Logo
Imprimer cette page

Extrait d’un discours du prophète Muhammad (SAW) en un début de ramadan

Extrait d’un discours du prophète Muhammad (SAW) en un début de ramadan

Les fidèles musulmans du monde en général et ceux du Burkina Faso en particulier entament demain jeudi le jeûne du mois du ramadan. Un mois saint par excellence pour les Mahométanes et les Mahométans durant lequel ils doivent s’abstenir de boire, de manger, de fumer et d’avoir des rapports sexuels de l'aube jusqu’au coucher du soleil.

Nous vous proposerons, à travers cette rubrique dénommée ‘’Le coin du jeûneur’’, des informations pour réussir le jeûne et plus généralement sur l’islam. Elle se veut également un cadre pour les non-musulmans avides de connaissances sur l’islam d’en savoir davantage. La rubrique sera animée par le Comité presse de l’Association des élèves et des étudiants musulmans du Burkina Faso (AEEMB) sous la coordination d’Aboubacar Dermé. Ce premier numéro vous propose un extrait d’un discours du prophète Muhammad (Saw) en début de ramadan.

 

Le mois béni d’Allah est arrivé, le mois de récolte du monde musulman est apparu. En effet, Allah dans Sa sagesse a prescrit aux musulmans le mois de jeûne et cela est stipulé dans le Coran : « Ô vous qui avez cru! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété. » (sourate2verset 183). Salmane (RA) raconte : « le messager d’Allah (Saw) nous fit un discours le dernier jour de chabbane. Il dit :« musulmans ! Un mois très important et béni est presque arrivé, un mois contenant une nuit meilleur que 1000 mois, un mois dont Allah a fait le jeûne obligatoire et la prière de la nuit un acte de dévotion. Quiconque y fait une œuvre de bien sera comme celui qui a fait une obligation dans un autre mois, et quiconque s’y acquitte d’une obligation sera comme celui qui s’acquitte de 70 obligations dans les autres mois. C’est le mois de la patience, et la récompense de la patience, c’est le paradis. Et c’est le mois de l’entraide et un mois où les biens du croyant sont augmentés. Quiconque y offre à un jeûneur de quoi rompre son jeûne aura un pardon pour ses pêchés et un affranchissement du feu et il aura un salaire équivalent à celui dudit jeûneur sans rien diminuer de la valeur de son jeûne. Ô messager d’Allah, dirent-ils, nous n’avons pas de quoi nourrir un jeûneur. Allah donne cette récompense à celui qui nourrit un jeûneur d’une datte ou avec de l’eau ou du lait mélangé à de l’eau. C’est un mois dont le début est une miséricorde, le milieu un pardon et la fin un affranchissement du feu. »

 

 

Comité de presse de l’A.E.E.M.B. 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.