Menu

Politique

Politique (215)

Procès putsch manqué 05 décembre: «Je ne sais pas si j’ai affaire à Me Kam ou à M. Kam du Balai citoyen » (Général Gilbert Diendéré)

Les avocats des parties civiles au procès du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 ont poursuivi avec leurs séries de questions à l’endroit du général Gilbert Diendéré, hier 5 décembre 2018 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000. Au tour de parole de Me Guy Hervé Kam, «Golf», après avoir répondu à des questions de forme, s’est ensuite muré dans un silence total, estimant que Monsieur Guy Hervé Kam peut être considéré comme faisant partie de ceux qui ont provoqué les événements du 16 septembre et jours suivants dans la mesure où il a «aidé» le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida à accéder au pouvoir.

En savoir plus...

Extradition François Compaoré: Les Burkinabè entre joie et scepticisme

Beaucoup de Burkinabè avaient les yeux rivés hier sur la Cour d’appel de Paris, où devait se jouer le sort de François Compaoré, principal suspect dans l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Arrêté à l'aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle en octobre 2017, François attendait que la justice française se prononce sur son extradition. Les juges de la Chambre de contrôle de la Cour d’appel de Paris ont finalement autorisé l’extradition du frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré. Malgré cette décision, qui tombe à quelques jours du 20e anniversaire de la disparition brutale du fondateur de L’Indépendant,  l’opinion burkinabè est partagée entre la joie de voir enfin le « petit président » répondre à la justice et le scepticisme sur son renvoi effectif au pays.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : « Le 17-Mai, quand Sankara a été arrêté, nous avons dit clairement qu’on n’était pas d’accord » (Général Gilbert Diendéré)

Le vendredi 30 novembre 2018, le général Gilbert Diendéré était à son 4e jour d’audition à la barre de la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou. Il a été longuement interrogé par le parquet. Mais Golf est resté droit dans ses bottes en soutenant avoir été accompagné par la hiérarchie militaire, car, les premiers jours, celle-ci n’a jamais marqué son opposition au putsch. Une attitude qu’il a déplorée en déclarant que « quand un homme n’est pas d’accord, il dit non ». Il a rappelé à ce propos que « le 17 mai 1983, lorsque le Premier ministre Thomas Sankara a été arrêté par le président Jean Baptiste Ouédraogo, nous avons dit clairement qu’on n’était pas d’accord ».

En savoir plus...

Roch, trois ans après: Un gâteau d’anniversaire au goût amer

Mine de rien, ça fait déjà trois ans ! C’est en effet le 29 novembre 2015, après une année mouvementée suite à l’insurrection et au coup d’Etat, que Roch Marc Christian Kaboré a été élu, un « winvouka », comme on le dit chez les Mossis, communauté dont il est issu, autrement dit un coup K.-O. magistral par le score de 53% face à 14 candidats parmi lesquels son principal challenger, Zéphirin Diabré, qui s’en est sorti avec 29% des voix exprimées. C’était censé être le mandat de la rupture et du renouveau, à la fois sur les plans politique et économique après les 27 longues années de Blaise Compaoré et les vicissitudes politiques liées à l’insurrection, à la transition chaotique et au putsch.

Trois années après, le gâteau d’anniversaire a un goût plutôt amer. Non pas seulement, il est vrai,  du fait du pâtissier qui aura raté son œuvre, mais aussi parce que d’autres ingrédients exogènes sont venus, hélas, contribuer à faire rater la recette. Au premier rang de ceux-ci, la montée du terrorisme dont on avait en réalité eu un avant-goût sous la transition avec l’enlèvement, le 4 avril 2015, d’un agent de sécurité d’origine roumaine officiant dans une mine de manganèse dans le nord du pays. Mais ce n’était rien par rapport à la déflagration qui allait accueillir le nouveau régime, alors que le gouvernement venait à peine d’être formé, avec l’attaque du café-restaurant Cappuccino le 15 janvier 2016.

Trois années après, on n’est hélas pas sorti de ce cercle de feu, puisque le cancer s’est même métastasé au point de s’être propagé aujourd’hui à presque toutes les parties du pays, à commencer par la capitale Ouagadougou, frappée par deux fois : d’abord il y eut  l’attentat au café Aziz Istanbul (13 août 2017) et ensuite l’attaque simultanée de l’état-major général des armées et de l’ambassade de France (2 mars 2018).Ainsi donc, le Centre, l’Est, l’Ouest et surtout le Nord, particulièrement la province du Soum, où l’hydre a fini par s’installer, sont le théâtre d’attaques.

En novembre 2017, le bilan macabre faisait état de 80 attaques et de 133 morts, particulièrement dans les rangs de ceux qui sont chargés d’assurer notre sécurité.

Le péril sécuritaire aura donc dès l’entame été la grande tache noire… pardon… rouge, sur la copie de  Roch. Parviendra-t-on un jour à trouver une solution à ce mal qui nous ronge ? On s’interroge, car si le terrorisme n’est pas le fait du gouvernement, les réponses, à la fois politiques, sécuritaires et sociales, apportées se sont révélées jusque-là inopérantes. On a le sentiment qu’on tâtonne un peu et que tous les moyens ne sont pas mis à la disposition des FDS pour contrer cet ennemi invisible.

Et que dire de certains choix politiques sujets à caution ? Cela étant, pour ne rien arranger, les syndicats ont multiplié revendications sur revendications, obligeant Roch Marc Christian Kaboré à multiplier dangereusement les libéralités pour avoir la paix sociale, même si celle-ci par nature est toujours temporaire. L’Etat ayant toujours d’ailleurs l’art de retirer d’une main ce qu’il a donné de l’autre. Pour avoir cadeauté quelque 200 000 fonctionnaires, ce sont les 22 millions de Burkinabè qui trinquent, avec notamment la récente augmentation du prix des hydrocarbures, que les cours du pétrole à eux seuls ne justifient pas en réalité, le locataire de Kosyam ayant besoin d’argent frais pour tenir les nombreuses promesses qu’il a faites.

Pour être juste, il faut reconnaître que nonobstant le contexte hostile dans lequel il s’est installé, nonobstant la surenchère syndicale, le nouveau maître du pays est quand même parvenu à poser des actes forts dans les domaines social et économique. Le bilan, il est vrai, reste à faire, mais l’on peut citer à ce propos la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, la disparition progressive des écoles sous paillote et la réalisation d’infrastructures routières.

Mais Roch et les siens ont beau se démener comme de beaux diables, ils semblent victimes d’une perception négative des Burkinabè pour qui, de Blaise Compaoré à Roch Marc Christian Kaboré, rien n’a vraiment changé. Il est vrai qu’il faut reconnaître que la gouvernance n’est pas toujours aussi vertueuse qu’on le voudrait, avec surtout ces petits et grands scandales qui éclatent de temps à autre. Le président du Faso, qui a d’ores et déjà proclamé être candidat en 2020, parviendra-t-il à gommer cette perception négative qui lui colle à la peau ? Là est la grande question. Alors que dès 2019, il aura déjà l’esprit à 2020.

 

Issa K. Barry

En savoir plus...

Procès putsch manqué : Que nous réserve « l’encéphalogramme » du cerveau présumé ?

Le vendredi 23 novembre 2018, Ousséini Faisal Nanéma était de nouveau à la barre de la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou. Poursuivi pour complicité de dégradation volontaire aggravée de biens et de recel, son audition avait été interrompue pour un conflit d’intérêt. En effet, Faisal et le caporal Dah Sami avaient le même avocat, Me Arno Sampébré. Le problème est que les deux s’accusaient mutuellement au point de contraindre leur avocat à jeter l’éponge. Jusqu’à la fin de son audition, Faisal Nanéma a nié les faits à lui reprochés. Ce lundi matin, le procès du putsch manqué doit se poursuivre avec, en principe, à la barre un certain général Gilbert Diendéré.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : Le retour de Faisal

 

L’interrogatoire de l’ancien bâtonnier Me Mamadou Traoré  s’est poursuivi hier 22 novembre 2018 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000. Après sa déposition liminaire  la veille, où il a expliqué le motif de sa présence au camp Naaba Koom II dans la nuit du 16 septembre 2015, il s’est prêté aux questions du parquet militaire et des avocats des parties civiles. Pour ces acteurs, il n’y a pas de doute, Me Mamadou Traoré est resté au camp jusqu’à 7h du matin contrairement à ses déclarations à la barre. Le procureur militaire s’est dit convaincu que l’accusé jouait, en réalité, le rôle de conseiller juridique du général Gilbert Diendéré  lors des événements. Le président a annoncé le retour à la barre, ce vendredi 23 novembre 2018, de l’accusé Ousséini Faisal Nanéma.

En savoir plus...

Présidentielle 2020 : Appel à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo

 

L’intéressé ne s’est pas encore publiquement prononcé sur le sujet mais petit à petit l’éventualité d’une candidature de Kadré Désiré Ouédraogo à la présidentielle de 2020 se précise. En témoigne cet « Appel à la mobilisation citoyenne » signé de 65 citoyens de tous horizons qui le pressent de se jeter à l’eau et qui demandent aux Burkinabè qui partagent leur vision de les rejoindre.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : « Je n’étais que le conseiller de Macky Sall » (Ex-bâtonnier, Mamadou Traoré)

Après cinq jours d’audience, l’audition du colonel-major Boureima Kiéré s’est achevée hier, 21 novembre 2018, dans la salle des banquets de Ouaga 2000 par les observations finales de ses avocats, lesquels ont plaidé que les faits reprochés à leur client n’étaient pas constitués. Lui a succédé à la barre l’ancien bâtonnier Mamadou Traoré, poursuivi pour trois infractions.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS