Menu
Politique

Politique (423)

Montée du péril terroriste : Le MPP prône le recours aux « milices d’auto-défense »

Au lendemain de l’attaque terroriste sur l’axe Ougarou-Boungou, à l’est du pays, qui a fait 38 civils tués, une soixantaine de blessés et des disparus, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), dans la déclaration ci-dessous, invite le gouvernement à échanger avec les forces vives de la Nation et à décréter l’état d’urgence pour un sursaut patriotique avec le concours des populations et des milices d’auto-défense et de sécurité.

En savoir plus...

Assassinat maire de Djibo : Le chauffeur serait vivant

Le député-maire de Djibo, Oumarou Dicko, et trois de ses compagnons assassinés le dimanche 3 novembre 2019 ont été inhumés le lundi 4 novembre 2019 à Djibo. C’était en présence d’une délégation  gouvernementale et de l’Assemblée nationale. Donné pour mort, le chauffeur du maire  aurait survécu par miracle et s’en serait sorti avec un bras et des côtes cassés. Par contre Salifou Ouédraogo, communément appelé « Salif mécanicien », fait partie des morts.

En savoir plus...

Congrès pour la démocratie et le progrès : « Je ne soutien ni Eddie ni KDO »(Mahamadi Koanda)

Hier, c’était Juliette Bonkoungou, aujourd’hui c’est Jérôme Bougouma que le courant Koanda veut comme candidat à la prochaine élection présidentielle.  Mais l’ancien ministre de la Sécurité sous Blaise Compaoré ne « veut rien  avant le jugement de l’insurrection populaire. » En attendant, Mahamadi Koanda, au cours d’une conférence de presse tenue le 26 octobre 2019, a affirmé qu’il ne soutient ni Eddie Komboïgo ni Kadré Désiré Ouédraogo.

En savoir plus...

Soutien aux Forces de défense et de sécurité : Le Larlé Naaba sonne le rassemblement

Un meeting de soutien à nos soldats au front et un hommage aux victimes des actes terroristes ont eu lieu dans l’après-midi du samedi 26 octobre 2019 dans la cuvette du stade Dr Issoufou-Conombo (ex-stade municipal). Et comme pour mieux booster la troupe,  l’occasion a été saisie par les organisateurs, avec à leur tête le Larlé Naaba Tigré, pour remettre des dons à nos forces de défense et de sécurité.

En savoir plus...

Juliette Bonkoungou : Ce qu’elle nous a confié avant de repartir pour Paris

Après huit mois à Paris où elle avait été admise dans une clinique pour des soins, elle a bénéficié d’une autorisation d’une dizaine de jours pour revenir au bercail. Elle est aussi l’une des figures de proue du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti qui traverse une crise née de l’augmentation du nombre de membres du Bureau politique national contrairement à celui fixé par l’avant- dernier congrès de l’ancien parti majoritaire. A cela s’ajoute l’annonce de la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) qui veut briguer la magistrature suprême en 2020, créant de facto des pro KDO et des pro Eddie Komboïgo. Se voulant respectueuse des textes, elle a pris des positions qui lui ont valu d’être suspendue par les responsables de son parti, sanction qu’elle dit n’avoir toujours pas comprise.

Mais qu’à cela ne tienne, sa santé demeure sa seule préoccupation du moment. Le 25 octobre 2019, à quelques jours de son départ pour l’Hexagone où elle repart poursuivre son traitement, Juliette Bonkoungou nous a accordé une interview exclusive dans laquelle elle aborde, entre autres, son état de santé, sa gratitude envers tous ceux qui la soutiennent en ces moments difficiles et bien évidemment les vicissitudes que traverse sa formation politique.

En savoir plus...

Pour Ablassé Ouédraogo : «Diabré est de connivence avec le MPP»

Au parti Le Faso Autrement, la gestion actuelle de l’Opposition politique dérange. Dans une lettre rendue publique, le chef du parti, Ablassé Ouédraogo, en veut au patron de l’institution, Zéphirin Diabré. Scission, à l’Assemblée nationale de l’UPC, parti de ce dernier, mise en place d’un Cadre de concertation de l’opposition « illégal », manque de propositions de l’Opposition pour sortir le pays de l’impasse sécuritaire… pour celui qui présente son parti comme marginalisé, Zeph est de connivence avec le pouvoir MPP et ne mérite plus son titre de porte-parole des opposants.

En savoir plus...

Intérêts civils du Procès du putsch manqué : L’audience renvoyée au 29 octobre prochain

Comme annoncé le 2 septembre dernier à l’issue du verdict, l’audience sur les intérêts civils au procès du coup d’Etat manqué s’est ouverte hier 22 octobre 2019 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000. Mais elle a aussitôt été suspendue pour une semaine à la demande de certains avocats des parties civiles au motif de vouloir mieux s’organiser pour intervenir convenablement. Le parquet militaire et la défense ne s’y étant pas opposés, la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou a accédé à la requête en reconvoquant les parties le 29 octobre prochain à 9h.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : Retour au prétoire pour les réparations

C’est ce matin, 22 octobre 2019 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000, que débute en principe l’audience sur les intérêts civils du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015. C’est à cette étape que les parties civiles (plus de 300) vont demander des dommages et intérêts en réparation aux préjudices qu’elles ont subis lors des manifestations en vue de s’opposer au coup de force du général Gilbert Diendéré. Comment cette audience va-t-elle se dérouler concrètement ? Comment se calculent les montants que le tribunal allouera aux victimes ? Qui va payer si les accusés ne sont pas en mesure de s’acquitter des éventuelles sanctions pécuniaires ? Eléments de réponses avec Me Batibié Bénao de la Société civile professionnelle d’avocats (SCPA) Legalis à travers cette interview qu’il nous a accordée, hier, à son cabinet. 

En savoir plus...

Crise CDP : « Le parti a de beaux jours devant lui, n’en déplaise à ses détracteurs» (Eddie Komboïgo, président du parti)

Depuis que des directives sont venues d’Abidjan pour résorber la crise que traverse le CDP, le président du parti ne manque pas l’occasion de rencontrer les militants pour leur en expliquer la teneur et appeler à l’union. Après une réunion avec les secrétaires généraux des sections provinciales du parti, tenue le 20 octobre 2019 à Ouagadougou, Eddie Komboïgo était, le même jour, le grand invité des jeunes de l’arrondissement 8 de Ouagadougou qui ont tenu une assemblée générale. Le chef du parti a réitéré l’appel de la direction qui souhaite que la volonté du fondateur dans cette crise soit faite, sachant que Blaise Compaoré a demandé que les sanctions infligées à certains militants soient rapportées et que ces derniers regagnent les rangs.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS