Logo
Imprimer cette page

Laurent Gbagbo acquitté: Que va-t-il faire de sa liberté ?

Laurent Gbagbo acquitté: Que va-t-il faire de sa liberté ?

Cette fois-ci, c’est sûr : ils sont vraiment libres. Après de longues années d’incarcération et de procès, Laurent Koudou Gbagbo et Charles Blé Goudé avaient été acquittés par la CPI le 15 janvier 2019, mais leur remise en liberté était suspendue à une ultime audience à la demande du parquet. Finalement, la chambre de 1re instance de la Cour a estimé que les prestigieux pensionnaires de la prison de Scheveningen devraient être libérés. Elle a donc rejeté la requête de maintien en détention formulée par le procureur, à charge pour la Cour de garantir le retour effectif  des deux accusés et de leurs avocats dès que leur présence serait requise à La Haye.

L’ex-président ivoirien et celui qui fut son ministre de la Jeunesse, poursuivis, rappelons-le, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis pendant le conflit postélectoral de 2010-2011, respirent de nouveau l’air de la liberté retrouvée. Reste maintenant à savoir ce que Gbabgo, qui aura bientôt 74 ans,fera de cette liberté, au moment où les cartes politiques sont en train d’être battues et rebattues sur les bords de la lagune Ebrié, où les alliés d’hier (ADO, Bédié et Soro) s’entre-déchirent, et où les ennemis d’hier (HKB, Soro et Simone Gbagbo) tentent des rapprochements.

A l’image du Congolais Jean Pierre Bemba, libéré lui aussi en juin 2018, et qui s’est jeté tout de suite à ses dépens dans le marigot politique congolais particulièrement trouble, l’enfant terrible de Mama et son ex-ministre de la rue publique vont-ils replonger tout de suite dans les eaux tout aussi troubles de la lagune Ebrié ? Ou vont-ils tenter de retisser le lien social et familial, forcément distendu du fait des longues années d’absence ? Des questions en suspens au moment où les partisans de Gbagbo, qui ont fêté toute la nuit du mardi à mercredi à Yopougon et dans d’autres quartiers d’Abidjan, voient déjà en lui le messie qui reviendrait redresser les torts supposés ou réels commis par les nouveaux maîtres du pays.

Mais ils devraient encore patienter, le temps qu’Ado donne son accord pour le retour au bercail de celui qui, dans un premier temps, devrait être accueilli en Belgique, où réside sa seconde épouse, Nady Bamba. Humainement parlant, on peut comprendre que Gbagbo, qui trinque seul pour des crimes commis par toutes les parties au conflit (Ado, Soro, Blaise, France), puisse être animé d’un désir bien compréhensible de revanche. Mais comme on aimerait voir tous ces éléphants de la faune politique ivoirienne réunis pour une cérémonie de pardon mutuel, gage d’une véritable réconciliation, quitte à ce que le combat politique reprenne à la loyale et de façon civilisée dans les urnes  en 2020 ! Seront-ils seulement capables de transcender leurs rancœurs, voire leur haine, pour faire table rase du passé  afin que plus jamais la Côte d’Ivoire ne connaisse ce qu’elle a connu en 2010-2011 et même bien avant ?

Issa K. Barry

Dernière modification lejeudi, 17 janvier 2019 22:20

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.