Menu

Scrutin du 22 novembre : Les détenus accompliront leur devoir civique

Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry Le président de la CENI, Newton Ahmed Barry

 

La Commission électorale nationale indépendante a organisé une rencontre d’échanges avec les différents formations et partis ce lundi 9 novembre 2020. Au cours de celle-ci, le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, a donné des informations sur l’avancement des préparatifs des échéances électorales du 22 novembre prochain.

 

 

A l’entame de son propos, le président de la CENI a d’abord déploré le drame qui s’est produit sur la route entre Gorom et Dori, où le chauffeur d’un député a perdu la vie suite à une attaque terroriste. A ce propos, il a rappelé que des consignes de sécurité ont été données aux différents candidats pour leurs déplacements dans les zones à risques. « C’est l’occasion pour moi de vous rappeler les consignes que la commission sécurité vous a données à la rencontre que vous avez eue avec elle dans cette salle. La commission a demandé que vous l’informiez des meetings et des rassemblements que vous organisez. Elle a établi ce qu’on appelle une bulle de sécurité dans laquelle vous devez évoluer ; évidemment, ce n’est pas le cas des 13 candidats, qui ont un dispositif sécuritaire dédié et paramétré spécialement pour eux. Mais concernant les 125 partis en lice, on vous a demandé un certain nombre d’informations qui permettent à la commission sécurité de vous protéger dans la bulle sécuritaire créée dans la circonscription. Je voudrais donc, tout en regrettant ce qui est arrivé avant-hier et en priant pour l’âme du défunt, vous demander d’avoir ces consignes à l’esprit pour que cette campagne se déroule de la meilleure façon possible et que nous préservions le maximum possible de vies », a rappelé le président de la CENI, Newton Ahmed Barry.

 

Pour ce qui est du processus électoral, le président a affirmé : « Les commissaires sont dans les régions pour former les formateurs des membres de bureaux de vote et participer à la désignation des membres des bureaux de vote. Nous avons 21 155 bureaux de vote, dont 68 à l’extérieur. Nous sommes en train  de choisir les membres des bureaux de vote et de procéder à leur formation. Nous avons aussi commencé à déployer le matériel lourd tel que les isoloirs et les urnes, en commençant par les régions les plus éloignées et à tester les régions difficiles pour voir si éventuellement on peut y aller ou pas. C’est à ce niveau que nous sommes aujourd’hui », a-t-il longuement expliqué. Et de poursuivre qu’une correspondance a été envoyée aux différents partis et formations politiques pour qu’ils transmettent les listes de leurs mandataires pour l’observation des élections. «Nous vous exhortons à nous faire parvenir les différentes listes avant le 12 novembre pour que nous puissions établir les récépissés nécessaires à vos délégués. Cela concerne aussi les bureaux de vote  à l’extérieur. Il en sera de même pour les 368 centres de compilation des résultats (CCR) à travers le pays», a-t-il souligné. Et de préciser que comme le dit la loi, « vous devez désigner des représentants qui sont de droit membres de la commission de compilation ». Il a également affirmé que, cette fois, la proclamation des résultats se fera commune par commune et diffusée par voie de presse et qu’une copie sera remise aux représentants des partis. Ainsi, il est nécessaire que les partis désignent leurs délégués dans les différents centres de compilation et au niveau de la CENI. Newton Ahmed Barry a souligné que le matériel qui devait être expédié par le partenaire DHL à l’extérieur le 14 novembre le sera finalement le 10. Cela, à cause de la nouvelle vague de covid 19 qui sévit en Europe, car il y a de nouvelles mesures qui ne permettront pas d’acheminer ledit matériel si cela n’est fait dès aujourd’hui. A l’issue de son intervention, les représentants des partis politiques se sont insurgés contre le délai des dépôts des listes des mandataires dans les bureaux de vote et des CCR. Selon eux, ce délai, très court, n’avantage pas les petits partis. Ainsi, ils se sont succédé pour faire un plaidoyer auprès du président de la CENI pour qu’il sursoie à la loi pour leur permettre de déposer leurs listes. Répondant à cela, le président a dit son refus catégorique de violer la loi. Il a profité de l’occasion pour informer l’assistance que les détenus qui n’ont pas perdu leurs droits civiques pourront voter et la CENI s’attelle à cela. « Cette année, pour la première fois, nous allons permettre aux détenus qui ne sont pas déchus de leurs droits civiques de voter. Ils iront voter dans les bureaux de vote les plus proches de leurs lieux de détention. Ce sont les détenus qui s’étaient inscrits sur les listes électorales avant d’aller en prison », a-t-il précisé.

 

 

Harouna Abdoulaye Nass

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut