Logo
Imprimer cette page

A moi, Smockey ! A moi, Safiatou Lopez !

A moi, Smockey ! A moi, Safiatou Lopez !

M’empêcher d’élucubrer ? Il n’en est pas question. Jamais ! C’est pas des sans foi ni loi  qui vont m’empêcher d’élucubrer un mardi. Pour élucubrer, je vais élucubrer.

 

Et non seulement je vais élucubrer, je vais élucubrer avec la dernière énergie. Je n’aurais pas élucubré si c’est Kôrô-Yamyélé qui m’en avait donné l’ordre. Mais pas ces fils des fils de fous de Satan. Je vais élucubrer pian ! Et vive Roch ! C’est moi qui ai dit. Et vive Zéphirin Diabré ! C’est moi qui ai dit. Vive Ablassé Ouédraogo ! Vive Gilbert Ouédraogo ! Vive Laurent Bado ! Vive Soumane Touré ! Vive Philippe Ouédraogo !

Vive Joséphine Tamboura ! Vive Bénéwendé ! Vive Hermann ! Vive tous les malcauseurs, les mal et les  pas bon ! Vive Smockey ! Vive Bassolma Bazié ! Vive le Brassard Noir ! Vive le CAPPUCCINO ! Vive le SPLENDID ! VIVE ISTAMBUL ! Vive tous les enfants du Burkina ! Tous pour un, un pour tous ! A mort les fous du diable !

Dieu  soit béni ! Béni soit son Saint nom !

 Le revoilà Maître Paul Kéré. Le frère de l’autre. Il est re-là et je suis bien content. Je ne me lasse jamais d’écouter Maître Kéré junior. Lorsqu’il parle à la télé, je crois entendre Docteur Seydou Rassab’laga. A la vitesse du débit, je pense aussi à Bassolma Bazié. Il a également un peu de Maxime Kaboré, l’ex et le futur candidat à la Présidence du Faso résidant en Wallonie. Maître Kéré lui-même a un pied chez les Gaulois et un pied à Tenko.

Maître Kéré junior, appelons-le comme ça, je ne  souhaite pas l’avoir avec moi ni l’avoir contre moi. Mais si j’étais contraint à faire un choix entre l’avoir avec ou l’avoir contre, bien évidemment que je préfèrerais l’avoir avec moi.

En principe et par nature, tout avocat est un dur à cuire, un coriace. Mais il ne faut pas s’y tromper, Maître Kéré, en plus d’être un dur à cuire et un coriace, est également et surtout un « On s’en fout » et cela en dépit de son allure de gendre idéal.

Lorsque j’ai été informé que Maître Kéré, l’avocat de la défense au procès du putsch de septembre 2015 a introduit un recours en IN-CONS-TI-TU-TION-NA-LI-TE (ouf !) j’ai sauté jusqu’au plafond. Quoi ?! Qu’est-ce qui a pu bien rendre le frère de Bartho si hardi au point de raisonner comme Soumane Touré ? Il ne sait donc pas  que c’est prendre un gros risque que d’imiter Soumane Touré ? Soumane Touré c’est Soumane Touré. Soumane Touré c’est le seul garçon au Faso capable de tenir les propos les plus inattendus sur les mogho-puissants les plus puissants sans subir les foudres de qui que ce soit.

Je tombe des nues.

« Le régime de la Transition serait un régime anticonstitutionnel (encore ?) et un régime d’exception sous prétexte qu’il n’est pas issu d’élections libres et indépendantes ». Maître Kéré, ça ne va pas la tête ?

« Le putsch du 16 septembre ne constitue aucunement une atteinte à la sûreté de l’Etat ». Maître Kéré, le koungolo, ça ne va pas ?

A moi, Smokey !!! A moi Safiatou Lopez !!!

Je vais répondre aux questions que je viens de poser. Si Maître Kéré a toute sa tête et tout son koungolo et malgré tout a dit ce qu’il a dit, je ne vois qu’une explication : il ne sait pas qui est Sy Chériff. On ne peut pas  connaître le guérillo Sy Chériff et tenir un tel raisonnement. Sait-il seulement ce que c’est qu’être dans la clandestinité  pendant que ça tire de partout ?

Peut-être bien qu’à défaut de Sy Chériff Maître Kéré connaît le Président Michel Kafando. Mais que va faire Michel Kafando face a ce qui s’apparente à un crime de lèse-majesté ? Michel Kafando est du genre Gandhi. S’il reçoit une gifle sur la gauche, il va tendre la droite en riant. Je sais de quoi je parle, j’ai connu le mentor de Michel Kafando. Il s’appelait Hippolyte. Hippolyte Tapsoba. Il prônait la non-violence en toute circonstance.

Si après avoir lu des élucubrations vous partez donner une gifle à Laurent Bado, je ne répondrai de rien.

J’élucubre. J’élucubre parce que aujourd’hui c’est mardi et que le mardi je me dois d’élucubrer. Mais si vous saviez dans quel état je suis !

Je vais vous dire… Comme vous savez, là je m’adresse aux Ouédraogo, ceux de Gambaga et ceux d’Egypte, comme vous savez, je suis Samo et mes ancêtres n’ont jamais mis les pieds en Egypte. Chez nous les Samos, tout garçon a un nom de guerre que lui confère son géniteur dès qu’il a atteint l’âge de garder le bétail en brousse.

Le nom de guerre a toujours une explication. Par exemple, le nom de guerre de mon oncle Tougolo c’est « Marfa Wou » ce qui en Français se traduit par « Coup de fusil ». Personne ne peut entendre un coup de fusil sans trembler, sans se chercher. Mon frère aîné portait le nom » Pelage noir ».

Le pelage noir est noir et restera noir. Nul n’y peut rien, surtout pas l’ennemi. Moi Toégui, mon nom de guerre est « Yèrèbolo » qui veut dire la gorge du lion. Qui peut attraper un lion par la gorge pour l’égorger ? Qui ? Même s’il se nomme Rialé ou même s’il est Naaba machin de je ne sais quelle bourgade ?

Je vais vous dire… Comment Jean Claude Bouda appelle encore ces fous du diable qu’il comptait frapper d’épouvante ? En tout cas moi Toégui Yèrèbolo, si j’en attrape un …si j’en attrape un …N’insistez pas.

Quelqu’un vient de me poser une colle. Il m’a demandé si  le Président Maxime Kaboré qui se nourrit de frites plus que de babenda, et Maître Paul Kéré qui a un pied à Nancy et un pied à Tenko, il me demande si on peut dire de ces deux là qu’ils sont de la diaspora. Je réponds oui et non. Ils sont de  la diaspora mais ils ne sont pas des diaspos.

Aux dernières nouvelles et selon des sources  indubitablement bien informées en provenance de la Salle des Banquets de Ouaga 2000, Maître Kéré a retiré son recours.

Mais non, Maitre ! Ça ne marche pas comme ça, ce serait trop facile. Ce qui a été lu a été écrit. Ce qui a été écrit a été dit. Ce qui a été dit est dit.

Maître, beaucoup de gens dans la cité croient que vous êtes Mochichi. Mais moi je sais que vous et moi sommes cousins vrais vrais. Rien à voir ni avec Gambaga ni avec l’Egypte. Vous savez donc combien les Mochichis ont  de ces proverbes idiots. Ils disent qu’une fois qu’on a parlé on a parlé.

Qu’on ne peut plus dire qu’on a pas parlé. Ils disent que c’est très facile de retirer un brin de paille d’un toit de chaume, mais pour  remettre ce brin de paille en place c’est la quadrature du cercle, et que la parole est comme le brin de paille. Malgré donc votre renoncement les gens de Ouaga vont répliquer que ce qui est dit est dit.

Je vais vous donner des idées… pour votre défense. Si malgré le renoncement à votre recours, on continue de vous acculer, de vous persécuter, on continue de  vous montrer du doigt sous prétexte que ce qui est dit est dit, y a qu’à faire votre mea culpa. Vous me demandez comment on fait un méa culpa ?

Tout ce qu’il y a de plus simple. Y a qu’à apprendre et réciter à haute voix la phrase qui suit : « Le régime de la Transition était inconstitutionnel. Il n’était pas issu d’élections libres et le putsch du 16 septembre ne saurait être assimilé à une atteinte à la sûreté de l’Etat ». Moi, Maître Paul Kéré j’avais dit cela. J’avais dit mais je n’ai plus dit.

C’est bien compris Maître ? Surtout  ne faites pas comme ce mentor qui a attiré les portes de l’enfer sur nous et qui rechigne à faire son mea culpa.

Ouille ! Ouille ! Monsieur Chériff, j’ai fait quoi !?

 

Charles Guibo

Dernière modification lemardi, 06 mars 2018 22:15

Commentaires   

0 #1 yé ! 06-03-2018 10:15
Toegui, est-ce que tu sais que tu as eu de la chance ?  Vendredi j'ai failli partir avant toi ! Des malades, ces individus...

Toegui, tu connais le saute-table ? Non ? Un 110m haies que tu cours, lesté de gari. Nouvelle discipline sportive du SIAO. Le CNO s'y interesse paraît-il... Parce qu'il n'y a pas de doute que la pratique va se généraliser au Burkina.

PS. Toegui, c'est quoi cette histoire de gorge qui fait la guerre ? A quoi ? Tu n'as jamais été qu'un glouton, c'est ça ?
Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.