Menu
Politique

Politique (554)

Crise sécuritaire à l’Est : «Je ne suis ni terroriste ni complice des terroristes… »(Amadou Bandé, cheikh de Tanwalbougou)

Le cheik de Tanwalbougou, localité située à environ 50 km de Fada, est sorti de son silence le 24 juillet 2020 à son domicile de Ouaga. Dans une déclaration, Amadou Bandé, sur qui pèsent des soupçons d’accointances avec les terroristes, a livré sa part de vérité. « Je ne suis ni terroriste, ni complice des terroristes, ni un bras financier du terrorisme », a déclaré le guide religieux de 68 ans, qui semble être dans le viseur des forces de l’ordre. Après avoir été brièvement interpellé le 14 mars 2019 puis relâché avec des excuses, le 29 juin 2020 son quartier à Tanwalbougou a été l’objet d’une opération  de fouille des FDS. Nous vous proposons in extenso sa déclaration, lue par un porte-parole, l’intéressé ne s’exprimant qu’en fulfuldé.

En savoir plus...

«Génération Zeph 2020» : Des jeunes s’engagent pour le candidat de l’UPC

 

Le 25 juillet prochain, aura lieu le congrès d’investiture du candidat de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à la présidentielle du 22 novembre 2020, Zéphirin Diabré. D’ores et déjà, des jeunes prennent fait et cause pour «Le lion de Gombousgou». Ils l’ont signifié, tambour battant, le 23 du mois courant à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

En savoir plus...

Elections 2020 : Et si on élisait le Président et les députés dans… une salle ?

 

A travers la déclaration qui suit, le Dr Zacharia Tiemtoré, ancien ministre de l’Alphabétisation, propose pour faire face au casse-tête électoral, à l’insécurité et à la division ces idée qui, avouons-le, sont assez singulières : la mise en place d’un comité de candidatures apolitique et de grande probité pour proposer des critères d’éligibilité à la présidentielle et aux législatives ; l’élection en salle du Président du Faso et des députés de zone par le collège électoral après un oral des candidats. Bouleversant !

En savoir plus...

Mairie de Bobo : Bourahima Faberé Sanou, le banni du MPP/Houet ?

 

La première session ordinaire de l’année 2020 du conseil municipal de Bobo-Dioulasso, qui avait au total 31 points inscrits à son ordre du jour, n’a finalement pu se tenir hier jeudi, 16 juillet.  Le mot d’ordre de boycott lancé par des conseillers municipaux aura finalement eu raison du bourgmestre de la ville de Sya, qui n’a pu atteindre le quorum pour tenir sa rencontre. Du coup, le maire Bourahima Faberé Sanou s’en est ouvertement pris aux conseillers municipaux du parti au pouvoir, qu’il accuse d’être à l’origine de cette malheureuse situation.

En savoir plus...

Investiture Roch Marc Christian Kaboré : Le MPP rêve d’un 2e coup K.-O.

 

Le président Roch Marc Christian Kaboré a été investi par son parti le 11 juillet 2020 pour briguer un second mandat à la présidentielle du 22 novembre 2020. Le congrès extraordinaire d’investiture a eu lieu en l’absence du candidat, qui s’est fait représenter par le ministre de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo.

En savoir plus...

Bilan Roch Marc Christian Kaboré : «Nous n’avons rien à envier à un quelconque régime depuis l’indépendance» (Clément P. Sawadogo, 1er vice-président du MPP)

 

Déferlement limité de foules au palais des Sports de Ouaga 2000, djandjobas interdits, cache-nez obligatoires, pour un congrès extraordinaire, celui du MPP qui s’ouvre ce 11 juillet ne l’est pas qu’à cause de son objet : investir Roch Marc Christian Kaboré, son porte-drapeau à la prochaine présidentielle. Il le sera aussi à cause des urgences sécuritaire et sanitaire. Mais pour son premier vice-président, Clément P. Sawadogo, le plus important, c’est de pouvoir se regarder dans une glace et de dire que les résultats sur les plans économique et social engrangés par leur champion au terme de son premier quinquennat à la tête de l’Etat « relève presque de la magie ». Aux lecteurs et surtout aux électeurs d’en juger.

En savoir plus...

Centre national d’études stratégiques : Un labo pour casser du terroriste

 

L’architecture de la sécurité nationale du Burkina Faso a été renforcée à travers la création, le 27 février 2020, du Centre national d’études stratégiques (CNES) qui n’est autre qu’un outil d’aide à la décision en matière de gouvernance sécuritaire. Des civils, militaires et paramilitaires se sont réunis le 7 juillet courant à Ouagadougou à l’occasion d’un atelier de lancement pour réfléchir sur le cadre organisationnel, les programmes et les partenariats du CNES afin de lui permettre d’accomplir au mieux ses missions dans un contexte de crise sécuritaire marqué par la recrudescence des attaques terroristes.

En savoir plus...

Présidentielle 2020 : Do Pascal Séssouma, le candidat déclaré de Vision Burkina

 

Les choses semblent s’accélérer pour le dernier-né des partis politiques au Burkina. Porté sur les fonts baptismaux en juin dernier, Vision Burkina a amorcé le week-end dernier à Bobo-Dioulasso un nouveau virage avec l’investiture de son candidat à la présidentielle de 2020. Et c’est le père fondateur du parti, Do Pascal Séssouma, qui a été désigné, pour aller à la conquête du pouvoir d’Etat en novembre prochain.

En savoir plus...

Acquisition 77 véhicules par la mairie : « Il y a eu 0 contre et 0 abstention lors du vote » (Moustapha Semdé, président du groupe municipal de la majorité)

 

Au lendemain de la session chahutée du conseil municipal de Ouagadougou, les conseillers de l’opposition avaient organisé une conférence de presse au cours de laquelle ils avaient décrié la gestion du maire Armand Béouindé. Réponse du berger à la bergère, leurs adversaires de la majorité ont eux aussi convoqué les hommes de médias le 30 juin 2020 « en réponse aux allégations mensongères » des conseillers du CFOP.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS