Logo
Imprimer cette page

Campagne cotonnière 2020-2021 : Les ambitions revues à la baisse

Campagne cotonnière  2020-2021 : Les ambitions revues à la baisse

 

La campagne cotonnière 2020-2021 est lancée. Cependant, confrontés  à d’énormes difficultés au nombre desquelles l’insécurité, les aléas climatiques et les impacts de la Covid 19, les producteurs  de « l’or blanc »  ont adopté une approche « réaliste » visant l’obtention d’une production  minimale de  550 000 tonnes de coton graine pour cette nouvelle saison. L’annonce a été faite le samedi 30 mai 2020 à Ouagadougou, lors d’une conférence de presse  animée  par les responsables des structures  exerçant dans ce domaine. Par ailleurs, ils ont fait part du prix d’achat du coton graine, plafonné à 240F/Kg.

 

 

 

 

C’est « une approche réaliste » qui a été mise en place  par l’Association interprofessionnelle du coton Burkina (AICB) en cette saison cotonnière 2020-2021. La cause,  la persistance des évènements ayant entraîné  la non-atteinte des  objectifs fixés lors de la campagne précédente. Au nombre de ces  entraves qui   ont «  totalement désarticulé le plan de production des producteurs », il est fait cas des conditions climatiques difficiles courant mai et juin 2019, de l’abandon de superficies par certains producteurs du fait des inondations et du fort enherbement des parcelles, de la poursuite des pluies jusqu’en fin octobre 2019 ayant entraîné la pourriture des capsules et de l’insécurité.  Si avec tant de difficultés les acteurs du coton burkinabè ne savaient plus où mettre la tête, la survenue du coronavirus aussi  bien dans notre  pays qu’ailleurs a enfoncé le clou. Conséquence : sur une production  cotonnière  de 722 000 tonnes  attendue en avril 2019, c’est  finalement 460 114  tonnes de coton qui ont  été engrangées. En plus de cela, on observe une  récession économique mondiale du fait de la Covid 19, ce qui a provoqué la baisse du  prix de ce produit (soit 240F/Kg pour le coton premier choix et 215F/Kg pour le deuxième choix). Pour Wilfried Yaméogo, directeur général de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), cette situation défavorable  explique  «  certainement le 4e rang » qu’occupe actuellement le Burkina dans le classement des pays africains producteurs de coton. Ces difficultés «  n’ont pas pour autant  empêché une évolution,   soit-elle  légère », a-t-il ajouté.  Mieux, dira-t-il,  au sortir de la nouvelle campagne, « on peut  constater qu’il y a eu  une amélioration substantielle de la production  nationale et surtout dans les exploitations  pour faire œuvre utile dans la production du coton. C’est ce qui explique par ailleurs  la sensibilisation à la productivité à l’hectare ; seul gage  d’amélioration de la performance des   exploitations cotonnières en particulier et  agricoles  en général ».

 

Et au  regard de ce résultat qui se  veut «  encourageant »,  M. Yaméogo pense qu’il  faut «  plus de sérénité dans la campagne lancée ». C’est pourquoi, à son avis, « expliquer aux producteurs que le décrochage du prix  est une situation liée aux fondamentaux du marché dans ce domaine qui s’est dégradé » est une démarche indispensable   quand bien même il y aurait « du professionnalisme dans les activités cotonnières », a-t-il relevé.

 

Pour  sa part, Louis Yanzon Yé, secrétaire général de l’AICB, a  exhorté les producteurs de coton à respecter les mesures barrières  et exprimé sa reconnaissance à l’Etat pour « son accompagnement », qu’il juge au passage « inestimable ».

 

 

 

 

 

Roukiétou Soma

 

(Stagiaire)

 

 

 

Dernière modification lemercredi, 03 juin 2020 22:24

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.