Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Amadou Congo, président du MJP : « Le Canada doit expulser Zida »

Le Mouvement des jeunes pour la paix (MJP) souhaite « l’expulsion » de Yacouba Isaac Zida du Canada, car il est « impliqué dans d’importantes questions au Burkina Faso. » C’est ce qui est ressorti d’une conférence de presse organisée, le 9 août 2017, dans les locaux de l’Association burkinabè pour le management de la qualité. Une rencontre marquée par l’impréparation de ses principaux animateurs, qui donnaient l’impression de ne pas maîtriser leur sujet.

 

 

 

Il est des activités dont on a souvent l’impression que les organisateurs ont mis peu de sérieux à les organiser. C’est le cas de la présente conférence de presse, à l’issue de laquelle les journalistes sont pratiquement restés sur leur faim. « S’il vous plaît, pouvez-vous nous décliner l’objet de la conférence de presse ? », a immédiatement demandé une consœur aux conférenciers, après qu’ils ont livré le contenu de leur déclaration liminaire. Et un autre journaliste de renchérir : « vous n’avez fait que citer les grands points de votre activité sans pour autant développer leur contenu ». Les questions, a priori frustrantes, traduisaient pourtant la difficulté des journalistes à comprendre leurs interlocuteurs.

Les hommes de médias étaient aussi amusés qu’intrigués de constater l’incapacité des conférenciers à faire passer exactement leur message. Mais comme la persévérance affaiblit la difficulté, il est finalement ressorti que le MPJ a fait une demande « de moratoire sur le séjour de Yacouba Zida au Canada ». « Notre plainte avec constitution de partie civile au tribunal de grande instance de Ouagadougou » n’a pas eu de suite, a expliqué laborieusement Amadou Congo, président du Mouvement. A l’en croire, il y a une année qu’ils ont demandé l’expulsion de l’ancien Premier ministre Zida, mais le Canada semble sourd à leur requête. « C’est pourquoi nous nous sommes associés à d’autres organisations de la société civile pour lui demander de nous ramener Zida, car il est impliqué dans d’importantes questions dans notre pays », a-t-il ajouté.

L’autre message du MPJ est que « notre justice ferme les yeux sur un aspect sérieux de l’insurrection et c’est ce qui augmente l’incivisme ». Quel aspect ? les conférenciers n’ont pas été en mesure de le dire mais selon eux, « l’analyse de la société actuelle nous montre un décor incivique et où la colère va grandissante ». C’est pourquoi ils proposent aux autorités de faire montre de beaucoup plus de calme dans la résolution des revendications et appellent les Burkinabè à songer à « l’édification de la maison commune qu’est notre pays à travers leurs actes ».

 

Hadepté Da 

Félicité Zagré (stagiaires)

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut