Logo
Imprimer cette page

Kundé 2014 : Le Prince de Komkistenga enfin sur le trône

Kundé 2014 : Le Prince de Komkistenga enfin sur le trône

Neuf ans après son échec dans des conditions plus ou moins rocambolesques lors de l’édition la plus  controversée aux  Trophées de la musique burkinabè,  Alif Naba, le Prince de Komkistenga, tient enfin sa revanche. En effet, le vendredi 25 avril 2014, il a remporté la distinction la plus prestigieuse de la musique burkinabè face à deux autres grandes pointures que sont Bill Aka Kora et Mariam Rovane.

Enfin Alif Naba, le célèbre artiste musicien burkinabè au style très particulier, vient d’inscrire son nom au palmarès des Trophées de la musique burkinabè. En 2005, lors de la 6e édition des Kundé, alors qu’il avait remporté le suffrage du public, son échec était resté en travers de la gorge des mélomanes qui estimaient  d’ailleurs que leur champion avait été floué. Aussi cette affaire Jah Press et ses compagnons la traînaient-ils comme un boulet au pied. Alif Naba, le prince aux pieds nus  avec son album, a ravi la vedette à Mariam Rovane qui, elle, a été consacrée meilleure artiste féminin et à Bill Aka Kora qui, lui, a remporté le prix du public avec 78% des suffrages exprimés.

Cette 14e édition des Kundé, en dépit de quelques couacs organisationnels, a proposé un plateau artistique particulièrement relevé par rapport aux précédentes années. Le mythique et éternel  groupe congolais, Zaiko Langa-Langa, le couple malien très adulé, Amadou et Mariam, l’espoir de la musique nigériane Wizboy, les artistes ivoiriens, Meiway et Serge Beynaud, ont mis le feu à la salle des Banquets de Ouaga 2000. On peut le dire, ils ont justifié leurs cachets, mais aussi en grande partie  le prix d’entrée de  50 000 FCFA.

Cependant, l’ombre du groupe Espoir 2000, on ne sait trop pourquoi, n’a pas plané une seule seconde dans la salle de spectacle.

Flavour un véritable flou artistique ?

Beaucoup cherchent toujours à comprendre le coup de bluff tenté par le commissariat général des Kundé avec la mégastar nigériane Flavour qui a été annoncée à grand renfort de publicité comme la principale tête d’affiche et qui n’a finalement pas presté au grand dam du public.

Flavour, cet artiste, faut-il le rappeler, originaire du pays de Fela Kuti, tourne très bien en ce moment, et a  un cachet qui coûte les yeux de la tête. Cet artiste confirmé et adulé fait «vendre» à coup sûr et le  commissariat général des Kundé n’est pas sans le savoir. Alors que la star qui a déjà vu des vertes et des pas mûres avait fait une apparition hystérique dans la salle pour recevoir sa distinction, il a refusé à la surprise générale et de manière très  polie  de prester. «Business is Business», a-t-il déclaré avant d’inviter les fans à venir vivre le concert qu’il donnait le lendemain samedi 26 avril au stade du 4-Août, un spectacle organisé par une multinationale du café.  Ne comprenant vraiment rien à ce flou artistique le public était toujours à se poser une seule  question : Flavour était-il réellement lié au commissariat général des Kundé par un contrat ?

Encadré :

Zaïko Langa-Langa : Patrimoine national au Congo

Le mythique groupe congolais Zaïko Langa-Langa,  une des principales têtes d’affiche de la 14e édition des Kundé, est né le 24 décembre 1969 alors que le pays s’appelait encore Zaïre. Très adulé, le groupe a été porté à bout de bras par l’ancien président Mobutu Sésé Séko et était, à l’instar des Léopards du  Zaïre, l’équipe nationale de football, le porte étendard du pays.  De grands noms de la musique africaine comme Papa Wemba, Koffi Olomidé et Bozi Boziana pour ne citer qu’eux y ont fait leurs premières armes. En raison de son histoire fortement liée à celle du pays, et particulièrement les premières années d’après indépendance,  le groupe  a été déclaré il y a quelques années, patrimoine national par les autorités congolaises. Et à ce titre les membres du groupe bénéficient d’émoluments mensuels et agrémentent les soirées et réceptions  officielles organisées à  la présidence de la République.

Jean Stéphane Ouédraogo

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.