Logo
Imprimer cette page

7è congrès du CDP : Ce sera donc les 5 et 6 mai

7è congrès du CDP : Ce sera donc les 5 et 6 mai

 

Le 7e congrès ordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) se tiendra les 5 et 6 mai 2018 à Ouagadougou. C’est en prélude à cet événement que le président du parti, Eddie Constance Hyacinthe Komboïgo, a installé le comité national d’organisation, fort d’une soixantaine de membres et présidé par le député Blaise Sawadogo.  C’était dans l’après-midi du 12 mars courant au siège de la formation politique.

 

 

Le compte à rebours pour l’organisation du 7e congrès ordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a été lancé le 12 mars 2018 à Ouagadougou. Cela s’est traduit par l’installation du comité national d’organisation, piloté par le député Blaise Sawadogo. Il est à la tête d’une équipe forte d’une soixantaine de membres et est assisté par les présidents des comités Thème et Organisation matérielle. «Le comité Thème comprend trois commissions : primo, nous avons la commission vie du parti. Elle doit faire le bilan de la vie du parti et réfléchir sur les perspectives. Secundo, il y a la commission chargée de cogiter sur le thème du 7e congrès et de produire un rapport introductif. La problématique tournera autour du rôle et de la place du CDP dans le contexte sociopolitique actuel. Tertio, nous avons la commission relecture des textes fondamentaux du parti, notamment les statuts et le règlement intérieur. Les membres de cette commission vont revisiter ces aspects et envisager les innovations qui pourraient être apportées afin que le parti d’opposition que nous sommes à présent puisse reconquérir le pouvoir et être plus performant », a expliqué Blaise Sawadogo, par ailleurs président du groupe parlementaire dudit parti à l’Assemblée nationale.

 

Quant au deuxième grand axe, c’est-à-dire le comité Organisation matérielle, il est composé de 8 commissions allant du protocole-accueil à la sécurité en passant par le matériel et la logistique, la santé, les finances et la restauration, sans oublier l’hébergement. Le président du comité national d’organisation a insisté sur la commission Mobilisation et animation, car «nous voulons un congrès à la dimension et à la taille du CDP ». Ce fut également l’occasion pour Blaise Sawadogo d’indiquer que le travail abattu s’inscrit dans la perspective  du renouvellement des instances du parti. «Au regard des enjeux futurs, notamment des élections en 2020 (présidentielle, législatives et municipales), il nous faut une nouvelle direction plus conquérante, plus solide, cohérente et unie afin de pouvoir relever ces défis. De manière harmonieuse et concertée, il nous faut sortir une direction consensuelle qui va s’organiser pour l’horizon 2020», a-t-il soutenu.

 

Exhortant le comité et les militants du parti à œuvrer à la tenue de ce congrès à bonne date, Eddie Komboïgo n’a pas manqué de dire à la presse qu’ « il n’y a pas d’inquiétude en réalité ». «Au CDP, il n’y a pas de problème, c’est un parti dynamique, vivant où la démocratie s’installe fondamentalement. C’est une fierté pour le peuple burkinabè qu’un tel parti, après tant d’années, puisse résoudre les incompréhensions en son sein. Nous n’avons aucun doute, c’était juste pour exhorter nos militantes et militants à travailler pour que ce congrès soit un succès », a fait observer le président du parti de l’épi et de la daba.  Mais  sans risque de se tromper, on peut affirmer que ce sera aussi le congrès de tous les dangers, car on sait les rivalités qui ont opposé Eddie Komboïgo à Achille Tapsoba, soutenu par Léonce Koné. En effet, il a fallu à Monsieur Komboïgo batailler pour reconquérir son « naam », après que la justice militaire lui a accordé un non-lieu dans l’affaire du putsch manqué du 16 septembre 2015. 

 

 

Aboubacar Dermé

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.