Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

L’opposition à l’épreuve du référendum

Cher Wambi,

Derniers spasmes de la saison d’hivernage sur les rives de la vieille Volta ; ainsi peut-on en effet résumer les relevés pluviométriques de la semaine du jeudi 16 au mercredi 22 octobre 2014 :

Dori : 2,5 mm ; Ouahigouya : traces ; Ouagadougou-aéro : 2,3 mm ; Dédougou : 5,4 mm ; Fada N’Gourma : 0 mm ; Bobo-Dioulasso : 23,7 mm ; Boromo : 15,7 mm ; Pô : 0 mm ; Gaoua : 1 mm ; Bogandé : 53,2 mm.

Hélas, cher cousin, il n’y a pas de quoi pavoiser au moment où Rome risque de brûler. Car au pays dit des hommes intègres, chaque minute qui passe ressemble à une éternité depuis que, le mardi 21 octobre 2014, la session extraordinaire du conseil des ministres, présidée par le grand Sachem himself, a marqué son accord pour la transmission d’un projet de loi portant révision de la Constitution à l’Assemblée nationale, conformément à l’article 163 de la Constitution en vue de la convocation d’un référendum.

Oui, cher Wambi, ce référendum porteur de tous les dangers que l’opposition n’a cessé de rejeter pour donner une seconde chance à l’alternance démocratique sous nos cieux.

En savoir plus...

Silence radio après Taïwan

Cher Wambi,

Plus le moindre nuage à l’horizon. Il n’y a plus que la rosée qui humidifie des champs maintenant jaunis.

Alors qu’à Sokôodgo-n-go, les forces vives ploient sous le poids de leurs récoltes inespérées, dans les profondeurs de la région du Nord, l’on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi cette ségrégation voulue par Dame Pluie, et pour cause.

Cependant, les sorciers du ciel refusent de baisser la garde, mais hélas !

Qu’en conclure, en effet, après ces relevés pluviométriques de misère enregistrés dans la semaine du jeudi 9 au mercredi 15 octobre ?

Dori = 0 ; Ouahigouya = traces ; Ouagadougou-aéro = 0 ; Dédougou = 0,6 mm ; Fada N’Gourma : traces ; Bobo-Dioulasso = 9,7 mm ; Boromo = 0 mm ; Pô = 1,1 mm ; Gaoua = 35,8 mm ; Bogandé = 0 mm.

Bref, cher cousin, en attendant de la fête du nouveau mil qui consacre officiellement l’épilogue de la campagne agricole, le cabaret de Yempoaka a retrouvé sa fidèle clientèle devisant à longueur de journée tant sur les faits et gestes du village que sur la conjoncture nationale. Et tu devines aisément que le ton ne peut que monter, après une gorgée du précieux nectar, quand l’éventuelle révision de la constitution et l’hypothétique installation du Sénat s’y invitent.

En tout cas, dans ce haut temple de la contestation, de la bravoure et de l’intox, chacun y va de ses certitudes et de ses fantasmes, depuis que la parole a été libérée.

En savoir plus...