Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Fermeture de clubs de PMU’B : Course d’obstacles pour des promoteurs hippiques

Dans la lettre ouverte ci-dessous adressée au premier ministre, des gérants de clubs Pmu fermés s’insurgent contre une décision qu’ils jugent injuste  et lui demande d’intercéder en leur faveur pour la réouverture de leurs outils de travail  «  arbitrairement fermés depuis 15 mois »

 

Par la présente, nous venons une fois de plus vous interpeler, de même que tenir l'opinion publique informée du différend qui nous oppose à la LONAB depuis le 16 juin 2016. Différend qui tarde à trouver solution, en dépit de votre engagement personnel et des multiples autres démarches tendant à faire entendre raison aux dirigeants de la LONAB.

En effet, Excellence monsieur le Premier ministre, tout porte à croire que la Nationale de la chance a décidé délibérément de nous asphyxier moralement, de nous étouffer économiquement et pourquoi pas in fine d’achever physiquement bon nombre d'entre nous, pris dans la tourmente et le désarroi social depuis maintenant plus de 15 mois aujourd'hui.

Un bref rappel des faits , pour dire que nous sommes des citoyens burkinabé qui ont régulièrement introduit des demandes à cet effet et obtenu officiellement auprès de la LONAB des autorisations d'ouverture et de gérance de points de prises de paris hippiques, communément appelés Clubs PMU. Une activité dans laquelle nous avons eu foi et dans laquelle nous avons chacun investi une certaine somme d'argent (minimum 2 millions par personne sans compter les charges de fonctionnement).

A notre surprise et à notre grand étonnement, sans le moindre préavis et suite à une demande de remise de nos machines d'enregistrement pour entretien (une manœuvre de retrait en vérité), nous avons été sommés et contraints à une fermeture forcée de nos clubs. A la clé, 75 promoteurs sur le carreau rien que pour le centre de Ouagadougou; 225 vendeuses en moyenne (3 par club) au chômage; de nombreux parieurs déboussolés et plus d'une dizaine de milliards de francs CFA à ce jour de manque à gagner de recettes potentielles pour la Loterie nationale.

Qu'avons-nous fait pour être victimes d'une telle discrimination?

Voilà une question à laquelle plus d'un des promoteurs peine à trouver réponse. Pendant qu'on nous sert le discours :« la LONAB a des problèmes internes», nous constatons la naissance de nouveaux Clubs PMUB. M. LE directeur général de la LONAB, que faites-vous des anciens Clubs fermés sans conditions? Les dirigeants de la LONAB n'ont pas daigné ni été capables à aucun moment de nous fournir la moindre explication satisfaisante. Bien au contraire, s'ils nous ont quelquefois fait la politesse de nous recevoir, c'était pour mieux nous éconduire, en nous faisant bien comprendre que la situation de détresse dans laquelle leur incompréhensible décision nous a plongés était le dernier de leurs soucis et ne les empêchait nullement de dormir.

Excellence monsieur le Premier ministre, face à cette intolérable et flagrante situation d'injustice faite à des citoyens désireux tout simplement d'apporter à leur manière leur pierre à la construction de l'économie nationale, nous vous avons officiellement saisi en son temps, de même que l'Autorité Supérieure de Contrôle d'Etat et de Lutte Anti-corruption (ASCE/LC) dans l'espoir qu'une solution satisfaisante puisse être trouvée. Las de votre intervention en tant que haute autorité de l'Etat. Fi de votre lettre en date du 05 mai 2017, par laquelle vous avez bien voulu nous « assurer que des mesures ont été prises afin d'apporter des solutions appropriées aux préoccupations soulevées ».

Jusqu'à la date d'aujourd'hui, c'est le statu quo. Silence et mépris du côté de la LONAB. Désespoir et colère montante chez les promoteurs. Que devons-nous faire? Rester les bras croisés et nous laisser enterrer vivants (avec familles et employés) sous le sceau manifeste de l'arbitraire? Ou trouver d'autres méthodes de revendication pour faire entendre notre cause ?Excellence monsieur le Premier ministre, nous savons, et vous nous en avez fait la preuve, que vous êtes d'une oreille attentive et responsable face à l'injustice et aux problèmes auxquels peuvent être confrontés vos compatriotes, à quelque niveau de l'échelle sociale où ceux-ci peuvent se situer. C'est fort de cela que nous nous tournons à nouveau vers vous à travers ce cri du cœur public.

Nous ne demandons pas une faveur à la LONAB. Nous demandons que ses dirigeants respectent tout simplement les engagements pris . Nous avons régulièrement été autorisés à ouvrir et à tenir des clubs PMU. Il n'est pas juste, sans aucune base légale ni faute réglementaire à nous dûment, individuellement ou collectivement, signifiée que l'on nous prive de la sorte de notre gagne-pain, du fait de la seule volonté supposée du prince de l'époque, le DG débarqué Lucien CARAMA. L'Etat et son administration étant une continuité comme cela est communément admis, nous vous saurons gré, Excellence monsieur le Premier ministre, de donner des instructions à la nouvelle direction générale de la LONAB, dans le sens d'une application diligente et effective des mesures en faveur de la réouverture sans conditions de nos clubs arbitrairement fermés depuis 15 mois.

Dans l'attente, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Premier ministre, l'assurance de notre détermination citoyenne à défendre nos droits.

Le représentant des promoteurs des Clubs

PMU'B fermés

DIANBA K. Ibrahim

Tél: 70 73 12 32

Commentaires   

0 #2 Kanzim 18-07-2017 14:41
Je voudrais me permettre de donner un conseil aux promoteurs des clubs hippiques : votre discours est misérabiliste et vous vous vous mettez trop à plat ventre comme si vous étiez des mendiants. Pourquoi vous lamenter avec tant de courbettes et de génuflexions, plutôt que de vous référer à la Justice ? Si votre réclamation est légitime, alors donnez-vous le droit légitime de vous adresser à la Justice, même si l’actualité autour de cette Justice en fait plus un diable malfaiteur qu’un recours juste et bienfaiteur. Le Premier Ministre ne peut pas aller au-delà des textes pour statuer sur votre cas. Mais le juge peut y voir la normalité ou pas. Quand SEM Paul Kaba THIEBA vous dit qu’il vous assure que des « mesures ont été prises afin d'apporter des solutions appropriées aux préoccupations soulevées », qu’y comprenez-vous ? C’est une réponse de type diplomatique. Alors qu’il se trouve parmi vous des cadres, d’anciens fonctionnaires et des fonctionnaires en double activité, ce qui permet quand même de conclure que vous savez distinguer le discours passif, creux et prometteur, de l’engagement actif ? Retenez qu’un homme politique n’est pas un messie. Il ne peut que jouer à Ponce-Pilate.
Citer
0 #1 Neilson 18-07-2017 12:32
Merci de m'offrir l'opportunité d'interpeller le directeur général de la l'onab sur une pratique mafieuse de son service de paiement des lots aux" heureux" gagnants. Comment comprendre que vos multiples caisses dans tous vos lieux de paiement ne fonctionnent que de 8 heures à 10 heures pour nous obliger à aller vers les " margouillats" ou les" pressé-pressé"? Quels deals il y a t-il entre vous monsieur le directeur général, vos caissières et ces " margouillats " ou " pressé -pressé " parce qu'il vous sera difficile de nous convaincre du contraire! Que font vos caissières après 10 heures pour fermer leurs caisses et nous obliger à traiter avec ces spéculateurs qui exercent librement, certainement avec votre complicité, à la barbe des gendarmes chargés de sécuriser vos. E. C. D et lieux de paiement? Un changement radical de politique doit s"opérer; vos caisses doivent rester ouvertes ou en tout cas une permanence, tant que les parieurs jouent, et c'est à cette seule condition que vous pourrez nous prouver votre bonne foi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut