Menu
FLASH INFOS

Bilan de l’an 1 de Roch : L’opposition s’acharne sur la copie

Zéphirin Diabré, le chef de file de l’Opposition Zéphirin Diabré, le chef de file de l’Opposition

L’examinateur qu’est le Chef de file de l’opposition  ne trouve rien de bon à la copie rendue par le régime en place après un an d’exercice du pouvoir. Si l’on se fie au contenu du mémorandum rédigé et lu à cet effet par le CFOP lors d’un point de presse fait le 7 février 2017 à son nouveau siège de la zone du Bois, la note attribuée s’apparenterait à zéro sur dix. Zéphirin et Cie évoquent même « une année perdue pour le Burkina Faso ».

 

C’était tout d’abord l’occasion d’inaugurer le nouveau siège du chef de file de l’opposition burkinabè (CFOP) après une année passée à squatter le cabinet privé du chef de file, Zéphirin Diabré, du côté de la Patte d’Oie. Aujourd’hui, l’institution a changé d’adresse  en emménageant au quartier résidentiel de la zone du Bois.

Le principal locataire n’est d’ailleurs pas peu fier de ce nouvel habitat doté d’une cour spacieuse hérissée de barbelés et qui permet l’organisation de meetings « en toute tranquillité et sécurité ».

Pour inaugurer l’endroit, quoi de plus normal que l’examen du  bilan d’une année d’exercice du pouvoir par le grand rival d’en face qu’est le gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré ? Du reste, l’Opposition piaffait d’impatience de voir la première année s’écouler, d’autant que, lors du point de presse qui sanctionnait les trois premiers mois de Roch, d’aucuns, notamment la presse qui y avait été conviée,  avaient jugé qu’il était trop tôt pour installer la guillotine.

Alors, après une année d’exercice, il  ne fallait pas se gêner pour faire tomber beaucoup de têtes. La sentence est sans appel : la copie rendue par Roch Marc Christian Kaboré est des plus insipides, selon le correcteur du moment dont les observations la ravalent au rang de torchon. Jugez-en vous-même : absence totale de leadership du Président du Faso, gouvernance politique chaotique, domaines régaliens en jachère, gouvernance économique morose, ratés de la gouvernance locale, échecs sectoriels patents.

Ces annotations sont développées dans un long mémorandum de plus de 60 pages dont la lecture a pris près d’une heure. Du reste, est sans équivoque son titre, « Mémorandum sur un an du régime du Président Roch Marc Christian Kaboré – Une année perdue au Burkina Faso ».

A ceux qui s’émeuvent du sort du pouvoir en place en demandant une certaine clémence l’examinateur en chef qu’est Zéphirin Diabré, ce dernier réplique : «Notre rôle n’est pas de trouver des circonstances atténuantes à cette gestion du pouvoir. Ce qui est sûr,  c’est que si nous étions à leur place, nous aurions mieux fait ».

Pendant ce point de presse, il n’y en avait pas que pour le bilan de ceux qui nous gouvernent. Des sujets d’actualité ont été évoqués, notamment les propos de Me Bénéwendé S. Sankara, qui avait prédit une prochaine insurrection. Zéphirin Diabré d’ironiser sur la sortie de ce compagnon de lutte d’hier : «J’ai appris cela mais je disais que ça ne pouvait pas être vrai. Comment peut-on être dans un régime et dire qu’il va bientôt tomber ? Mais pour une fois, il a été assez lucide : ce qu’il a dit est tout à fait possible… Ce que je remarque aussi est que chaque fois, il se sent obligé d’expliquer pourquoi il a quitté l’opposition. S’il en a la nostalgie, qu’il fasse une demande pour la réintégrer et nous allons l’examiner.»

Le chef de file de l’Opposition a sorti le lance-flammes pour lever un coin du voile sur le départ du président de l’ADR (Alliance des démocrates révolutionnaires) de l’opposition. « Il est parti suite à des divergences dans le partage des postes à la CENI. Quand il est parti (Bruno Nabaloum), est-ce que quelqu’un l’a suivi ? Soyons objectifs : peut-on donner une place à un parti qui n’a aucun député et en priver le CDP, qui en 18 ?

Il a été député pendant la Transition, non ? Pourquoi il n’est pas allé sur le terrain battre campagne ? Comme quoi, c’est plus facile d’être député dans une transition que dans un système électoral normal. En se comportant de la sorte, il a fait comme s’il était venu à l’opposition pour des postes ».

 

Issa K. Barry

Commentaires   

0 #2 Sacksida 09-02-2017 18:00
Certes, ce n’est jamais facile de gérer les affaires de l’Etat, de surcroit dans un contexte sécuritaire très préoccupant. Cependant, depuis le début du quinquennat en tant que simple citoyen et sans « esprit partisan », nous avons maintes fois souhaité que les nouvelles autorités, c’est à dire, « le pouvoir MPP » aillent vite dès maintenant dans les réformes économiques, sociales et judiciaires concrètes, car tout retard ou avancée conséquent d’aujourd’hui impactera et dépendra nécessairement les résultats ou les échecs à l’heure du bilan général dans quatre ans. Dans cet ordre d’idées, les taches des gouvernants actuels ne seront pas de tout repos, les attentes étant énormes ; et surtout la Présidence du Faso doit être un Outil Supérieur et efficace qui imprime une certaine dynamique ou une « révolution »au reste du gouvernement dans l’exécution efficace et efficient des projets et programmes de développement dans l’intérêt sans concession des populations Burkinabé. C’est pourquoi, nous avons suggéré que le pouvoir ne considère pas uniquement les critiques constructives et pertinentes émanant de la société civile, des économistes et de bien d’autres personnes comme des « oppositions qui seraient invisibles », car après l’insurrection populaire d’octobre 2014, et bien d’autres événements historiques, on ne peut plus diriger le Burkina Faso comme il y’a vingt ans. Alors, un Bilan réel sans complaisance de la gouvernance d’un an par les acteurs eux-mêmes est nécessaire et doit être établit, et tous les Ministres ou Responsables à quelque niveau que ce soit qui n’auraient atteins au moins 80 à 85% de résultat dans leur travail soient purement et simplement remercié, car le temps où l’on pouvait se permettre de « jouer » avec les intérêts et l’avenir du peuple Burkinabé est certainement révolu. Si nous voulons nous en sortir, il faut d’ici 2020 pouvoir tabler sur des croissances réelles et minimums annuelles de 7 à 8 % autrement les problèmes risques de s’accumulés. A bon entendeur. Salut !
Citer
0 #1 Naaba Guesbé 08-02-2017 07:14
ET si tu te contentais de faire le bilan de ton opposition?
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut