Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Commune de Bobo: Quand les maires MPP s’entre-déchirent en public

Ce qui était longtemps murmuré s’est finalement révélé au grand jour au cours de ce point de presse organisé par la commune de Bobo. Les bisbilles ou même les inimitiés entre le maire de la commune et ses principaux collaborateurs ne souffrent aucune ambigüité. Cela s’est vérifié lundi 16 octobre 2017 au cours de ces échanges avec les journalistes où des responsables communaux n’ont pas hésité à dire leurs « gwê » au maire central, Bourahima Fabéré Sanou, à qui il est reproché des décisions unilatérales et son manque de collaboration avec ses adjoints et les maires d’arrondissement.

 

 

Encore une fois, L’Observateur paalga a été royalement ignoré par le service de communication de la commune de Bobo-Dioulasso. Aucun appel téléphonique ni aucune correspondance relatifs à ce point de presse n’ont été adressés au journal. Alors qu’il s’agissait d’un sujet très sensible, la discorde ; une affaire qui continue de faire grand bruit à Sya et ne cesse de polluer l’atmosphère entre les responsables communaux. L’absence de L’Observateur paalga va en toute logique provoquer des grincements de dents chez certains ; des conseillers municipaux en l’occurrence et même des responsables politiques qui ont toujours dénoncé cette discrimination médiatique quand il s’agit des activités de la commune. Mais les échos de ce point de presse n’ont fait que confirmer ce que tout le monde savait déjà. Et il ne serait pas exagéré de dire aujourd’hui que le torchon brûle an sein du conseil municipal de Bobo. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est ce  différend opposant un opérateur économique de la place au maire de l’arrondissement 7 dans une affaire d’attribution provisoire de parcelle : il s’agit de cette réserve foncière sise au secteur 29 (Belle Ville) que l’acquéreur, du nom de Sory Sanogo, aurait fini par « deale »r. Il n’a pu la mettre en valeur dans le délai qui lui était imparti, et grande a été la surprise du maire de l’arrondissement, Hermann Sirima, de constater que ladite parcelle, acquise depuis 2011, a été morcelée et vendue. Les nouveaux acquéreurs, Amadé Sawadogo et Adama Ouédraogo, venaient d’entamer des travaux de construction lorsque le 19 décembre 2016, Hermann Sirima adressait à Sory Sanogo une première lettre de notification du retrait transitoire d’attribution dudit terrain ;  un courrier qui restera sans suite puisque les travaux allaient se poursuivre de plus belle, obligeant ainsi le maire de l’arrondissement à un rappel d’injonction en date du 19 janvier 2017. Mais contre toute attente, nous dit Hermann Sirima, «les travaux vont se poursuivre sur la base d’un permis de construire signé du maire de la commune en date du 1er juin 2017 ». Et du coup, c’est le manque de collaboration entre les responsables communaux qui est mis à nu dans cette affaire, car pour le maire Hermann Sirima, «la commune a toujours été ampliataire des courriers transmis à Sory Sanogo ; ce qui suppose que le maire central est bien informé du dossier ». Pendant que le maire de l’arrondissement 7 se préparait à engager la procédure de retrait transitoire d’attribution du terrain que Sory Sanogo n’aurait aucun droit de vendre, le maire Bourahima Sanou signait le permis de construire sur la base, dit-il, de l’avis des techniciens. Et voilà les deux protagonistes face aux journalistes pour un point de presse qui s’est finalement mué en une tribune de règlements de comptes entre les élus locaux MPP  de la commune. D’ailleurs, la stratégie qui consistait à accorder au maire central le monopole de la parole face aux journalistes a fait sursauter certains premiers responsables d’arrondissement qui, visiblement, en avaient gros sur le cœur et tenaient à se faire entendre. Une passe d’armes entre édiles que nous nous gardons de transcrire dans nos colonnes et qui dénote le climat délétère au sein du conseil municipal de Bobo. Difficile, dans une telle ambiance, de concevoir le développement d’une commune qui peine véritablement à amorcer sa relance économique.  Et après, ce sont les mêmes qui diront que le pouvoir central ne fait rien pour la ville de Bobo. Le maire de l’arrondissement 5, Christophe Sanou du CDP, obligé de jouer au médiateur au cours de cette rencontre, ne dit pas autre chose quand il affirme que «ce sont nos querelles inutiles qui font que Bobo n’avance pas».

 

Jonas Apollinaire Kaboré

Commentaires   

0 #9 Kôrô Yamyélé 20-10-2017 09:33
- SIDZABDA, la ferme !! Malabar !

Par Kôrô Yamyélé
Citer
0 #8 Nobga 19-10-2017 22:39
J'ignorais que Koro Yamyele soupe désormais avec Zephirin. Bon appétit. C'est regrettable de savoir que l'insigne de Yamyele c'est le caméléon, mais on n'y peut plus rien. ODMP-T-CDP-MPP- UPC ce n'est pas un petit parcours. La formation au GI a Bobo combattait pourtant çà. C'est un monde à la Pascal Zaida et à la Nana Tino.
Citer
0 #7 Sidzabda 19-10-2017 16:15
Yamyélé; je sais que quand tu vois mon poste tu trembles parce que je connais tout de toi. Comme on dirait dans d'autres milieux, j'ai fini avec toi, mais tu ne fais rien pour attendre. je vais t'allumer tu vas regretter ta présence sur les forums. tu étais au CDP, tu t'es enrichi illicitement et maintenant tu perds le sommeil parce que tu peux plus t'approcher de la soupe. sois d'accord quand même que toute chose à une fin pubien fini avec la mort, mais toi tu es déjà mort car nulle autre personne ne t'écoute. alors Yamyélé, rumine ton chagrin en attendant ta fin car déjà c'est la fin des haricots
Citer
0 #6 Moumouni 19-10-2017 16:13
KORO YAMYELE si tu n'a rien à dire tu la ferme et tu laisse GORBA reposé en paix.était tu labas pour savoir qu'il a imposer des candidats en lieu et place du choix de la population. le problème ci dessus mentionné est entre maire et non entre maire et population. un peut de hauteur dans tes interventions sinon a la limite c'est ridicule et chers maires entendez vous ou démissionné il y'a des gens qui veulent travailler pour le bien de la belle sya.
Citer
0 #5 Neilson 19-10-2017 13:08
Alfred et Salia ont fumé le calumet de la paix et vous vous attendiez à quoi?! Le "gnangamina" ne fait que commencer et on n'a pas besoin de consulter Tipoko l'intrigante pour le prévoir!
Citer
0 #4 DAO 19-10-2017 12:21
le journal l'Observateur: votre conclusion est trop superficielle. On ne peut pas partir de ce problème pour tirer une conclusion sur le developpement de la ville de Bobo en disant que si bobo ne se developpe pas ce sont ses fils qui ne s'entendent pas
c'est simpliste quand même!
Je ne partage pas du tout l'attitude des autorités communales de Bobo dans la gestion de cette affaire! elles sont à la limite ridicules!
cela dit le problème de developpement de la ville de bobo est plus complexe que cela et vous savez très bien!
Citer
0 #3 Kôrô Yamyélé 19-10-2017 08:41
- SIDZABDA alias MINUTE, ta grande gueule de baobab ! Tu la fermes ou c'est moi qui la bouclerai à coups de gourdin !! Dégage du forum car tu n'as plus ta place ici !

Par Kôrô Yamyélé
Citer
0 #2 Kôrô Yamyélé 19-10-2017 08:24
- Il ne fallait pas s'attendre à autre chose ! La plupart des maires MPP n'ont pas été élus par leurs citoyens mais désignés et imposés par les instances du MPP et en particulier par Salif DIALLO qui était la vedette en la matière. La preuve est que les élections dans plusieurs communes se sont soldées par des batailles rangées. C'est pourquoi aux prochaines présidentielles , législatives et communales, il faut que les citoyens aient les yeux ouverts et votent pour l'UPC. Et je vais sensibiliser les paysans pour celà car ce sont eux qui constituaient le bétail électoral de Salif DIALLO qui les manipulait à sa guise.

Par Kôrô Yamyélé
Citer
0 #1 Lagitateuur 19-10-2017 08:15
Eh, fils de Bobo, a yé sabari! Pour une fois que le Pouvoir a un plan pour le developpement Bobo qui a même commencé avec le programme de bitumage de la voirie, vous trouvez encore le temps de vous bagarrer pour le bien de vos petits ventres. Réglez moi rapidement ce différend sinon c' est la population même qui va vous chasser des Mairies. Le Maire Christophe Sanou a bien raison car je l'ai toujours dit, le délaissement de Bobo Dioulasso pendant 27 ans par le pouvoir de Blaise Compaoré esr dû à l'incapacité de ses fils à s'entendre pour peser sur les décisions gouvernementale s.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut