Logo
Imprimer cette page

Macaire Ouédraogo : L’homme qui ballotta Lamizana

Macaire Ouédraogo : L’homme qui ballotta Lamizana

 

Macaire Ouédraogo, l’homme qui a mis le général Aboubacar Sangoulé Lamizana en ballottage lors de la présidentielle de 1978, a rejoint celui dont il fut l’historique challenger hier mardi 12 janvier 2021 dans sa 87e année.

 

 

Fils de Guillaume Ouédraogo (1), 4e président du Conseil général, ancêtre de l’actuelle Assemblée nationale, le défunt fut un des tout premiers banquiers de notre pays. A ce titre, il a dirigé la Banque nationale de développement (BND) puis a été le premier président et cofondateur du Conseil national du patronat voltaïque, aujourd’hui burkinabè.

 

Candidat de l’Union nationale pour la défense de la démocratie (UNDD), parti créé par l’ancien président Maurice Yaméogo, Macaire Ouédraogo  a réussi l’exploit de ballotter le chef de l’Etat sortant, le général Aboubacar Sangoulé Lamizana, à la présidentielle de 1978.

 

Une grande première surtout pour l’époque, ce qui a valu l’inscription de la Haute-Volta dans le livre Guinness de la démocratie, pourrait-on ainsi dire.

 

Au second tour, le général remporta le scrutin avec 56,28% contre 43,72% pour son mémorable adversaire.

 

Pour l’anecdote, retenons qu’une des raisons de l’échec du candidat UNDD fut que les Houphouët avaient fait fermer le robinet du compte suisse que les Américains avaient ouvert dans les années 60 au profit des chefs d’Etat du Conseil de l’Entente dans le cadre de la lutte contre la pénétration du communisme dans la sous-région ouest-africaine.

 

Sous la Révolution, Macaire Ouédraogo avait, avec d’autres Burkinabè comme Emmanuel Zoma, leader de l’UNDD en Côte d’Ivoire, travaillé à rentabiliser le complexe hôtelier de Valentin Kinda, richissime homme d’affaires de notre pays  assassiné, disait-on, pour les aides qu’il accordait aux Voltaïques qui fuyaient le régime du CNR pour s’exiler sur les bords de la lagune Ebrié.

 

De sa carrière parlementaire, on peut relever, entre autres, l’idée de la suppression de l’impôt de capitation (prix de la vie) qui était de triste mémoire dans les chaumières.

 

Fervent catholique, il a fait partie de la cellule de réflexion et de conception du projet de la future nouvelle cathédrale de Ouagadougou.

 

Hospitalisé d’abord à Yalgado, Macaire Ouédraogo a été par la suite transféré à la clinique Bruno Ilboudo, un peu comme si à l’ultime moment de sa vie, il avait voulu s’approcher de l’ancienne concession familiale de Paspanga.

 

Au moment où nous tracions ces lignes, le programme des obsèques ne nous avait pas été communiqué. 

 

Quoi qu’il en soit, requiescat in pace (que son âme repose en paix).

 

La rédaction

 

 

(1) L’intéressé est mort accidentellement sur le trajet Dédougou-Bobo en 1951 en même temps qu’Alwata Diawara.

Dernière modification lemercredi, 13 janvier 2021 21:49

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.