Menu

Procès putsch manqué : «Le juge d’instruction avait déjà ses coupables désignés» (Gal Gilbert Diendéré)

Au 12e jour d’audition du général Gilbert Diendéré, les débats ont achoppé sur trois pièces que l’accusé a produites à l’audience précédente. Ce sont un document bancaire justifiant des 160 millions de francs CFA dont une partie avait été distribuée aux éléments du RSP au temps fort du putsch ; des listes émanant d’un ‘’Comité de résistance populaire’’, lequel préconisait d’utiliser les enfants comme bouclier humain et de faire verser beaucoup de sang, ainsi que le croquis du poste de commandement de Naaba Koom II. A propos des fameuses listes, «Golf» a déclaré que  «le dossier n’a pas été bien ficelé, que le juge n’est pas allé jusqu’au bout et qu’il avait déjà ses coupables désignés, à savoir le général Diendéré et le RSP».

En savoir plus...

Contentieux UBA-EROH : «C’est le ministre de la Sécurité qui bloque la décision de justice» (Thomas Baguemzanré)

Ancien maire de Kindi, ce n’est pas pour cette casquette politique que Thomas Baguemzanré cette fois-ci est au-devant de la scène. Il s’agit plutôt d’une affaire juridique qui oppose son entreprise EROH (Etudes et Réalisations des Ouvrages Hydrauliques) à UBA (United Bank for Africa). Estimant avoir gagné toutes les batailles juridiques, il n’en démord pas contre la puissance publique, dont il dit n’avoir pas bénéficié d’un quelconque accompagnement pour mettre sous scellés la banque. Et il va plus loin en pointant un doigt accusateur  sur le ministre de la Sécurité qui bloquerait l’exécution de la décision.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS