Logo
Imprimer cette page

Violations des droits de l’homme au Burundi: Nkurunziza sur la sellette

Violations des droits de l’homme au Burundi: Nkurunziza sur la sellette

Les rapports des commissions d’enquête sur les droits de l’homme au Burundi se suivent et malheureusement se ressemblent : alarmants ;

Les réactions des autorités burundaises se suivent et se ressemblent également : méprisantes.

Une fois de plus la sonnette d’alarme a été tirée ce mercredi 5 septembre depuis Genève où une énième commission d’enquête des Nations unies dirigée par le Sénégalais Doudou Diène a livré les résultats des ses investigations, une année jour pour jour après la publication, le 4 septembre 2017 du rapport d’une autre commission onusienne présidée quant à elle, par l’Algérien Fatsah Ouguergouz sur le même sujet. Déjà en 2017 les enquêteurs onusiens pointaient du doigt la responsabilité des plus hautes autorités de l’Etat accusées de favoriser des violations parfois massives des droits de l’homme« dont certaines sont constitutives de crimes contre l’humanité ».

Un an après, rien n’a changé sous le ciel plombé de Bujumbura. « Ce climat attentatoire aux droits de l’homme continue à être favorisé par des appels récurrents à la haine et à la violence de la part d’autorités, dont le chef de l’État, et de membres du CNDD-FDD, (parti au pouvoir), ainsi que par une impunité générale »Exécutions sommaires, disparitions forcées, détentions arbitraires, tortures et autres traitements cruels. Cette fois-ci, Pierre Nkurunziza, « Guide suprême éternel » du CNDD/FDD se retrouve sur la sellette, accusé au même titre que ses sbires, de vouloir maintenir son peuple sous le joug d’un régime de terreur.

Mais comme il fallait s’y attendre, à Bujumbura où les experts de Nations-Unies ne sont plus du tout les bienvenus, le rapport de Doudou Diène a connu le même accueil que ceux de ses devanciers. En effet, le gouvernement burundais pour seule défense dénonce les agissements et les mensonges d’une commission téléguidée par les capitales occidentales. C’est la rengaine servie à tout bout de champ par les prédateurs des droits humains. Une manière de battre leur coulpe sur la poitrine des institutions internationales et de tous ceux qui veulent les empêcher de sévir en paix.

Pierre Nkurunziza revient donc sur la sellette, lui qui en 2015 a mis le feu aux poudres en décidant de briguer un troisième mandat en violation de la constitution. Depuis, le pays est en crise. Sa réélection en juillet de la même année a déclenché une crise qui a fait au moins 1 200 morts et déplacé plus de 400 000 Burundais. Ces violences avaient déjà poussé la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête. Mais voilà qu’à la surprise générale celui qui à l’époque du maquis se faisait appeler «le rassembleur » a annoncé qu’il ne sera pas candidat en 2020. Dès lors la question se pose de savoir si l’actuel président burundais sera inquiété par les juges de La Haye, une fois son immunité présidentielle perdue. Et si les faits révélés par les enquêteurs onusiens sont avérés, il faudra bien que tôt ou tard les auteurs et autres responsables répondent de leurs actes.

H. Marie Ouédraogo

Dernière modification lejeudi, 06 septembre 2018 20:56

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.