Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Congrès du PAREN-Bado: "Une réunion sans effet juridique"

L’actualité nationale est marquée ces derniers jours par la crise qui secoue le Parti de la renaissance nationale (PAREN). En réalité, ce n’est plus le parfait amour entre deux membres de la famille, en l’occurrence le fondateur du parti, Pr Laurent Bado, et l’ancien président Tahirou Barry. Ce dernier a été débarqué de son poste lors d’un congrès ordinaire tenu les 29 et 30 juillet 2017. Dans le présent communiqué, le Bureau exécutif national (BEN) donne des explications sur ce qu’il appelle « la supposée crise » et la validité de son mandat. A lire entre les lignes, des conditions avaient été créées pour laver le linge sale en famille.  

 

 

 

Le mardi 1er août à 18h 30 s’est tenue au siège du PAREN une réunion du Bureau exécutif national aux fins d’examiner la situation du parti à la suite d’une rencontre, présentée comme un congrès ordinaire, tenue les 29 et 30 juillet 2017 à Ouagadougou. La réunion a été présidée par le président du parti, Tahirou Barry. Deux absences non excusées ont été relevées. Après échanges et analyse froide de la situation, le BEN a fait observer ce qui suit :

 

De la supposée crise au PAREN

 

Le frère Laurent Bado a parlé de crise au PAREN alors que le Bureau exécutif national et toutes les structures régionales et provinciales du parti fonctionnent normalement. Aucune démission n’a été enregistrée. Peut-être que des malentendus ont subsisté entre personnes d’où l’acceptation par le bureau du principe de la constitution d’un comité de réconciliation avec la désignation de quatre membres par les frères Laurent Bado et Tahirou Barry. Toutefois, à travers la démarche précipitée, sournoise et unilatérale des missions de conciliation à travers le pays et surtout la condamnation arbitraire et l’exclusion définitive préalable de responsables du parti, en l’occurrence le directeur national de campagne du parti et ce malgré des tentatives de médiation, des conditions ont été créées artificiellement pour que la mission du comité accouche d’une souris.

 

De la validité du mandat du Bureau exécutif national

 

Le mandat de cinq ans du Bureau exécutif national issu du congrès extraordinaire du 30 juin 2010, qui devait expirer en juin 2015, a été abrégé au cours d’un autre congrès extraordinaire les 24 et 25 janvier 2014, tenu à Bobo-Dioulasso et qui a réuni l’ensemble des 13 chefs de région et des 45 provinces du pays avec la participation effective des représentants des jeunes, femmes et anciens du parti ainsi que celle du frère Laurent Bado.

A cette occasion, des commissions ont été créées pour assurer une meilleure organisation des travaux à travers les thématiques suivantes :

  1. Renforcement des capacités politiques et organisationnelles du PAREN ;
  2. Perspectives électorales et orientations politiques du parti.

Ce congrès a pris des résolutions importantes dont l’investiture de Tahirou Barry comme candidat à l’élection présidentielle.

L’élection des membres du nouveau bureau pour un autre mandat de cinq ans a eu lieu le samedi 25 janvier après la plénière. Au vu du dossier régulièrement soumis à l’autorité compétente, le récépissé n°2014-00479/MATD/SG/DGSEPP/DLFSPP du 07 avril 2014 a été délivré. Par conséquent, en dehors d’un congrès extraordinaire régulièrement convoqué, le mandat du bureau actuel du PAREN court jusqu’en janvier 2019.

 

De la légalité du congrès

 

La rencontre qualifiée de congrès a été convoquée par le frère Laurent Bado sans information officielle du Bureau exécutif national et sans respect des procédures prescrites par l’article 5 du règlement intérieur du PAREN qui dispose que : « Les participants au congrès sont informés au moins quarante cinq (45) jours à l’avance du lieu et de la date de tenue du congrès. » L’article va encore plus loin en mettant le bureau au cœur de l’organisation du congrès. En effet, il précise que le Bureau exécutif est chargé de la transmission des convocations et de l’organisation matérielle du congrès. 

Du reste, l’initiative de la convocation d’un congrès est dévolue au Président du parti, au Bureau exécutif à la majorité des 2/3 de ses membres  conformément à l’article 14 du statut du PAREN.

En outre, la qualité des participants prescrite par l’article 12 du statut n’a pas été respectée car aucun chef de région, de province ayant mandat en cours de validité ni élu parlementaire ou municipal, en dehors du député Laurent Bado, n’a participé à la rencontre.

De ce qui précède, les conclusions de cette réunion demeurent sans effet juridique et ne sauraient remettre en cause la validité du mandat actuel du Bureau exécutif national.

Une motion de 2006 officiellement présentée, octroyant des prérogatives extraordinaires et indéfinies au frère Laurent Bado, ne saurait se substituer et surtout être contraire aux textes fondamentaux du parti librement adoptés et actuellement en vigueur.

Le Bureau exécutif national, tout en réitérant sa confiance au frère Laurent Bado, l’invite à inscrire son action dans les textes fondamentaux en vigueur du parti et à œuvrer résolument et patiemment à la préservation des acquis du PAREN.

Le Bureau exécutif national invite l’ensemble des militants à la retenue et à la sérénité pour poursuivre la marche du parti vers sa redynamisation.

La réunion a pris fin à 19h 45.

 

Le Bureau exécutif national du PAREN

Commentaires   

0 #9 Sacksida 05-08-2017 11:32
Voyez-vous, il y’a un adage qui dit : « L’expérience, pour celui qui sait en profiter, est le meilleur guide dans la conduite de la vie ». A notre humble avis, le jeune Tahirou Barry a commis des erreurs dans ses rapports politiques, sociaux et sa conduite avec son mentor le Pr Bado et la conséquence est cette dissension exposée dans la place qui n’honore pas leur parti. Salut !
Citer
0 #8 Salam 03-08-2017 17:54
Bien dit Nielson,
A voir l'ascension professionnelle de Barri, on se rend vite compte qu'il a été coopté depuis belle lurette par le système défunt de Blaise Compaoré. En fait, recruté comme conseiller juridique auprès de la fonction publique, il a fait des pieds et des mains pour se retrouver comme DRH à l'UO, puis chef de personnel à Bissa Gold. Toutes ces promotions s'étend passés à travers nul doute des compromissions, comme jouer à l'agent second du pouvoir au sein du parti et aider à maîtriser les ardeurs des étudiants. La preuve, la majorité des militants y compris le fondateur ont été mis devant le fait accompli, quant à la participation du parti à la gestion du pouvoir MPP. Chose encore plus claire, c'est qu'une fois au perchoir, Barri n'a pratiquement pas promu des jeunes cadres du parti, ouvrant au contraire grandement les portes à d'autres jeunes d'autres partis, dans une stratégie d’enroulement dont lui seul connait les tenants et les aboutissants. Ministre, il reçoit plus ces ordres de certains bonzes du MPP que tout le monde connait que du parti. Voilà pourquoi le fondateur a voulu prendre le Barri par les cornes, excusez, je voulais dire le taureau.
Citer
+1 #7 ANTA 03-08-2017 15:51
D'abord vous faites parti des "Têtes de Rats". Si vous-vous déchirez, quelles Têtes deviendrez-vous ? Des "Têtes de cafards"? Des "Têtes de Poux"? Des "Têtes de Microbes" ? Ou bien des "Têtes de...Linottes"? Conservez cette tête, sinon vous n'en aurez plus, de tête!
Citer
+1 #6 ANTA 03-08-2017 15:45
Tout royaume divisé contre lui-même est voué à la destruction. Bado tout comme Barry sont des politiciens, c'est-à-dire des vendeurs d'illusions. Qui voudra encore de vos "chinoiseries" maintenant que vous étalez leurs défauts dans les rues poussiéreuses de Ouagadougou? Qu'adviendrait- il de l'infâme poudre de tête de tortue du vieil édenté oncle du non moins vieil élucubreur, si l'ignoble oncle se mettait à jalouser le "bougdandouille " de neveu parce qu'il a plus de succès avec la marchandise? Cette poudre, comme le sel biblique ne serait plus bonne qu'être jetée dans la rue où elle sera piétinée par les passants. En vous étripant de la sorte vous mettez votre PAREN entre " PAREN(thèses)".
Citer
+1 #5 Doudou 03-08-2017 15:18
C'est bien fait pour Tahirou Barry. En fait, il ne peut pas dire qu'il ne savait pas que ça allait finir comme ça. Attend, il s'agit de travailler avec Laurent Bado, la personne qui prétend être la plus honnête, la plus intelligente du Burkina Faso, voire même de l'Afrique. Alors que c'est le plus idiot (Webmaster, pardon quand lui il nous insulte tu laisses passer), incapable de se faire élire député dans son Réo natal. Ce qui ce passe aujourd'hui au PAREN, c'est l'enfer que nous avait promis le vieux Kilachiu, mauvaise langue.
Citer
0 #4 Zapata 03-08-2017 15:11
Au moins, le parti est au premier plan de l'actualité avec cette guerre de chiffonniers. Sinon que le PAREN était mort depuis longtemps. En réalité, il ne doit exister que trois grands partis ici: MPP, UPC, CDP. Le reste amuse la galérie. Sinon, comment le candidat qui est arrivé troisième à la dernière présidentielle n'a eu que deux députés, en plus l'autre là, le vieux là, c'était sur la liste nationale. Il faut mettre fin à cette mascarade en les envoyant tous les deux pêtres. La politique est Burkina est telle que des zozos peuvent venir emmerder le monde. Dans tout ça là même woo, il n'y a pas un qui a honte? Surtout le pantin qu'on est allé chercher aux Etats Unis là? On dit que c'est un universitaire. Mais je dis woo, il est si intelligent et il se laisse ainsi embarquer? C'est vraiment pitiant quoi!
Citer
0 #3 Kanzim 03-08-2017 14:49
Si le Pr BADO pose souvent des actes atypiques et surprenants pour son âge, son statut et les responsabilités politiques et administratives exercées, il faut dire que les plus atypiques se retrouvent plutôt au niveau des militants dont certains se complaisent à s’octroyer le titre ronflant de « militants emblématiques » : comment, peut-on militer au sein d’un parti efflanqué du manitou qui ose proclamer être le « seul pour proposer aux congressistes le nouveau candidat à la tête du parti et lui seul pour le gérer en cas de crise grave » ? A quel prix tous ces jeunes loups du PAREN ont-ils accepté une telle compromission ? On ne peut pas s’étonner aujourd’hui des comportements de chef de harem adoptés par le père, le géniteur ou le créateur du parti. Ceux qui devraient se cacher dans l’aventure que vit le PAREN sont ceux-là déclarés être venus dénoncer Madame Jeanne Coulibaly, alors présidente du PAREN pour « la mauvaise arche du parti ». Des jeunes trop pressés à mon sens, qui ont voulu plus exploiter les dispositions altruistes du P BADO pour leur propre ascension. Enfin dire que le bureau du PAREN n’était pas au courant du dernier congrès me parait trop exagéré, dans la mesure où la presse a rapporté des agitations au niveau des provinces, aux fins d’interdire toute participation audit congrès, et de renforcer donc l’aile Barry. La position du Pr Bado est certes critiquable parce que ne faisant pas la part des choses entre ce qui est officiel, prive et personnel. Mais il faut reconnaître que l’analyse rétrospective de l’activisme des loups aux dents de lait permet d’énoncer une hypothèse sur la situation actuelle comme étant créée aux fins d’évincer l’homme aux Jidéées » (idées) comme l’aime à s’appeler lui-même le Pr Bado.
Citer
0 #2 Kmalo 03-08-2017 10:33
Il ne peut y avoir deux capitaines dans un bateau le droit est avec bado les statuts du parti le demontre bien il nyarien d'illegal dans cela.c'est quand meme dommage que barry toujours debutant en politique veuille saffranchir du frere bado et en plus par la mauvaise manière il doit tous a bado sans bado il nest rien il faut le dire la moi dre des choses etait de participer aux congres en le faisa t pas il rentre en dissidence car les statuts so nt clairs a ce niveau il sagit peut-être dune stratégie de barry qui visiblement veut rejoindre le mpp.en tous cas politiquement ce serait une erreur de sa part car cela signifierait la fin de son ambition presidentielle cepe dant a cour terme cela serait un beau choix car ca lui permettra de profiter de lappareil financier du parti
Citer
+2 #1 Neilson 03-08-2017 09:19
Aidez moi à comprendre bonnes gens, à quoi sert ou est destiné à servir ce deuxième recrépisse No 2014-00479 du 07 avril 2014? Voyez vous, il faut troubler l'eau là pour qu'elle se décante, parce que tout porte à croire que l'ancien régime avait téléguidé des gens pour liquider le PAREN comme il l'a fait avec le PAI. Et je pense que le ministre Barry doit prouver qu'il est blanc comme lait s'il ne veut pas perdre tout ce qu'il a capitalisé comme audience et sympathie au Burkina comme ailleurs.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut