Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Formation des opinions en Afrique : Les UCAO se connectent aux réseaux sociaux

Dans l’objectif d’offrir un cadre fédérateur d’échanges entre professionnels, universitaires, étudiants et personnes-ressources du secteur de l’information et de la communication, les Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) ont ouvert leurs portes le jeudi 16 novembre 2017. Pour cette 10e édition, les UACO s’intéressent aux médias sociaux en Afrique.

En savoir plus...

Procès en escroquerie : Trois ans ferme pour « le couple de pasteurs »

Zénabo Tankoano et son époux, Daniel Kéré, purgeront 36 mois ferme à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou pour s’être rendus coupables de faits d’escroquerie. Ainsi en a décidé la chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, hier 15 novembre 2017.

 

Statuant publiquement, contradictoirement, en matière correctionnelle et en premier ressort, le tribunal a déclaré Zénabo Tankoano coupable des faits d’escroquerie à elle reprochés. Il a requalifié les faits de complicité d’escroquerie en escroquerie concernant son époux, Daniel Kéré, qu’il a également déclaré coupable. En répression, les deux ont été condamnés chacun à une peine d’emprisonnement ferme de 36 mois, soit 3 ans, assortie d’une amende solidaire de 1,5 million de francs CFA au profit du Trésor public. La chambre a en outre jugé recevable la constitution de partie civile des victimes puis ordonné au « couple pastoral » de restituer les sommes dissipées à hauteur d’une vingtaine de millions de francs CFA. C’est ce à quoi elle a conclu à l’issue des débats du 25 octobre courant ; le jour où cette affaire avait été instruite à la barre.

Le lendemain, nous titrions à ce sujet : «Le pasteur et sa femme tondaient leurs brebis.» En rappel, il est ressorti des échanges que la femme s’était fait passer pour une « prophétesse » et avait réussi à gruger de nombreuses personnes à qui elle donnait l’illusion de pouvoir trouver des solutions à leurs problèmes, notamment en les incitant à offrir des « semences ». Il s’agit grosso modo de sommes réclamées par Zénabo Tankoano à ses « brebis » et qui étaient supposées destinées à des malades, des orphelins ou des personnes démunies. En contrepartie, la personne qui semait s’attendait à ce que ses préoccupations soient résolues puisque l’acte de semer était prétendument ordonné par Dieu.

Joseph Bazié, le chef de file des plaignants, s’est dit satisfait après le prononcé du délibéré. Pour lui, c’est une «victoire de Dieu», la preuve manifeste qu’on ne saurait utiliser «le nom du Seigneur pour escroquer et rester impuni». Et d’ajouter qu’ils (les plaignants) ne se sont pas trompés en allant vers la justice, en empruntant la voie du droit, car certains étaient également prêts à en découdre avec le couple. «Même si c’est un ou deux mois qu’ils passent en prison, c’est une bonne chose ; ils auront le temps de réfléchir et je suis convaincu qu’ils ne feront plus jamais ça.C’est aussi une mise en garde faite aux escrocs du même acabit qui sont tapis dans les non-lotis et quartiers reculés et s’enrichissent sur le dos de fidèles à travers la parole divine», a martelé Joseph Bazié. Il ne pense pas non plus que Dame Tankoano fera appel du verdict car ils détiennent toujours d’autres éléments (photos de séances de prières, par exemple) qui la compromettraient davantage. Il s’est dit serein en tous les cas.  

 

Aboubacar Dermé

En savoir plus...