Logo
Imprimer cette page

Journées parlementaires : Burkindlim ou la vie continue

1.	Le président du Groupe parlementaire Burkindlim, Emmanuel Lankoandé (micro) 1. Le président du Groupe parlementaire Burkindlim, Emmanuel Lankoandé (micro)

Le Groupe parlementaire Burkindlim, constitué à sa création des députés de sept partis qui sont le MDA, le NTD, l’ODT, le PAREN, le PDS/METBA, le RDS et l’UNIR/PS, organise les 5 et 6 mars 2018 dans la salle de conférences du Liptako Gourma ses premières Journées parlementaires de l’année sous le thème « Etat des lieux des droits sociaux au Burkina Faso : cas du droit au logement et du droit à l’autosuffisance alimentaire.

 

A l’image de beaucoup d’activités reportées au lendemain des attaques terroristes perpétrées vendredi dernier à Ouagadougou, les médias invités aux premières Journées parlementaires de l’année du Groupe parlementaire Burkindlim se demandaient si l’événement n’allait pas subir pareil sort. Ce ne fut pourtant pas le cas. Dans la salle de conférences du Liptako-Gourma, dès 8 heures et demie passées, les représentants de partis et députés membres de la structure ont commencé à prendre place. Mieux, comme pour montrer que la vie continue malgré l’adversité et que l’on ne se laissera pas scier le moral par les forces du Mal, dont c’est d’ailleurs l’un des principaux objectifs, une troupe traditionnelle a été mise à contribution pour égayer les participants, qui gardent, il est vrai, le souvenir douloureux de ce qui s’est passé. Bien sûr, l’assistance a au préalable sacrifié à l’observation de la minute de silence à la mémoire de nos braves soldats fauchés par les balles assassines.

Pour ses premières Journées parlementaires de l’année 2018, le Groupe parlementaire Burkindlim a décidé de se pencher sur le thème suivant : « Etat des lieux des droits sociaux au Burkina Faso : cas du droit au logement  et du droit à l’autosuffisance alimentaire », un sujet «d’une grande pertinence », selon le président du comité d’organisation de la rencontre, le député Issa Anatole Bonkoungou. Abondant dans le même sens que ce dernier, le premier responsable de Burkindlim, le parlementaire Emmanuel Lankoandé, reviendra un peu plus en détail sur les motivations qui les ont poussés à faire une immersion de deux jours pour mieux appréhender la problématique du logement et de l’autosuffisance alimentaire. « Le droit au logement constitue un véritable boulet aux pieds de nos gouvernants… La situation alimentaire, sans être alarmante, est préoccupante. Pour combler le déficit céréalier, le gouvernement doit, cette année, mobiliser 25 milliards pour 95 000 tonnes de vivres à destination de 18 provinces pour combler le déficit céréalier », a-t-il précisé pour donner plus de force à son interpellation. 

 

Issa K. Barry

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.