Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

François Compaoré : Et pourtant le mandat d’arrêt a été délivré

Cher Wambi,

Que va nous réserver cette campagne agricole qui tire inexorablement à sa fin ?

Je ne saurais te le dire exactement, tant la physionomie d’ensemble des champs que j’ai pu observer lors de mes sorties hors de la capitale me laisse perplexe. Alors qu’ici la vue de tiges de mil ployant sous le poids de gros épis présage une moisson abondante, là-bas l’hivernage s’achève sous des augures moins rassurants. Avec des perspectives aussi contrastées, difficile de prédire actuellement de quel côté penchera la balance agricole. Cher cousin, on sait que la fin des travaux champêtres rime chez nous avec funérailles des vieux et vieilles qui nous ont devancés dans le monde des ancêtres. Tu vois où je veux en venir ! Alors, souffre que je te le répète. Je n’ai rien contre de telles cérémonies où le bon « dolo » coule à flots ; bien au contraire. Seulement, il faut savoir garder une poire pour la soif ou, si tu veux, un épi pour la faim. Je veux dire penser aux vivants qui vont devoir attendre près d’une année sans que le moindre grain vienne tomber dans le grenier.

En savoir plus...

Une lettre pour Laye : Tanghin-Dassouri : session municipale de tous les dangers

Cher Wambi,

Après le grand vent du mercredi 13 septembre que d’aucuns ont qualifié de « tornade Salamata », une grande pluie s’est abattue le samedi suivant sur la capitale. Et rarement une aussi importante précipitation aura été enregistrée dans la capitale pendant un mois de septembre. Pluie naturelle ou pluie provoquée, chacun y va de son explication. Au cas où la seconde hypothèse serait à privilégier, l’opération « Saaga » étant arrêtée depuis belle lurette, pourquoi ne pas penser à une pluie rituelle, comme me l’a soufflé le vieux Sotissi ?

En savoir plus...