×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 65

Menu
Regard sur l'actualité

Regard sur l'actualité (221)

Abdoulaye Wade : Papy, laisse comme cela et passe la main !

Hissène Habré peut à présent pousser un ouf de soulagement, mais tout de même il aura eu chaud ! Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, qui promettait de le renvoyer dans son Tchad natal où il est déjà condamné à mort, finalement, aura lui-même cédé à la pression qui l’enserrait de toutes parts, au point qu’il décide à présent de suspendre l’expulsion de son fort encombrant hôte.

En savoir plus...

Abdoulaye Wade : On voulait Karim, il livre Habré

La dernière décision politique du président sénégalais a produit l’effet d’un coup de tonnerre bien retentissant : Abdoulaye Wade a tout simplement décidé de renvoyer Hissène Habré au Tchad. Et la chose se fera en toute vitesse, puisque l’ancien dictateur doit arriver à N’Djamena aujourd’hui, par un vol spécial affrété par l’Etat sénégalais ; un renvoi presque sans ménagement.

En savoir plus...

Armée burkinabè : Réformer, oui, mais comment ?

 

Les habitants du pays des hommes intègres ont mal à leur armée. Et ils ne se cachent plus pour le dire. A vrai dire, il y a de quoi. Ces derniers mois, plus qu’à un tout autre moment de leur histoire,  la Grande muette, s’éloignant du rôle républicain qu’elle est censée jouer, les a brimés, lésés, violentés, volés et a saccagé leurs biens ; et ce, au motif qu’elle réclame des revendications dont on croit que si certaines d’entre elles étaient justifiées, elles ne commandaient pas que les hommes en treillis ignorent toute morale et toute retenue dans le seul but qu’on leur concède un peu plus de beurre sur leurs épinards.

En savoir plus...

AQMI – Mauritanie : Escalade ou simple baroud d’honneur ?

On l’avait subodoré, ils l’ont fait : des combattants d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont attaqué, mardi 5 juillet, une base militaire mauritanienne au sud-est du pays avant de replier vers le Mali, pourchassés qu’ils étaient par les forces mauritaniennes qui, visiblement, s’attendaient à l’offensive des barbus d’Allah.

En savoir plus...

Alpha Condé 6 mois après : L'art d'être cassant

La Guinée a, en la personne du Professeur Alpha Condé,  depuis le 21 décembre 2010, son tout premier président démocratiquement élu. L’opposant historique remporta la bataille des urnes, de haute lutte, et ne coiffa son rival, Cellou Dalein Diallo, que d’une courte tête. A l’issue de la proclamation des résultats de la présidentielle, on nota des remous par ci par là, mais ils n’eurent pas l’ampleur des contestations habituelles dont moult pays africains se retrouvent régulièrement frappés et qui conduisent irrémédiablement aux incommensurables chaos que l’on sait. Presque tout normalement, le professeur jadis opposant s'est revêtu de ses apparats de président de la République et est désormais le chef d’Etat de la Guinée ; de tous les Guinéens, ainsi qu’il aime lui-même le répéter.

En savoir plus...

Discours de Bachar Al Assad : Circulez, il n’y a rien à voir !

On l’a attendue comme le messie, cette adresse promise. On l’avait présentée comme le tournant à partir duquel tout redeviendrait normal en Syrie : plus de morts, plus de persécutions d’opposants, plus d’exode et de déplacements de populations qui errent à la recherche d’un quelconque abri précaire, le plus important étant de se mettre à l’abri des balles mortelles des soldats de Bachar, presque tous entièrement acquis à sa cause.

En savoir plus...

Réformes politiques au Maroc : Ça risque d'être sur du papier

Ceux qui  avaient, au vu de l'ampleur du "Mouvement du 20 février", prédit un destin semblable à celui des Palhavi d'Iran au roi Mohamed VI en ont eu pour leurs frais depuis quelques jours. Idem pour les "Maroco-pessimistes" qui voyaient en M6 un souverain incapable de remplacer son père Hassan II, et surtout inapte à diriger le Maroc qui a soif de changement, eux aussi semblent être pris à rebrousse-poil.

En savoir plus...

Situation nationale : Un an de sursis pour le 11-Décembre

Décidément, on ne s’ennuie plus avec les Conseils de ministres. Il fut un temps, en effet, où les traditionnels comptes-rendus de ces rendez-vous hebdomadaires du gouvernement n’intéressaient que les hommes d’affaires et autres opérateurs économiques, en raison des passations de marchés publics qui y sont publiés, ainsi que les fonctionnaires pour les nominations.

En savoir plus...

Mali : Des mastodontes s’ébranlent vers la présidence

L’année à venir, aura lieu une élection présidentielle dans un pays ouest-africain ayant une tradition démocratique : le Mali. Autre spécificité digne d’intérêt, le président en exercice, ATT, a décidé de ne pas être de la partie. On se rappelle que l’homme a déjà promis qu’en 2012, il irait «cultiver son jardin» à Mopti, sa région natale. Ce qui signifie en clair qu’il ne se présentera pas aux prochaines joutes.

En savoir plus...

Opposition sénégalaise : Une torpille nommée Gadio

Quelque huit mois seulement avant la présidentielle sénégalaise de février 2012, le rêve de l'opposition de dresser un seul cheval pour prendre le départ avec l'ancêtre Wade  aura, hélas, fait long feu. La faute à ces touristes politiques qui préfèrent être la tête d'un rat que la queue d'un lion, comme aurait dit le Pr Joseph Ki-Zerbo, quand agonisait l'opposition burkinabè.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS