Menu
Regard sur l'actualité

Regard sur l'actualité (26)

Crise en RDC : La bataille de la kalash et du crucifix

 

Mgr Laurent Monsengwo ne décolère et n’en démord pas. Déjà début janvier, après la répression de la première manifestation de la Coordination des laïcs catholiques qui avaient manifesté pour revendiquer la mise en œuvre de l’accord de la Saint-Sylvestre 2016, l’archevêque métropolitain de Kinshasa avait sorti l’artillerie lourde contre les oppresseurs au pouvoir. «Nous ne pouvons que dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent, malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie. Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règne la paix, la justice en République Démocratique du Congo», avait-il pesté.

En savoir plus...

Fièvre Ebola : Par quel filament prendre ce virus ?

Depuis que les premiers cas de virus Ebola ont été signalés en janvier dernier en Guinée-Conakry, la situation épidémiologique va de mal en pis. La «peste rouge», ainsi que nous l’avons qualifié du fait de la fièvre hémorragique qui foudroie les personnes atteintes, semble installée pour longtemps alors qu’on s’attendait à sa disparition, du moins à un recul rapide comme c’est souvent le cas en Afrique centrale et dans la région des Grands Lacs. Rien de tout cela. Bien au contraire. Sa zone épidémiologique ne fait que s’étendre au-delà des frontières du pays de Sékou Touré, son foyer originel en Afrique de l’Ouest.

En effet, le virus s’est répandu en Sierra-Léone et au Liberia, et qui sait si d’autres Etats, comme le Mali et la Côte d’Ivoire, où des alertes avaient été données, ne couvent pas aujourd’hui le mal. La question mérite d’être posée quand on connaît les modes de transmission d’Ebolavirus (contact direct avec une personne infectée, consommation de certains gibiers comme la chauve-souris, le singe et l’agouti, considérés comme des réservoirs viraux), et la grande mobilité des populations dans des conditions qui jurent avec les règles d’hygiène et de prévention préconisées en pareille situation.

 

En tout cas, à ce jour, selon Médecins sans frontière (MSF), 60 foyers actifs ont été identifiés en Guinée, au Liberia et en Sierra-Léone. «Le risque d’une propagation est aujourd’hui réel», a averti le directeur des opérations de MSF, Bart Janssens, d’autant plus que ‘’l’épidémie est hors de contrôle’’ et a déjà fait 385 morts sur 567 cas recencés. Il y a lieu que les autorités sanitaires et même politiques des Etats de la boucle «ébolique» et des pays voisins prennent le Filovirus par les filaments, c’est le cas de le dire, de renforcer la surveillance épidémiologique, multiplier davantage les campagnes de sensibilisation sur le mode de contagion de la fièvre Ebola et arrêter, comme c’est le cas en Guinée Conakry, la polémique stérile sur le nombre de victimes. L’épidémie ignorant les frontières, la riposte doit en faire autant. Nos gouvernements doivent au plus vite mutualiser leurs moyens et leurs efforts pour la mise en place d’un plan sous-régional pour sinon l’éradication de l’infection, du moins l’arrêt de sa propagation. C’est à ce prix qu’on pourra espérer juguler cette ‘’peste rouge’’ contre laquelle il n’existe aucun moyen curatif, et conjurer la sombre prophétie de Jean-Marie Le Pen qui, dans une de ses abominations, a osé déclarer : «Contre l’immigration, monseigneur Ebola s’en chargera en trois mois».

 

Adama Ouédraogo Damiss

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS