Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Paul Kagamé : 7 ans pour partir ?

A ce rythme-là, il risque de franchir la barre des 100%. Alors qu’en 2003 et 2010 il n’avait obtenu, si on ose dire, que 95 et 93% des suffrages exprimés, Paul Kagamé a frôlé la perfection cette fois-ci. Au lendemain de la présidentielle du vendredi 4 août 2017, la Commission électorale rwandaise a en effet proclamé les résultats dès le lendemain, créditant le président sortant de 98,6% des voix. L’indépendant Philippe Mpayimana et le leader du seul parti «d’opposition» toléré dans le pays, Frank Habineza du Parti démocratique Vert (envoyés pour ainsi dire dans les choux), auront donc, en tout et pour tout, obtenu moins de 2% des voix. Un score aussi anecdotique que prévisible comme il l’était, tout comme était aussi prévisible le score kagaméen qui est, dans une certaine mesure, à sa taille. Vite fait bien plié !

 

Pourquoi en effet aurait-il fallu embarquer les 7 millions d’électeurs dans un faux suspense alors que tout le monde savait que sa performance ne ferait l’ombre d’aucun doute dans un pays qu’il gère d’une main de fer depuis 23 ans en gros et où même les gorilles et les montagnes savent qui est le maître ? Au moins avec l’homme mince de Kigali, les choses sont claires. Il ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas et tant pis pour ceux qui veulent juger la «démocratie» rwandaise à l’aune des critères occidentaux. Ici c’est l’Etat FPR qui règne dans un monolithisme de fait, où les droits de l’homme, la liberté de la presse et autres n’ont pas droit de cité.

Mais Kagamé a un argument massue ; il a relevé le Rwanda après le génocide en 1994 qui a fait entre huit cent mille et un million de morts et a à son actif des performances socio-économiques qui feraient pâlir de jalousie ceux qui se targuent d’être les bons élèves de la démocratie. Quels Africains ne rêveraient pas en effet de disposer d’un taux de croissance constant depuis de nombreuses années, d’une couverture maladie universelle de plus 91% de la population, d’un revenu moyen par habitant de 700 dollars alors qu’il n’était qu’à 150 au lendemain du génocide, d’une baisse de 2/3 de la mortalité infantile, etc.

On pourrait multiplier à l’infini les bons chiffres de ce pays cité comme exemple de bonne gouvernance. Et comme on ne vit pas de démocratie et d’eau fraîche, nombreux sont ceux donc qui reconnaissent des circonstances atténuantes à ce despote éclairé. Qu’à cela ne tienne, si après la révision constitutionnelle de 2017 il peut encore théoriquement rester au pouvoir jusqu’en 2031, il gagnerait à mettre à profit les sept prochaines années de son septennat pour passer la main. D’abord parce que les cimetières sont peuplés d’hommes indispensables comme il veut en donner l’image mais aussi parce que les peuples sont par définition versatiles. L’histoire récente du continent montre à souhait que les hommes providentiels, qui se faisaient élire à des scores kagaméens, ont parfois été jetés subtilement dans les poubelles de l’histoire. Saura-t-il entendre cette voix de la raison qui ne doit pas manquer de murmurer à souhait ?

 

La Rédaction

Dernière modification lelundi, 07 août 2017 21:28

Commentaires   

0 #3 Mafoi 07-08-2017 16:25
Mes chers journalistes,al lez visiter Kigali.Même un mégot de cigarette ne traîne à terre,c'est interdit et tout le monde y adhère alors que chez nous,c'est le bordel ambiant.Si Kagamé peut maintenir le même cap,je le soutiendrai toujours,même s'il doit rester encore 20 ans au pouvoir car il est là pour le seul bonheur des Rwandais et non pour son propre bonheur ou faire plaisir à un clan mafieux
Citer
-3 #2 Neilson 07-08-2017 13:56
Que Kagamé ai en mémoire que tout long règne engendre le chaos, et s'il aime vraiment son pays, qu'il prépare dès l'entame de son présent mandat, sa succession et mieux, qu'il ne le termine même pas qu'il ait bien ou mal géré son pays!
Citer
+1 #1 Megd 07-08-2017 13:45
Vous me faites pitié cher redacteur de l'Obs. Vous ne faites que relayer les analyses des médias occidentaux.

Ces mêmes occidentaux qui cherchent à détruire/destab iliser le Rwanda car il ne sera pas un bon exemple pour d'autres pays africains qui aimeraient emboîter son pas.

Je préfère vivre avec un président comme Kagamé qu'avec un président comme Macky ou Ouattara.

On a crié haut et fort que Kadhafi était un dictateur, mais au finish qu'est devenu la Libye après la disparition du Guide?

Il faut oser vous départir du jugement subjectif des occidentaux (la presse) et envoyer des reporters au Rwanda.

Quand on parle de démocratie et de vitalité des OSC en Afrique occidentale, on occulte le cas burkinabè car ce n'est pas un bon exemple pour les autres peuples d'Afrique. La critique des occidentaux envers les gouvernements africains est à géométrie variable.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut