Menu
FLASH INFOS

Pour l’amour du Faso…

Je n’en croyais pas mes yeux ni mes oreilles en apercevant la délégation du CDP en visite au siège de l’UPC. Seigneur Seigneur ! Les grandes manœuvres auraient-elles commencé !? Puissent les mânes les mener à bien.

L’événement est de taille et porteur de grande espérance ; je suis si content que j’ai décidé de lui sacrifier une bonne part de ma page 6. Pour ajouter de l’espérance à l’espérance. Le problème c’est précisément ma page 6. Elle est petite. Vraiment petite. Alors que les élucubrations sont incommensurables. Je vous dis, en deux temps trois mouvements je suis capable de remplir l’équivalent de 5 pages 6. Et rien que des élucus. Je peux élucubrer les yeux fermés et en dormant. Chaque mardi à 5 heures, lorsque je vais en livraison chez Nakib, je suis toujours en dépassement, c’est-à-dire qu’il y a plus d’élucus que la page 6 ne peut en supporter. Or là dessus, Nakib ne veut rien comprendre. Il sort aussitôt son long couteau et se met à charcuter, à charcuter, enlevant des pans entiers d’élucus qu’il jette à la poubelle. J’en ai parfois les larmes aux yeux. J’aime les élucus. Les élucus, c’est ma raison d’être. Les élucus m’aident à me libérer de mon Faso-pessimisme.

En savoir plus...

D…comme dialogue

Des élucus ? Tout de suite ? Oui, mais attendez un peu. Comment élucubrer  vitement comme dirait Missié Goama alors que ça explose de partout dans la cité !? C’est curieux, cette explosion de Gonsé ne semble pas vous avoir  troublé pour le moins du monde. Vous avez lu le communiqué laconique de la  gendarmerie nationale et ça vous a suffi. J’en déduis qu’alors vous n’avez  pas entendu cette explosion, auquel cas vous êtes bien le seul dans  la ville. Sinon, ce fût une peur panique dans  tout Ouaga. Les murs ont tellement tremblé que j’ai cru un moment que la chose avait eu lieu dans ma maison. Pour madame Toégui il n’y avait pas de doute : un tremblement de terre, comme elle en voit tous les soirs sur sa chaîne de télévision préférée. Elle avait même ajouté qu’il n’y avait pas une minute à attendre, qu’il fallait vite prendre la route du Samogo  Faso.

En savoir plus...