'ils magnifient. Et petit-à-petit, utilisant toujours le Coran, ils mettent leurs ''militants'' potentiels à distance de l’humanité et cela passe par quatre phases.

- Dans un premier temps, ils essayeront de créer une frontière physique ou purement symbolique au sein de la société, entre le ‘’eux’’ et le ‘’nous’’, les musulmans et les non-musulmans, effaçant ainsi l'appartenance commune de tous à l’humanité.
- Dans un second temps, ils vont essayer de convaincre que l’autre (le non-musulman) est méprisable, au point de nier son humanité en utilisant des mots de disqualificatio n takfiristes (excommunicatio n) comme ‘’mécréants’’ ou animaliers comme ‘’porc’’ ou ‘’singe’’.
- Ensuite, ils amènent leurs ''militants'' ou ''victimes'' à concevoir l’autre comme une menace pour soi.

Malheureusement , MOUMOUNI je dois te dire en pleine gueule que Daesh et les pays arabes jouent là-dessus.
- Avec l’intervention américaine dans le Golfe, on a vu émerger un sentiment d’humiliation et de ressentiment qui a ouvert la voie à la 4ème étape du processus que j’ai expliqué, l’étape la plus irrationnelle, celle de se dire que l’autre profane notre espace symbolique sacré pour lequel nous sommes prêts à mourir, ouvrant le passage à l’acte jihadiste.

- Et là, je te dis qu'ils sont confortés par la violence du discours religieux. Dans son communiqué de revendication des attentats, Daesh a utilisé le verset 2 de la sourate 59, un verset appelant à la vengeance divine (Va voir dans le Coran si tu ne me crois pas MOUMOUNI ! Moi je ne suis pas une ''tête noire''), et les termes sont quand même assez violents. Ce verset a été sorti exprès de son contexte historique et littéraire. Il faut prendre en compte les trois premiers versets pour avoir une idée claire. Ce verset parle, non pas d’un massacre, mais de l’expulsion d’une tribu juive, où l’action est menée par Dieu et non par les hommes. Or, Daesh l’a utilisé pour agir en son nom (Comme s'il était Dieu !). Pourtant le texte est sans ambigüité car on est historiquement non face à un massacre mais à l’expulsion d’une tribu juive. L’utilisation d’un fragment de ces versets en effaçant tout le contexte pour venir à l’appui d’un massacre du 21ème siècle est une véritable trahison du texte du Coran et de ses intentions par des gens qui se disent eux-mêmes musulmans et celà au vu et a su des arabes. Sinon dans le Coran, la violence n’est pas musulmane ou coranique. Si violence il y a, elle est d’abord dans le discours. Et quand il y a un passage à l’acte, l’action doit respecter les règles de la société de Muhammad.

Attention à toi MOUMOUNI car tu ‘’islamises’’ trop ton regard ! Moi Yamyélé, bien qu'étant Catholique, je peux t'enseigner l'Islam !

NB : WEMASTER, SVP met mon post car il y a beaucoup de gens qui s'égarent dès qu'on parle de Jihadisme ! Il faut remener à la maison les brebis égarées...

Par Kôrô Yamyélé
Citer
0 #5 Kanzim 20-12-2015 14:35
Les chefs d’Etat ont oublié consciemment de définir l’action dans laquelle ils doivent rester solidaires. Cette action comporte une bonne gouvernance, l’alternance démocratique et le souci d’une reproduction sociale populaire et positive, centrée sur l’amélioration continue de l’existence des citoyens qui participent par le travail et l’emploi, dans un contexte de solidarité nationale. Peu d’entre ces chefs d’Etat peuvent dire que leur action porte dans ce sens. Les peuples et jeunesses de la Gambie, de la Guinée Equatoriale, du Togo et j’en passe, ne peuvent prétendre aux bienfaits d’une telle action constructive. Les autres pays membres de la CEDEAO connaissent l’alternance mais c’est dans le cadre d’un partage léonin des richesses du pays accaparées par les gouvernants qui instaurent une reproduction sociale dans laquelle seuls leurs rejetons, amis et cercles peuvent vivre décemment. Et c’est çà à mon sens, qui crée le terreau du terrorisme. Un terrorisme qui crée des emplois pour des experts étrangers ignorants de la réalité historique, économique et sociale de l’espace CEDEAO, et des dividendes pour les pays prêteurs des fonds de lutte contre ce même terrorisme générateur de marchés florissants pour les vendeurs d’armes. Qu’on arrête cette mascarade, en confiant la lutte contre le terrorisme aux jeunesses d’Afrique, dont celle du Burkina a des leçons à partager, depuis l’avènement de la Transition.
Citer
0 #4 Un Passant 20-12-2015 10:53
Moumouni, sache que le Koro a parfaitement raison. Il me semble que de par ton raisonnement, tu es une cible facile pour les Jihadistes pour le recrutement. C'est cette manière de raisonner de certains musulmans irresponsables qui fait que justement l'islam est utilisé comme catalyseur par des bandits.
Citer
0 #3 Moumouni 19-12-2015 08:49
1/- Le gouvernement y est faible incapable de faire face en toute légitimité aux terroristes et autres Jihadistes de malfrats ! Il est aussi incapable de faire régner l’ordre dans la religion islamique et dans les prêches extrémistes.
Monsieur koro yamyélé. sache que dans la réligion islamique il n'y a pas de desordre ni de prêches extrémistes.dan s notre islam il n'y a que l'amour de dieu et de celui de notre prochain.les malfrats, bandit terroristes n'ont rien a voir avec l'islam et ne sont financé que par les pays démocratiques catholiques comme la France et les états unis.si kadafi était vivant le mali ne vivrais pas sa.votre noble France créer des situation de guerre pour pouvoir envoyée ses nouveaux recrue expérimenté leurs nouvelles équipements.sa se sait mais sa ne se dis pas.et pourquoi dis tu que les réfugie syriens sont de daesh?la France a crée le MUJAO ET LE LES USA nt créer le boko haram et avec ISRAËL ils ont crée DAESH. L'AMALGAME EST LA BASE DE BEAUCOUP DE CONFLIT.
Citer
0 #2 neilson 19-12-2015 08:47
Merci, M'Ba Michel pour cette hauteur d'esprit, et pour le comportement exemplaire! Tout le monde a vu à la télé la raideur, la froideur avec laquelle Macky Sall a répondu à tes accolades, ce qui prouve si besoin était qu'il est vraiment "petit" et n'est pas ton égal; ni en âge, ni en sagesse, ni en diplomatie! Et avec ça, vous voulez une coopération sincère (en renseignements et autres) et une intégration régionale réussies?! Wa ki ta!
Citer
0 #1 Kôrô Yamyélé 18-12-2015 08:49
- Disons-nous la vérité sans sourciller ! Au lieu que ce soit le Niger avec les braves soldats niegériens, c'est plutôt le Mali qui est le ventre mou de la sous-région Ouest africaine, région mise complètement en danger total par le Mali ! Et je vais vous dire pourquoi :

1/- Le gouvernement y est faible incapable de faire face en toute légitimité aux terroristes et autres Jihadistes de malfrats ! Il est aussi incapable de faire régner l’ordre dans la religion islamique et dans les prêches extrémistes.

2/- L’armée malienne est très faible, composée de soldats poltrons qui ont peur de mourrir pour que leur nation survive ! Elle est incapable de faire face courageusement aux terroristes et autres Jihadistes malfrats et est anonyme et invisible dans cette cohorte de soldats venus d'autres pays. L'armée malienne est l'ombre d'elle-même réduite aux corvées pour des soldats étrangers ! Pouah ! Quelle honte ! Elle a laissé transformer le Nord du Mali en terrain de trafics de toute sorte : esclaves sexuelles, otages, drogues, cigarette, bétail, immigrants, etc. L'armée malienne est incapable !

3/- Les maliens sont des orgueilleux, des fêtards et des nostalgiques qui refusent de reconnaitre et d’avouer leurs faiblesses, se contentant de se réfugier derrière des vieux rêves du temps de Soudjata KEITA et à des actes de bravoures avec des lances et des flèches du temps des empires nègres !

4/- A côté de toutes ces négations, il y a enfin les religieux dont plusieurs sont des menteurs, des gourmands, des complices cachés des terroristes et autres Jihadistes malfrats qui leur jettent prébendes et miettes pour tordre les esprits des maliens en utilisant les prêches de l’Islam !!

- Au Mali, on assiste de plus en plus à une remise en cause de la laïcité qui pourrait provenir de certains prêcheurs zélés qui se croient tout permis au nom de l’islam. Comme l’a écrit un journaliste malien : ‘’Chaque jour qui passe, on assiste à la multiplication des prêcheurs qui sortent du bois pour prêcher au nom de l’islam. Les autorités ont assisté de façon passive à ces prêches tous azimuts dont la plupart déroute les citoyens dans la façon de se conduire dans la communauté’’.

- Récemment, dans ses propos, le président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), Mr Mahamoud DICKO, tout en condamnant l’attaque terroriste de l’hôtel Radisson Blu, l’avait qualifié de punition divine contre le Mali eu égard à la montée en puissance de l’homosexualité contraire à l’islam et aux coutumes et us. Ses propos ont créé un tôlé général au point que le Procureur Général de la République du Mali, Mr. Daniel Tessougué TRAORÉ est intervenu pour condamner ces propos tout en accusant le président du HCIM de faire l’apologie du terrorisme. En toute réponse, le Président du HCIM lui dit que Mr Daniel Tessougé TRAORÉ est bien vrai le Procureur Général de la République du Mali, mais qu’il n’est pas la République. Ce à quoi ledit Procureur a lui aussi répliqué en demandant le rasage des longues barbes et le contrôle de provenance des fonds pour la construction des mosquées au Mali. En affirmant ceci, le chevronné magistrat pense sincèrement que le terrorisme est encouragé quelque part une catégorie de religieux qui tire bénéfice dans ce secteur. Heureusement que Mr Mahamoud DICKO vient de faire amende honorable en reculant !

- Et je vous dis encore que les réfugiés syriens sont encore entrain d’envahir en masse le Nord du Mali sans que le Gouvernement malien ne veuille se remuer, et IBK dans ses grands boubous encombrants et traînant derrière lui, est plutôt préoccupé à jouer à l’opportuniste en tournant dans les régions et en pleurant dans certains villages, alors que Daesh est entrain d’envahir subtilement son pays ! Que les maliens le veulent ou pas, je le dis pian ! Leur pays sera envahi par l'Etat Islamiste et ils seront responsables des malheurs de l'Affrique de l'Ouest de par leur irresponsabilit é collective !

Par Kôrô Yamyélé
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut