Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Manifestation de scolaires à Niangoloko : 4 élèves sous les verrous

Réaction énergique des forces de l’ordre, incendie du véhicule du proviseur à son domicile, arrestation de 5 élèves déférés à la Maison d’arrêt et de correction de Banfora, arrêt des cours par les professeurs, c’est là les conséquences d’une manifestation des scolaires de la ville de Niangoloko qui manifestaient le 2 février 2015 pour la réintégration de certains de leurs camarades exclus. A travers un point de presse tenu ce 8 février 2015 dans la soirée, le bureau régional confédéral de la CGTB et la coordination F-SINTER/Cascades dénoncent la cabale et l’amalgame que l’on tente de faire autour de cette affaire.

En savoir plus...

Manipulation du super 91 dans les lieux publics : Un incendie est vite arrivé

Un adage le dit si bien : «Il n’y a pas de sot métier». Tant qu’une activité peut permettre à celui qui l’exerce de vivre dignement, on ne peut que s’en féliciter. Cependant, là où elle peut être décriée, c’est quand elle expose les autres à des situations pouvant leur être préjudiciables.

A Ouagadougou, dans des espaces publics comme les gargotes, des individus s’adonnent à des activités diverses pour gagner leur pitance quotidienne. Parmi eux, des personnes qui proposent aux clients de donner une nouvelle brillance à leurs bijoux, montres et gourmettes.

Pour le faire, elles utilisent de l’essence Super 91 encore appelée Super normal. Vu que ce combustible est très inflammable, et sachant que les endroits où il est manipulé sont confinés et accueillent la plupart du temps de gros fumeurs, il est à craindre qu’un jour un drame qu’on aurait pu pourtant éviter se produise. On n’est jamais trop prudent. Alors, restons vigilants à chaque instant.  

 

Vu !!!

 

Messages hostiles à Blaise Compaoré

Ces inscriptions sur les murs qui gênent

 

Lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, beaucoup de citoyens se sont permis certaines libertés. Les stigmates de ses dérives sont encore visibles à travers la ville de Ouaga et témoignent de l’agacement des frondeurs contre le pouvoir d’alors.

A titre illustratif, les graffitis laissés sur les murs à travers la capitale, et qui sont hostiles à l’ancien locataire de Kosyam, Blaise Compaoré. Le caractère ordurier des messages qu’on y lit est assez gênant, surtout quand il touche à l’intégrité de la femme, mère et épouse.

Pour l’éducation des tout-petits, il ne sied pas de laisser ces inscriptions à leur regard si on ne veut pas en faire plus tard de grossiers garnements. Le 24e FESPACO qui avance aussi à grands pas verra déferler sur Ouagadougou une multitude d’étrangers.

Il serait alors malsain s’ils venaient à comprendre ce que véhiculent les fameux messages. Des coups de pinceau çà et là et la question sera vite réglée.    

 

SOS !!!

 

Notre-Dame des Apôtres de la Patte-d’oie

L’office religieux régulièrement perturbé par des nuisances sonores

 

Les lieux de réjouissances à Ouaga, c’est tout ce qu’il y a de plus naturel. Ça grouille de monde dans les coins et recoins de la ville avec une ambiance surchauffée par zone. Dans certains maquis en effet, les décibels sont poussés à fond à des heures parfois indues et au mépris des textes réglementaires en vigueur.

Des nuisances sonores des bars-dancings sont signalées par endroits et mettent à mal la quiétude des populations riveraines. A la Patte-d’oie, dans les environs du rond-point des Droits humains et non loin de l’église Notre-Dame des Apôtres, un maquis qui a ouvert ses portes au public il y a seulement quelques mois fait déjà parler de lui en des termes peu élogieux. En effet, le volume de la musique n’est pas du tout raisonnable ; résultat : le voisinage immédiat est plus que dérangé.

A l’église d’à-côté où est célébré chaque vendredi et samedi soir un office religieux, les fidèles ne cachent pas leur mécontentement. Impossible de se concentrer, tant l’animation est disproportionnée. A ce problème s’ajoute l’obstruction de la voie par les différents engins de la clientèle qui prend d’assaut ce temple de loisirs.

Sans vouloir renier à quiconque sa liberté de se distraire, il importe tout de même que la délégation spéciale de la commune étudie le problème pour y trouver une solution qui satisfasse tout le monde et qui préserve la bonne entente et le bon voisinage.

En savoir plus...