Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Coupe du Faso 2017 : Blaise Yaméogo (3) # USFA (2)

3 buts à 2, c’est le score de la 31e finale de la coupe du Faso qui s’est jouée le samedi 5 août 2017 au stade du 4-Août entre l’EFO et l’USFA. Les stellistes, ou du moins Blaise Yaméogo, auteur d’un hat-trick, a été l’arme fatale de la reine des stades, victorieuse pour la 14e fois.

 

Il y a longtemps qu’on n’avait vu une si belle finale de coupe du Faso : un beau jeu sur le terrain et du beau monde dans les tribunes. Outre le chef de l’Etat, il y avait le Premier ministre et les membres de son gouvernement, mais aussi le président de la CAF, Ahmad Ahmad, qui a séjourné 72 heures au Burkina. Sur le terrain, il y avait 2 belles équipes, toutes joueuses et pleines d’envie. L’une, l’EFO, misait sur l’expérience et sa forme du moment ; l’autre voulait faire de sa générosité dans l’effort et de sa naïveté juvénile un atout pour la conquête du 31e trophée de dame coupe.

Et là, les stellistes se sont jetés dans la bataille comme des meurt-de-faim. Ils misent sur leur côté gauche avec les raids de Narcisse Bambara en soutien à son attaque. Une première fois, c’est Konan Bernard qui se loupe (0-0 ; 18e mn). La seconde fois, c’est ce dernier qui sert Blaise Yaméogo pour l’ouverture du score 1-0 ; 21e mn). La pression de l’US forces armées pour obtenir l’égalisation devient forte. Aboubacar Kouraogo s’y essaye à distance, malheureusement pour lui, sa frappe trouve la barre transversale des buts gardés par Aimé Zongo (1-0, 29e mn). Les bleu et blanc, sentant le danger, doublent leur mise par l’intermédiaire de Blaise Yaméogo. Oublié en plein axe de la défense militaire, l’ancien buteur du RCK est allé battre Sylvain Charouf d’un joli plat du pied (2-0 ; 34e mn). La note aurait pu être salée si Konan Bernard avait cadré son coup de tête (37e mn).

Tout compte fait, les garçons de Mousso Ouédraogo, dit Mourinho, n’avaient pas dit leur dernier mot. Ils réussiront la réduction du score avant la pause grâce au goaleador du Fasofoot, Salam Kagambéga, qui s’y est repris par 2 fois avant de marquer (2-1 ; 41e mn). A la reprise, les militaires se ruent sur les buts adverses. Cela sera payant car à l’heure du jeu, Latif Tchanilé coupe bien un corner de la tête, rétablissant ce faisant la parité (2-2 ; 58e mn). Quel match ! Spectaculaire et riche en rebondissements.

Le coup du chapeau sera l’œuvre de Blaise Yaméogo. Le bourreau de l’USFA, dans tous les bons coups, va, à l’arraché, permettre à l’EFO de reprendre l’avantage (3-2 ; 61e mn). A lui seul, il a fait voler en éclats la défense adverse, souvent naïve. C’est ce score qui sanctionne la fin de la partie, offrant ainsi le titre, le trophée et la somme de 10 millions de francs aux stellistes. Les militaires, eux, se consolent avec 7 briques. Une victoire bien accueillie chez les vainqueurs. «Mes garçons se sont bien battus. Je félicite tout le monde, car on vient de loin. On a produit du jeu et on a cru en nous», nous a dit le coach Boureima Kaboré. Chez les vaincus, la tristesse est grande. «C’est comme ça, la vie. Nous avons une jeune formation qui a mouillé le maillot. L’adversaire a juste eu plus de chance», se console Mousso Ouédraogo.

Le président du Faso, Roch Kaboré, dira à la fin du match que les 2 équipes ont fait preuve de combativité. «Nous espérons que dans les années à venir nos équipes locales auront un football plus relevé que celui qu’on a vu au cours de cette finale». L’EFO obtient donc son 14e sacre et renvoie l’USFA à ses chères études.

 

Kader Traoré

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut