Logo
Imprimer cette page

Relations diplomatiques Burkina - Cuba : Un toast pour des noces de vermeil

Relations diplomatiques Burkina - Cuba : Un toast pour des noces de vermeil

 

Dans l’après-midi du 15 décembre 2020 à Ouagadougou, la résidence de l’ambassadeur de Cuba au Burkina Faso a servi de cadre pour la célébration du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Les convives, après avoir visionné les premiers instants de la coopération entre Ouaga et La Havane, qui s’est renforcée en 1984 et en 1986 par les visites du père de la Révolution burkinabè, ont porté un toast pour que perdurent ces relations qui se bonifient avec le temps à l’image du vin.

 

 

 

 

Excellentes. C’est le qualificatif qu’a employé l’ambassadrice de Cuba au Burkina Faso pour désigner les relations diplomatiques qui existent entre les deux pays. L’acte fondateur de cette idylle, vieille de 45 ans, a été signé le 11 décembre 1975 à New York par les deux parties. Nadieska Navarro, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, l’a dit à l’issue d’une brève présentation des différents documents historiques et des visites officielles qui ont jalonné leur parcours depuis que les deux Etats ont décidé de convoler en justes noces. Et cela fait suite au tournant décisif en 1983 avec la signature d’un accord-cadre instituant une commission mixte de coopération ; laquelle couvre aussi bien les domaines de la santé, de l’éducation, de l’enseignement secondaire et supérieur que du sport pour ne citer que ceux-ci. En ont témoigné les coupures de presse cubaine immortalisant les deux déplacements du président Thomas Sankara dans cet Etat insulaire communiste des Caraïbes en 1984 et en 1986. On y voit un Thom Sank qui, après avoir été reçu par les autorités cubaines d’alors, se tient aux côtés du demi-millier d’étudiants burkinabè qu’il exhortait à la discipline et au travail. Au-delà de ces épisodes focalisés sur des relations bilatérales, sur le plan multilatéral, il y a le soutien politique du Burkina Faso dont bénéficie Cuba dans les instances internationales ; Cuba est en réalité confrontée depuis le 3 février 1962 à un embargo économique, commercial et financier instauré par les Etats-Unis. Selon celle qui a présenté ses lettres de créance au président Roch Marc Christian Kaboré le 25 septembre 2020 à Kosyam, cet embargo demeure le principal frein à l’épanouissement de son pays qui compte plus de 11 millions d’habitants, d’où la nécessité de sa levée. C’est ce qu’ont aussi suivi et écouté des autorités burkinabè dont le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, la ministre de la Santé, Claudine Lougué, et des diplomates comme le Chinois Li Jian. En matière de perspectives, la diplomate, titulaire d’une licence en Relations et politiques internationale, fonde l’espoir que puisse être (enfin) organisée la visite du président de la Représentation nationale à Cuba l’année prochaine. « C’est une visite que nous avons essayé d’organiser l’année passée mais pour des raisons d’agenda et en cette année avec le covid 19, cela a été impossible », a-t-elle expliqué. Celle qui était avant sa nomination spécialiste au Groupe d’analyse et organismes régionaux à la Direction Amérique latine et des Caraïbes du ministère des Relations extérieures de Cuba croit qu’un tel déplacement aidera à renforcer les liens parlementaires entre les deux pays. Il est aussi attendu des visites du ministère des Affaires étrangères burkinabè à Cuba. « Je suis personnellement très intéressé à développer nos liens culturels, car nos deux pays partagent une histoire commune, et à œuvrer à un partage  de nos riches expériences ; il y a bien d’autres projets », a conclu Nadieska Navarro.    

 

Aboubacar Dermé

 

 

 

 

 

Encadré :

 

 

 

De manière concrète…

 

 

 

Selon le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Seydou Sinka, 25 spécialistes cubains sont dans des Centres hospitaliers nationaux et régionaux du Burkina, notamment à Ouaga, à Bobo-Dioulasso, à Koudougou, à Ouahigouya et à Banfora. 3 autres spécialistes apportent leur appui au Laboratoire national de santé publique (LNSP).  Dans le domaine du sport, 5 experts cubains, à savoir 3 en athlétisme et 2 en boxe, séjournent présentement au Faso pour partager leurs connaissances. Pour ce qui est de l’éducation dont le Pays des hommes intègres bénéficie de l’expertise cubaine en médecine conventionnelle et vétérinaire, en économie, en génie civil, entre autres, il y a actuellement 13 étudiants burkinabè boursiers à Cuba et 3 autres attendent leur départ, prévu en janvier 2021.

 

 

A.D.

Dernière modification lelundi, 21 décembre 2020 22:12

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.