Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Tour du Faso 2016 : Les Étalons conserveront-ils leur maillot jaune ?

Le Tour du Faso 2016 abordait sa 7e étape hier jeudi 3 novembre. Les 65 athlètes restants ont parcouru les 84,5km entre Bobo et Banfora. Et comme c’est devenu la tradition, c’est un Erythréen (Abraham Meron) qui s’est imposé. Le Burkinabè Harouna Ilboudo a pu garder son maillot jaune ; mais pour combien de temps encore ? quand on sait qu’il n’a que 2 secondes d’avance sur son dauphin, le Français Vincent Graczyk. Il reste encore 3 étapes à boucler.

 

Incertaine est l’issue de ce 29e tour du Faso. Chaque jour apporte son lot de surprises. La tradition a encore été respectée sur lors de la 7e étape Bobo-Banfora longue de 84,5km. La particularité de ce tronçon, c’est sa brièveté (la plus courte du Tour). En pareille circonstance, les choses vont vite. Pour ne pas se laisser surprendre, il vaut mieux être dans le bon wagon.

Le départ donné à la place Tiéfo-Amoro de Bobo, les attaquants ont juste eu la politesse de quitter la ville avant de s’adonner leur jeu favori. Au km 5 (après 5 km de course) l’animation commence dans le peloton. 1 Néerlandais, 1 Malien et 1 Ivoirien tentent de lancer une offensive. Elle est vite enraillée. Une autre tentative est menée au km 14 ; elle aussi a eu une issue infructueuse. La bonne, c’est au km 20. Là, c’est 1 Erythréen, 1 Ivoirien et 1 Algérien qui sèment la caravane. Ils creusent un écart de 10 secondes, puis 20 ; 30. À un moment, l’ardoisier Michel Bationo montrait 1mn 50s d’intervalle. Sur une petite distance, cet espacement est assez considérable. La preuve, l’arrière de la course ne parviendra plus à rattraper les hommes de tête. Ce sont donc 3 forçats de la route qui ont fait une entrée en fanfare à Banfora après avoir remporté les points chauds de Péni au km 31,1 et de Toussiana au km 52,8.

Dans le sprint final, c’est l’Erythréen Abraham Meron qui a exécuté les bons déhanchements. Il a parcouru la distance en 2h 03mn 13s, soit une vitesse de 42,196 km. Plus tard, soit 34 secondes après, le gros lot arrive. Le maillot jaune y est. Harouna Ilboudo conserve donc son bien. Le fait inédit du jour, c’est l’arrivée du Togolais Raouf Akanga. Victime d’un accrochage à 300 mètres de la ligne, il a abimé son vélo. Pour ne pas perdre le temps dans un dépannage, il a tout simplement trimballé à pied sa monture. Sacré Raouf !

La stratégie des Burkinabè, selon leur directeur technique national, Martin Sawadogo, a été de protéger le maillot jaune et de contrôler les hommes les plus menaçants dans le peloton. Et ils l’ont réussi.

 

Sur le Tour,

Kader Traoré

 

Le reste de la course

Vendredi 4 nov. 8e étape: Bobo-Dédougou (167 km)

Samedi 5 nov. 9e étape: Dédougou-Koudougou (131 km)

Dimanche 6 nov. 10e étape: Korsimoro-Ouaga (110,7 km)

Commentaires   

0 #2 Kanzim 04-11-2016 15:03
Ce tour du Faso sera une très belle occasion pour les acteurs du Burkina, d’apprendre le minimum de règlements de l’Union Cycliste Internationale (UCI). Coureurs comme supporters et jusqu’à une partie de l’équipe dirigeante semblent ne découvrir ces règlements que maintenant, alors que le Tour du Faso a eu cette chance d’être un tour UCI depuis longtemps. Du reste c’est pour cela que beaucoup de pays participent, parce que les performances d’un coureur au Tour du Faso sont prises en compte et valorisées au niveau international par le biais de l’UCI. Une UCI qui a envoyé une dame bien expérimentée comme Commissaire du tour, l’espagnole Isabel FERNANDEZ. Il n’y a pas seulement que des cyclistes burkinabè qui ignorent son rôle : jusqu’aux animateurs radio qui se prennent pour des journalistes sportifs, il y en a eu qui se demandaient qui elle était, pour qui elle se prenait et pourquoi c’est une femme qui vient officier alors qu’i existe aussi un cyclisme féminin ? Quelle hérésie. Espérons que les inconduites, constatées jusqu’au niveau du président de la fédération vis à vis de la commissaire ne créeront pas un tort au Tour du Faso. Un directeur de course par ailleurs président de fédération doit savoir se contrôler, et observer le minimum d’égards à l’endroit d’une officielle internationale, qui non seulement est une Dame, mais aussi une hôtesse du Burkina. Du Burkina où l’étranger est « roi ».
Citer
0 #1 Sidzabda 04-11-2016 08:51
félicitations aux cyclistes burkinabè. le tour du faso s'international ise et il n'est plus question de faire de l'à peu près. soit on est professionnel soit on l'est pas. alors courage aux coureurs. même si on garde pas le maillot, cela n'est pas bien grave. on organise pas la compétition pour toujours gagner.
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut