Menu
FLASH INFOS

Réformes politiques au Maroc : Ça risque d'être sur du papier

Ceux qui  avaient, au vu de l'ampleur du "Mouvement du 20 février", prédit un destin semblable à celui des Palhavi d'Iran au roi Mohamed VI en ont eu pour leurs frais depuis quelques jours. Idem pour les "Maroco-pessimistes" qui voyaient en M6 un souverain incapable de remplacer son père Hassan II, et surtout inapte à diriger le Maroc qui a soif de changement, eux aussi semblent être pris à rebrousse-poil.

En savoir plus...

Situation nationale : Un an de sursis pour le 11-Décembre

Décidément, on ne s’ennuie plus avec les Conseils de ministres. Il fut un temps, en effet, où les traditionnels comptes-rendus de ces rendez-vous hebdomadaires du gouvernement n’intéressaient que les hommes d’affaires et autres opérateurs économiques, en raison des passations de marchés publics qui y sont publiés, ainsi que les fonctionnaires pour les nominations.

En savoir plus...

Mali : Des mastodontes s’ébranlent vers la présidence

L’année à venir, aura lieu une élection présidentielle dans un pays ouest-africain ayant une tradition démocratique : le Mali. Autre spécificité digne d’intérêt, le président en exercice, ATT, a décidé de ne pas être de la partie. On se rappelle que l’homme a déjà promis qu’en 2012, il irait «cultiver son jardin» à Mopti, sa région natale. Ce qui signifie en clair qu’il ne se présentera pas aux prochaines joutes.

En savoir plus...

Opposition sénégalaise : Une torpille nommée Gadio

Quelque huit mois seulement avant la présidentielle sénégalaise de février 2012, le rêve de l'opposition de dresser un seul cheval pour prendre le départ avec l'ancêtre Wade  aura, hélas, fait long feu. La faute à ces touristes politiques qui préfèrent être la tête d'un rat que la queue d'un lion, comme aurait dit le Pr Joseph Ki-Zerbo, quand agonisait l'opposition burkinabè.

En savoir plus...

Alpha Condé : Attention aux dérives !

Quelque sept mois seulement après son accession à la tête de la magistrature suprême de la République de la Guinée, Alpha Condé est accusé « de dérives autoritaires ». En effet, ces derniers jours, le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne est sorti de sa réserve pour dénoncer « des atteintes aux libertés individuelles et publiques ».

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS