Menu
Politique

Politique (423)

Déploiement G5 Sahel : « Nous sommes prêts »(Kalla Moutari, ministre nigérien de la Défense)

A l’issue d’une réunion du conseil des ministres de la Défense des pays membres du G5 Sahel qui s’est tenue le 13 mai 2018 à Ouagadougou, le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari, président du conseil des ministres du G5, a assuré que l’opérationnalisation de la task force ne devrait plus tarder. « Nous sommes prêts », a-t-il déclaré au sortir de la rencontre tout en précisant que la date effective était laissée à la discrétion des militaires.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : A nouveaux déports, nouveau report

 

Pour cause de déport d’avocats de la défense  le procès du putsch manqué avait été renvoyé au cours de l’audience du 6 avril au 9 mai 2018. Un temps nécessaire pour que des accusés puissent bénéficier des conseils d’avocats commis d’office par le bâtonnier. Ces derniers se sont présentés ce mercredi à l’audience mais ont demandé un délai de 3 semaines à un mois pour s’imprégner du dossier de 15 000 pages. Une requête acceptée par le tribunal qui a aussitôt renvoyé le procès au 25 mai. Les débats sur les multiples déports, les demandes de liberté provisoire et de voyage ont marqué cette audience qui a duré 5 heures  

En savoir plus...

Visite PM malien à Ménaka : Un démineur sur une bombe à retardement

C’est un déplacement sous haute tension que le premier ministre malien effectue aujourd’hui même à Ménaka. Soumeylou Boubèye Maïga se rend en effet dans cette localité de la région de Gao, nichée aux confins du Niger et secouée depuis plusieurs années par des violences intercommunautaires qui ont mis à mal le vivre-ensemble dans cette partie du Grand Mali, si tant est qu’il y en ait jamais eu dans ce fatras d’ethnies, de tribus et de clans. Quand ce ne sont pas les Peulhs et les Daoussahaks qui s’étripent, ce sont les Imghad et les Ifoghas qui se regardent en chiens de faïence dans un bellicisme quasi séculaire qui se transmet de génération en génération.

En savoir plus...

Lutte contre le terrorisme :«La Défense et la Sécurité doivent être gérées par des gens compétents»(Zéphirin Diabré)

Parmi les nombreux sujets d’actualité qui ont été à l’ordre du jour du point de presse organisé par le CFOP (Chef de file de l’opposition politique burkinabè), le 8 mai 2018 à son siège, figurait la lancinante question du terrorisme. Après avoir regretté que la situation évolue en s’aggravant, le principal animateur, Zéphirin Diabré, a fait le constat suivant teinté de regrets : «Les deux ministères (Défense et Sécurité) doivent être gérés par des gens compétents. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il y a problème».

En savoir plus...

Eddie président du CDP : Le parti échappe-t-il à Blaise Compaoré ?

Eddie Komboïgo, 39 voix contre 33 à son challenger, Boureima Badini. Les 72 membres du Bureau exécutif national du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), transformé à l’occasion de ce 7e congrès en collège électoral, ont donc tranché pour la continuité à la présidence du parti. L’expert-comptable a damé le pion, de peu, au magistrat, précédemment représentant spécial du facilitateur, Blaise Compaoré, dans la crise ivoirienne.

En savoir plus...

Présidence CDP : Eddie rafle la mise

Après avoir été blanchi dans le cadre du dossier du putsch manqué de septembre 2015, le président du  Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboïgo, avait tout de suite entamé un périple à l’intérieur du pays qui préfigurait une campagne pour conserver son poste. Ses efforts, si on peut le dire ainsi, auront finalement payé : à l’issue d’une élection au bout de la nuit, il a été élu président du parti  face à Boureima Badini par 39 voix contre 33. Les VIIes assises du CDP, qui ont eu lieu les 5 et 6 mai, ont également consacré la nomination de Blaise Compaoré en qualité de président d’honneur doté de pouvoirs importants.

En savoir plus...

Vote des Burkinabè de l’étranger en 2020: La diaspora réclame le droit de glisser son bulletin dans l’urne

Présents au Burkina Faso le 11 avril dernier, les membres du Collectif des associations et mouvements de la jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI), après avoir rencontré des membres du gouvernement sur la problématique du vote des Burkinabè de l’étranger en 2020, ont animé le 2 avril 2018 une conférence de presse. Ils dénoncent la « lenteur » de la procédure devant leur permettre de glisser leur bulletin dans l’urne à l’occasion des élections prochaines.

En savoir plus...

Situation nationale : « Roch ne devrait pas se présenter à la prochaine élection»

Sept mois après ses déboires avec la justice, le coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED), Pascal Zaïda, a tenu une conférence de presse le mercredi 2 mai 2018 à Ouagadougou. A son avis, le parti au pouvoir est une source de malheur pour le pays. Par conséquent, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, ne devrait pas, se présenter à la  présidentielle de 2020.

En savoir plus...

Nouveau parti politique « Notre cause commune » : Ni de la majorité ni de l’opposition…

Dans le champ politique, trois nouveaux partis ont poussé ce week-end. Le dernier né d’entre eux, «Notre cause commune», en abrégé NCC, a été porté sur les fonts baptismaux le dimanche 29 avril 2018 à Ouagadougou. Selon son secrétaire exécutif national provisoire, Jean Claude Kaboré, «NCC n’est ni de l’opposition ni de la majorité et transcende les considérations idéologiques gauche/droite. C’est un parti centriste progressiste».

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS