Menu
FLASH INFOS

Procès Simone Gbagbo : Oui, vous avez bien entendu

Acquittée !

Elle a donc été finalement acquittée. Incroyable mais vrai. «Le jury à la majorité déclare Simone Gbagbo non coupable des crimes qui lui sont reprochés, prononce son acquittement et ordonne qu’elle soit immédiatement remise en liberté si elle n’est retenue pour d’autres causes».

 

Telle est la substance de la sentence prononcée hier mardi 28 mars 2017 par les six jurés civils de la Cour d’assise d’Abidjan devant laquelle l’ex-première dame était poursuivie pour crime contre l’humanité. Pour un coup de théâtre, s’en est vraiment un. Dans cette justice des vainqueurs qui semble avoir cours sur les bords de la Lagune Ebrié depuis la chute de Laurent Gbagbo et l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara (ADO), l’on se demandait comment dans un tel procès aux relents politiques, Simone pouvait se sortir de ce traquenard judiciaire ? N’avait-elle pas déjà écopé en 2015 de 20 ans de prison pour atteinte à la sureté de l’Etat ?

En bonne logique politique donc, elle ne pouvait que crouler et couler davantage sous les charges autrement plus lourdes, puisque ce coup-ci c’est pour crime contre l’humanité qu’elle était poursuivie. Notamment pour la répression pendant la crise postélectorale de 2010-2011 des partisans d’ADO au marché d’Abobo ou devant la RTI. Il est vrai que l’ancienne passionaria de la politique ivoirienne a toujours été présentée comme la véritable chef de guerre et tout au long des 10 mois qu’aura duré ce jugement, l’accusation s’est efforcée de la présenter comme la véritable donneuse d’ordre tant et si bien que le procureur avait requis mardi matin même une peine de prison à vie.

Il n’aura finalement donc pas été suivi dans ses prétentions. N’étant pas vraiment parvenu, il faut le reconnaître, à administrer les preuves indubitables de la culpabilité de Simone, si ce ne sont des faisceaux de présomptions et des arguties sans aucune valeur judiciaire.

Reste malgré tout à savoir si le Tribunal a rendu tout seul ce verdict comme un grand, ou si elle a pu être politiquement inspiré par le pouvoir contre lequel de nombreux observateurs instruisent un procès en acharnement contre Simone et en instrumentalisation de la justice à des fins politiques.

Dans tous les cas, pour la principale concernée, cet acquittement ne change pas vraiment grand-chose si ce n’est la satisfaction morale d’avoir gagné, puisque rappelions-nous plus haut elle purgeait déjà une peine de réclusion de 20 ans depuis 2015.

 

Evariste Ouédraogo

Dernière modification lejeudi, 30 mars 2017 01:04

Commentaires   

0 #4 Sacksida 30-03-2017 18:12
Ecoutez, elle a été acquittée mais il est de notoriété publique que Simone Gbagbo jouait un rôle politique majeur auprès de son épouse Laurent Koudou Gbagbo durant leur décennie au pouvoir. Contrairement, à ce que certains africains pensent, quand les Gbagbo étaient dans l’opposition leurs discours étaient « progressistes » et même « révolutionnaire s » ; mais à l’issue de leur accession au pouvoir dans des conditions « dramatiques », leurs pratiques a été affreuses pour certains ivoiriens car les charniers et des gens ont été brulés vifs au nom d’une prétendue refondation du pays. Ce qui est certains des milliers de victimes et leurs ayants droits ne sauront applaudir ce verdict qui s’apparente à de la « politique » et il sera difficile d’apaiser les cœurs. En tout état de cause, les « coupables » qui qu’ils soient ne pourront pas échapper la « justice divine », lui qui est imparable. Salut !
Citer
0 #3 LoiseauDeMinerve 30-03-2017 15:03
Ne suis ni pour ni contre, "bien au contraire" comme dirait l'autre. Ce qui m'agace dans cette justice c'est qu'après un réquisitoire du procureur qui demandait la perpète, on en arrive à un acquittement. Un arrangement politico-judici aire comme celui diplomatico judiciaire dont a bénéficié Dr Koumba, le PAN, Bogota GKS, des autorités judiciaires du Faso.
Citer
0 #2 Neilson 29-03-2017 16:41
« Quand la politique entre dans le prétoire, le droit sort par la fenêtre » ! Pauvres victimes de la violence post-élection, on vient de vous tuer pour la deuxième fois et si on ne prend garde, il y aura des ayants droit qui vont vouloir se faire justice après cet acquittement de dame Gbagbo !
Citer
0 #1 Kanzim 29-03-2017 14:41
Maintenant tout le monde a gagné. Le premier gagnant c’est Guillaume SORO pour ce qu’il n’a pas accédé à la requête de Simone GBAGBO quant à se présenter à la barre. Il ne s’y est pas présenté et on n’a pas fait du brouhaha ou si l’on veut du gban-gban pour parler comme nos cousins ivoiriens. ADO a prouvé qu’il avait raison de dire que son pays détient les ressources organisationnel les et judicaires nécessaires pour juger Madame Simone GBAGBO, et que la justice de son pays sait être indépendante, pour ne pas envoyer la Dame Simone à la Haye, comme son époux. L’y envoyer allait renforcer en tout cas à tort ou à raison, le sentiment que la justice ivoirienne est une justice de s vainqueurs. Pour être conséquent jusqu’au bout, ADO devrait pouvoir user de ses prérogatives pour gracier l’ex Première Dame, qui reste en prison malgré tout et pour 18 années encore, pour une première condamnation pour attentat à la sécurité de l’Etat. En tout état de cause et déjà, c’est la Côte d’Ivoire et la Justice qui gagne, et c’est peut-être, sans toutes fois s’apparenter à la vision et aux excitations clownesques de quelque coalition au Burkina, un début de réconciliation dans ce beau pays.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut