Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Un soldat français accusé de pédophilie : Souillure à Ouaga, jugement à Paris

Il devait avoir la braguette aussi facile que la gâchette, mais le soldat Sébastien L s’est pourtant tiré une balle dans le pied. Depuis hier en effet, le militaire des forces spéciales françaises comparait devant le tribunal correctionnel de Paris où il est poursuivi pour attouchements sexuels sur des mineurs et enregistrement d’images à caractère pornographique.

 

Nous sommes le 28 juin 2015 dans un hôtel de Ouagadougou, l’accusé et un de ses camarades, deux des quelque 200 éléments de l’opération Barkhane basés au Burkina, lézardent au bord de la piscine. Rencontre avec une expatriée française venue se détendre avec sa fille de 3 ans et une autre fillette de 5 ans.

Ils sympathisent, passent la journée ensemble, le prévenu passant la plupart du temps à jouer avec les enfants dans la piscine. La Française les convie ensuite à manger des crêpes chez elle. Elle finira par leur demander de partir après l’avoir surpris plusieurs fois dans la chambre de sa fille où il avait prétexté la consoler d'un cauchemar.

Ce n'est que le lendemain que la mère découvre que l'un des deux hommes a oublié une caméra portative. Elle visionne les images et découvre des scènes filmées sous l'eau où l'on voit des attouchements sexuels sur chacune des fillettes. Elle se rend alors à l'ambassade de France pour y dénoncer les faits. Les deux soldats sont immédiatement suspendus et rapatriés en France avec l'accord de nos autorités. Rapidement mis hors de cause, le second soldat n’a pas été inquiété.

Mais comme c’est souvent le cas, quasiment pris la main dans le sac, ou plutôt sous la jupette, celui qui voulait tirer sur tout ce qui bouge, a d’abord nié les faits avant d’être confondu par l’enregistrement fait dans la piscine. Pour ainsi dire piégé par lui-même, il a sauté sur une mine numérique qu’il avait égarée.

Il faut déjà se réjouir du fait que le soldat lubrique soit traîné à la barre où il risque une peine d’emprisonnement de 10 ans. Mais on ne peut que regretter avec Ben Ouédraogo, le père d’une des deux fillettes, l’exfiltration expresse dont les deux hommes avaient bénéficié, alors que la justice burkinabè aurait tout aussi bien pu se saisir de l’affaire. Ainsi, l’amateur de petites filles aurait goûté aux rigueurs de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, au lieu, comme il l’a fait hier, de comparaitre libre.

Cette malheureuse affaire vient nous rappeler que sous le couvert de missions humanitaires, de maintien de la paix ou de lutte contre le terrorisme, certains militaires ne sont que de vulgaires touristes sexuels, des prédateurs à la recherche de proies faciles.

Il n’y a pas pire manière de souiller ce treillis qu’on respecte tant, mais sous lequel se cachent parfois des monstres déviants.

Alors il faut espérer que les juges de Paris sortiront l’artillerie lourde contre ce militaire indigne.

 

H. Marie Ouédraogo

Commentaires   

0 #2 Sacksida 19-04-2017 18:15
Vous savez, c’est ici que des phénomènes de pédophilie et autres homosexuelles constituent des « crimes contre la morale, les pratiques sociales, et les bonnes moeurses » ; chez eux en occident ils ont fini par admettre et légalisé que deux personnes de mêmes sexes Homme/Homme, Femme/Femme puissent se marier contre les préceptes de Dieu. Tenez-vous bien des hommes de la grandes sociétés ou certains politiques et pas des moindres sont accusés de pratiquer ces déviances sexuelles. En réalité ce sont soient des malades mentaux ou des vicieux qui prennent plaisir à ce genre de pratiques condamnés par tous les livres saints et tous les prophètes. Que Dieu nous en garde et nous éloigne nos sociétés de tels travestismes.
Citer
+1 #1 Anta 19-04-2017 17:22
Il faut éviter messieurs les Gaulois de nous envoyer vos malades mentaux cachés sous le treillis. On vous a demandé de venir nous aider à traquer Ag Ghaly et ses tueurs comme nous vous avons aidés il n'y a pas si longtemps à chasser Hitler et ses terroristes qui avaient envahi votre pays. Est-ce que quand mon père est arrivé à Marseille il a déposé son barda pour commencer aussitôt à violer les petites françaises de 3 ans? Il est vrai qu'il consola quelques veuves de guerre éplorées (au grand dam de ma mère qui lui a pardonné depuis puisque ce fut pour une cause noble qu'il lui planta des cornes) mais ce fut, à ses dires, avec beaucoup de respect et de galanterie. Est-ce que ce sont les filles majeures qui manquent à Ouaga? Elles sont "versées waaa" avec des lom-lom devant et des lom-lom derrière et ne cherchent que ça. Et vous ce sont des bébés que vous violez. Karissa!!Gardez vos fous chez vous, descendants de Vercingétorix, amenez-nous des soldats!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut