Menu

Hommage à Moustapha Sarr : Bangrewéogo dit adieu à son premier directeur

Mamadou Moustapha Sarr a modernisé le Parc urbain Bangrewéogo Mamadou Moustapha Sarr a modernisé le Parc urbain Bangrewéogo

Une cérémonie d’adieu et d’hommage a été organisée à partir de 10h au parc Bangrewéogo dont l’illustre disparu fut le premier directeur. Elle a eu lieu en présence du maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, de nombreuses personnalités ainsi que de parents et amis du défunt. Le décès d’El Hadj Mamadou Moustapha Sarr est survenu le 9 janvier 2019 à Austin aux USA. L’inhumation du corps du défunt a eu lieu le 10 janvier à 14 heures à son domicile, précédée d’une prière à la mosquée du quartier Wayalghin où il résidait.    

 

Face au cercueil, placé sous une tente dressée à cette occasion,  se tenaient la fanfare militaire pour les honneurs, les officiels, parmi lesquels Achille Tapsoba du CDP, Simon Compaoré du MPP, des représentants du gouvernement, des parents et amis ainsi que tous les travailleurs du parc. Les sculptures de girafes, d’éléphants et d’autres animaux de la faune étaient là immobiles, et juste de l’autre côté derrière le grillage, les oiseaux en captivité laissaient de temps en temps échapper des cris.  

Né en 1954 et décédé le 9 décembre 2019 à Austin aux Etats-Unis, il a été en 1995 conseiller municipal de la commune de Ouagadougou où  il a côtoyé l’ancien maire, Simon Compaoré, en qualité de maire adjoint en charge de l’environnement et de la sécurité. Il était, précédemment, membre du bureau exécutif national du CDP.

Les premiers hommages ont été prononcés par Oumarou Idani, ministre des Mines, en tant que représentant des amis du défunt. Une amitié longue de plus de 45 ans liait les deux hommes, qu’il aurait fallu « un livre pour la décrire ». M. Idani a rendu un vibrant hommage à l’illustre disparu. Pour lui, la disparition de M. Saar laisse un grand vide, car c’était un « homme-orchestre intégré dans tous les milieux qu’il rencontrait. Il était comme un poisson dans l’eau dans l’animation des relations sociales, dans la mobilisation politique, toujours disponible pour les autres ». Suite à M. Idani, c’est Simon Compaoré qui a eu l’honneur de faire l’éloge funèbre de l’illustre disparu. 

Selon l’ancien maire de la commune de Ouagadougou, Moustapha Sarr fut un grand monsieur. « Nous avons travaillé ensemble au conseil municipal de la ville de Ouagadougou. Vu son amour, sa passion pour la nature, je l’ai nommé premier directeur du parc Bangrewéogo, après que l’Etat a rétrocédé le parc à la ville de Ouagadougou. Lorsqu’il a été nommé, il a immédiatement mis en branle toutes ses relations avec notamment les villes de Lyon, Grenoble, avec lesquelles nous avions des liens, pour bénéficier d’un certain nombre d’accompagnements. Il a développé des initiatives, des relations qui lui ont permis de doter ce parc en animaux sauvages qu’on ne trouvait pas à Ouagadougou. Il a modernisé le parc, il a fait que l’endroit est aujourd’hui très visité. Ses traces resteront à jamais gravées dans ce parc. A toute sa famille éplorée, nous présentons nos condoléances ».  

Au cours de la cérémonie, Moustapha Sarr a été fait Chevalier de l’Ordre de l’Etalon à titre posthume par le président Roch Marc Christian Kaboré.

 

Dieudonné Ouédraogo

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut