Logo
Imprimer cette page

ADO et la présidentielle 2020 : « Arrêtez-moi ou je fais un malheur ! »

ADO et la présidentielle 2020 : « Arrêtez-moi ou je fais un malheur ! »

Pour sûr, c’est une  sortie qui fera des vagues sur les bords de la lagune Ebrié. Dans une interview à paraître dans l’édition de « Jeune Afrique » d’aujourd’hui et dont les auditeurs de RFI ont eu un avant-goût, le président Alassane Dramane Ouattara, entre autres sujets abordés, a évoqué la présidentielle de 2020 et la possibilité pour lui de se représenter pour un 3e mandat. Une possibilité que lui ouvrirait, sur le plan juridique, la nouvelle Constitution ivoirienne adoptée par référendum le 30 octobre 2016 mais qui pourrait être problématique d’un point de vue politique.

 

Cette annonce, il est vrai, n’est pas  à proprement parler nouvelle : déjà en novembre 2017, la question lui avait été posée par France 24 et il avait laissé entendre qu’ «  a priori » il ne se représenterait pas, tout en prenant soin d’ajouter que la nouvelle Constitution l’autorise à le faire s’il le  souhaite.

Sauf que depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié et  De Gaulle, et l’environnement sociopolitique n’est plus ce qu’il était il y a quelque temps de cela.

Les mutineries à répétition qui ont secoué l’armée ivoirienne et les ex-éléments des Forces nouvelles sont passés par là, fragilisant ainsi un pouvoir éternellement tenu en joue par la soldatesque.

Les relations entre le président de la République, malgré les apparences, ne sont plus ce qu’elles étaient avec, d’une part, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro, et d’autre part, avec le président Henri Konan Bédié qui renâcle à dissoudre le PDCI dans un seul et unique parti houphouëtiste et qui en vertu d’un accord que lui et ADO auraient conclu lors de la présidentielle de 2015, s’attend à ce que le RDR lui fasse la passe en 2020. Ce à quoi le locataire du palais de Cocody et les ADOlâtres de tous poils rétorquent qu’il n’y a jamais eu de deal et que c’est le meilleur candidat du RHDP qui sera leur porte-drapeau à la prochaine présidentielle. Un congrès extraordinaire du RDR a même été organisé le 5 mai dernier pour acter la création du parti unifié, même si, on ne le sait que trop, les cœurs sont encore loin de battre à l’unisson.

L’annonce dans JA semble donc destinée en particulier à HKB et probablement à Soro, qui pense sans doute au fauteuil d’ADO en se rasant chaque matin.

« Arrêtez-moi ou je fais un malheur » ou plutôt, « ou je me présente », semble lancer Alassane Dramane Ouattara, qui se positionne ainsi comme l’ultime recours pour mettre fin à la guerre des tranchées qui mine la famille des héritiers  politiques du  père de l’indépendance.

En fait, il est presque sûr que s’il devait mettre sa menace à exécution, entre un FPI secoué par  des querelles picrocholines  et un PDCI qui ne manquerait pas de se diviser sur la question, ADO passerait comme lettre à la poste. Mais est-ce politiquement sain et opportun pour celui qui aura presque 80 ans en 2020 (il est né en 1942) de jouer les prolongations avec le risque que de nouveaux départs de feu apparaissent ici et là, réveillant de vieux démons qui ne sont jamais qu’assoupis au pays d’Houphouët ?

Espérons pour lui et les Ivoiriens que le natif de Dimbokro saura raison garder et qu’il n’ira pas jusque-là.

 

 

La Rédaction

Dernière modification lelundi, 04 juin 2018 22:24

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.