Menu
FLASH INFOS

Attaque de Nassoumbou : L’onde de choc emporte Pingrenoma

Le colonel major Oumarou Sadou, nouveau chef d'état-major général des armées Le colonel major Oumarou Sadou, nouveau chef d'état-major général des armées

S’agissant d’une affaire militaire, l’information a fait l’effet d’une véritable bombe : le général de Brigade Pingrenoma Zagré, chef d’état-major général des armées, a été remplacé hier 28 décembre par le colonel-major Oumarou Sadou. Pingrenooma n’aura donc passé que deux petites années à la tête des armées burkinabè, puisqu’il avait été nommé sous la Transition le 27 novembre 2014 en remplacement du général de Division Honoré Nabéré Traoré.

 

A-t-il rendu sa démission, fut-ce à la demande du chef suprême des armées et ministre de la Défense, le président Roch Marc Christian Kaboré, ou a-t-il purement et simplement été défénestré ? Qu’importe, dans tous les cas c’est presque du pareil au même, car à moins qu’on le mette en réserve pour la République –pour d’autres fonctions plus importantes - ce changement sonne comme un désaveu.

Difficile en effet de ne pas lier cet événement au péril sécuritaire qui frappe le Burkina Faso depuis 2015 avec les nombreuses attaques terroristes et les autres incidents imputés aux ex-RSP qui ont fait des dizaines de morts jusque-là. On se rappelle, entre autres, l’assaut subi par le poste de douanes de Déou en fin juin 2015, celui qu’a essuyé la Brigade de gendarmerie d’Oursi le 23 août 2015, les tueries du Cappuccino le 15 janvier dernier, l’attaque du poste de police de Koutoukou le 17 mai dernier. Point d’orgue de cette période noire ou rouge si l’on veut, la récente tragédie de Nassoumbou où le Groupement des forces antiterroristes a payé un lourd tribut à une attaque djihadiste avec la mort de 12 de ses éléments. Un véritable Waterloo burkinabè dont on se demande encore comment il a pu arriver, tant les questions, nombreuses, restent toujours sans réponses.

Excédés par l’insécurité ambiante dans laquelle ils baignent, les Burkinabè ont fini par faire un procès en incapacité à leurs forces de défense et de sécurité, qui seraient bonnes à parader et à faire des coups d’Etat, et attendaient des mesures fortes de la part du premier magistrat. Lui-même ne l’avait-il pas laissé entendre sur les ruines encore fumantes de Nassoumbou ? C’est ce qui vient de se passer.

En vérité, il faut se garder de tirer sur l’ambulance transportant Pingrenoma Zagré. Ce serait trop facile en effet de lui faire porter seul le chapeau d’un problème aussi complexe que le narco-djihadisme qui nous a embarqués dans une guerre asymétrique comme tant d’autres pays de la sous-région. Mais le chef de l’Etat pouvait-il faire autrement que de sacrifier le premier des bérets ? Seul responsable ou pas, Pingrenoma trinque en réalité pour toute la troupe qui a besoin d’une réforme en profondeur, même si c’est sans moyens conséquents (humains, logistiques) ; sinon il serait illusoire de pense gagner cette guerre. Peut-être donc que le ci-devant chef d’état-major général des armées constitue la première tête qui va tomber au sein de la hiérarchie militaire qui, là aussi, a besoin, force est de le reconnaître, d’un coup de pied dans la fourmilière.

Celui qui vient d’être bombardé, le colonel-major Oumarou Sadou, sait donc ce qu’il lui reste à faire. Pas véritablement connu du grand public, pour le nouveau chef d’état-major général des armées, cette promotion est comme une petite revanche : en effet, il avait été éjecté de son poste de chef d’état-major de l’armée de terre, qu’il a occupé de 2011 à 2015. Faut-il voir dans cette nomination un clin d’œil au Grand Sahel dans la mesure où le promu est natif de Djibo et que peut-être on espère tirer profit de cette proximité linguistique et culturelle qui avec les populations de là-bas voire de la confiance au fils du coin ?. Alors que 2017 se profile à l’horizon, le meilleur des vœux que l’on puisse formuler pour Oumarou Sadou (57 ans) est qu’il réussisse sa mission, même s’il n’est pas le seul à porter une grande croix.

Mohamed Arnaud Ouédraogo

Commentaires   

+1 #6 Anta 29-12-2016 16:50
Monsieur le colonel Sadou, bonne arrivée et félicitation pour avoir accepter cette lourde tâche. J'ai appris que l'âne qui commandité le massacre de Nassoumbou est un de tes parents de Djibo et qu'il s'appelle Dicko Malam. Djibo n'est pas immense comme Los Angeles donc les gens doivent se connaitre làbas bien bien. Si tu es né à Djibo, si tu y as grandis et si tu n'es pas comme ces gens qui n'ont de village que de nom, alors tu dois connaitre les parents de ce foutu Malam de malheur. Voilà ce que tu dois faire une heure après ton installation officielle: tu dois demander pardon aux mânes de tes ancêtres en leur confiant que tu t"apprêtes à commettre un fratricide mais que c'est pour le bien de millions de personnes innocentes. Apr_s cette courte prière, il faut prendre un cahier d'écolier et commencer à recenser toute la lignée vivante de ce foutu Malam de malheur en commençant par son père et sa mère.Les oncles, les tantes, les enfants, les filles, les femmes, les moutons, les boeufs, les chèvres les poules les coqs, bref tout ce qui touche à ce foutu Malam de malheur doit être noté sur le cahier d'écolier. Un beau matin, à cinq heures du matin, tu envoies 100 jeunes soldats bien drogués et tu leur tiens à peu près ce langage:"Si un criquet reste vivant de la lignée de ce Malam de malheur, je vous applique la loi de la décimation.Et puis tu lâches tes éléments sur Djibo en commençant par le quartier de Malam. Volià le nom de l'opération:'Op ération no living thing'/ Je crois que tu connais déjà ce nom de code puisque tu as été décoré de la médaille du Libéria( je ne savais pas que faire la guerre civile du Libéria et aider Charles Taylor à tuer ses compatriotes conférait la gloire). Bref, il faut raser le village de ce Malam de malheur et détruire sa lignée jusqu'à la dernière génération. Et puis tu envoies la note au Peuple Burkinabè! Bon courage Poulot!
Citer
0 #5 Expérience-action 29-12-2016 16:31
Nous avons écouté le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré sur RFI, annoncer son intention de faire un remaniement ministériel en 2017..Ce gouvernement est très attendu par le peuple burkinabè qui n’a véritablement pas senti l’actuel gouvernement dans des actions de travail productif de résultats satisfaisants dans différents départements ministériels. Pire, les populations d’une manière générale, ont été indignées et irritées par les comportements belliqueux, affairistes et régionalistes du ministre de la santé dont les conséquences au plan sanitaire sont graves en matière de ruptures de médicaments liées au conflit CAMEG. Monsieur le Président, les populations ne comprennent pas pourquoi vous laisser ce seul ministre affliger toute une nation. Sachez écouter la voix du peuple. Tout un peuple ne peut manifester son indignation contre un seul ministre parmi la trentaine, si ce dernier n’a pas franchi le seuil de l’intolérable .M. le Président, prenez courageusement et fermement vos responsabilités . Aucun ministre n’est au dessus du peuple et de la loi. La pratique qui consiste à nommer des ministres décriés, incompétents par copinage et régionalisme, sous le prétexte qu’ils sont protégés par telle ou telle personnalité, ne sied plus pour une gouvernance républicaine axée sur des résultats. M. le Président, évitez d’être l’otage de certains de vos compagnons politiques qui veulent s’arroger le droit de vous dicter des listes de ministrables de leurs clans. Ne leur accordez pas plus d’un quota de 3 à 5 ministres qu’ils pourraient choisir. En ce qui concerne le Premier ministre, il faut faire en sorte que son autorité puisse s’affirmer sur le gouvernement. Car, certains ministres, dont celui de la santé et des Finances qui appartiennent tous au même clan de protection, se croient au dessus du Premier ministre. M. le Président, fouillez un peu dans le répertoire de cadres de l’administratio n publique, dans les EPE et Sociétés d’Etat, vous trouverez des hommes et des femmes qui ont fait leurs preuves dans la conduite des affaires publiques. Pour le prochain gouvernement, il faudra des personnes expérimentées et contre qui, les enquêtes de moralité et les contrôles de gestion de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) n’ont rien trouvé de compromettant. Cette catégorie de personnes ressources, sera très utile dans le gouvernement pour la bonne mise en œuvre du PNDES avec des résultats probants dans les bons délais.
Citer
0 #4 Kanzim 29-12-2016 15:03
Le président Rock déclarait dans son message à la Nation suite aux tueries de Nassoumbou que « Cette attaque démontre que la lutte contre le terrorisme sera sans répit et met aussi en exergue les nécessaires décisions qu’il nous faut prendre pour donner confiance et vitalité à notre Armée. ». Il émergeait de cette phrase des actions de changements importants a sein de l’Armée, mais je disais dans les 3Wlobs que le remède ne se trouve pas dans ces changements seuls. Il ne se trouve même pas dans un remaniement ministériel. Il se trouve ce remède, dans l’action au sein du tricéphalisme a sommet de l’Etat. L’analyse ce tricéphalisme fait ressortir un sociogramme avec des niches et des pans conflictuels, qui intoxiquent les interrelations entre les « gens » de chacun des RSS. Les flèches décochées par chacun des mange-miles de chaque camp sont plus empoisonnées et non productives que tout remaniement ou réorganisation qui ne tiendrait pas compte que le Faso n’a qu’un seul chef, le Président du Faso. Des paroles en apparence mielleuses, mais dans les faits fielleuses de tous ces porteurs de roses vénéneuses et pleines de ronces convainquent que les relations au sommet, si elles sont faisandées, sont génératrices de contre-performa nces à tous les niveaux de la pyramide nationale. Ceci dit, j’exprime mes félicitations au Général sortant M Pingdnoma ZAGRE : c’est un croyant et respectueux du citoyen. Sans doute l’histoire nous renseignera de la qualité et de l’apport de chacun dans la construction de ce Faso. En outre, je ne partage pas l’usage abusif de l’expression « limogé » que certaines presses ont depuis hier, et que certains animateurs radio ont affreusement traduit en langue nationales. La connaissance du vocabulaire et la maitrise de la langue de rédaction d’un journal est un must, sinon on ne dépasse pas le statut journalistique de « feuille de chou ». Ce qui peut autoriser l’usage de l’acception « limogé », c’est la détention d’une preuve que le départ de son poste est motivé par une faute lourde qui engendre le recours légal au licenciement qui a une connotation plus juridique, ou au limogeage dont la connotation est beaucoup plus politique. Je ne sais pas qui de ceux qui en ont fait leur hymne depuis hier, sont dans les secrets de Kossyam. C’est pourquoi je ne peux m’empêcher de savourer et de préférer l’écrit de Mohamed Arnaud OUEDRAOGO, qui heureusement fait dans le professionnalis me et non le sensationnel et la recherche puérile du scoop.
Citer
0 #3 Le Fils du Pays Réel 29-12-2016 14:48
Si changer les hommes peut être la solution pour contrer ces voyous qui sèment la terreur et la désolation au sein des populations et des FDS, alors, allons-y. J'espère que le promu disposera de moyens conséquents. Mais je doute fort que ce soit la panacée. D'apprendre même que l'armée manque de matériels aériens pour ne pas dire matériels militaires tout court, m'a donné des nuits d'insomnie. Cela veut dire que nous manquons de puissance de feu pour contrer ces lascars s'il leur venait en tête de progresser et de s'installer durablement sur notre territoire. Pendant qu'on y est, puisque nous avons des puissances qui ont même élu domicile sur notre territoire soit disant pour nous aider à lutter contre cette hydre, qu'on leur demande des appuis budgétaires et tous autres concours si tant est qu'il nous manque des ressources, en vue d'acquérir des équipements performants. Ce sera par ce canal qu'elles nous prouveront qu'elles nous soutiennent.
Allah sauve mon pays
Citer
0 #2 loblo 29-12-2016 13:01
En tout cas comme notre pays est malade du népotisme, le général ZAGRE ne peut pas être écarté pendant que son frère est le celui qui chuchote à l'oreille du PF. Sinon ce GAL devrait être utilisé ailleurs à un poste discret où il sera très efficace.
Citer
+3 #1 Neilson 29-12-2016 09:13
Je pense que nous avons faux, Pingrenoma ira au ministère de la défense pour occuper le premier poste dans pas longtemps ; car si des têtes devaient tomber pour les différentes attaques Djihadistes que le pays à subit, il faudrait commencer par Simon le ministre de la sécurité, n’est ce pas ?! Et puis, le chef d’état major général des armées coordonne avec les autres chefs d’état major qu’il a sous sa coupe à savoir : l’état major de terre, le l’air de la gendarmerie etc. Les jours à venir nous situeront, et très vite alors !
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut