Logo
Imprimer cette page

Elucubrations pour tous…

Elucubrations pour tous…

 

J’ai un problème avec mes élucuphiles. Même lorsque je parle le plus sérieusement du monde, ils sont persuadés que j’élucubre. Ainsi, lorsqu’ils avaient lu que j’ai séjourné à Tangandogo, ils ont fait : « Hi hi hi ! Ce Toégui, il en a de bonnes… Qu’est-ce qu’il n’inventerait pas pour ses élucubrations ?! ». Oui, ils avaient cru que je bluffais, mes chers amis. Bluffeur moi ? Non, élucubreur je suis. Sais pas bluffer moi !

 

 

Comme si on pouvait bluffer avec le Corona. Voilà. Je vais vous dire quelque chose et je sais d’avance que vous n’allez pas me croire alors que c’est la pure vérité. Depuis le port obligatoire du masque, vous ne me verrez jamais en ville sans masque. Il n’est pas un incivique votre Toégui. Le masque vous le verrez toujours accroché à mon nez ou à mes oreilles, mais c’est toujours un masque que j’ai acheté sur Charles De Gaulle quand je me suis aperçu que je n’en portais pas. Parce que j’oublie toujours de prendre un masque dans la centaine déposée dans le tiroir. Pourtant, pendant que je suis sous la douche, je me répète en permanence : « Ton masque, Toégui. N’oublie pas ton masque… ». Que dalle ! Je suis assis sous le manguier attendant que Ted vienne ma chercher. Et je me dis en permanence : « Ton masque Toégui… Fais pas comme hier. N’oublie pas ton masque… ». Que dalle ! Parfois, mon commando-maison en me voyant dans l’attente, abandonne ses dessins animés pour venir crier sur moi : « Papy, ton masque ! ». Que dalle !

 

Par contre, et curieusement je n’oublie jamais mon portable quand je sors, mon portable à la tête dure. Jamais jamais.

 

Vendredi 11 Septembre, Eddie Komboïgo et moi étions en fête. Mais tous les deux nous n’avons pas omis  d’avoir une pensée pour les Twin Towers  de New York. Eddie a sûrement fait péter le champagne. Moi, j’ai, comme à l’accoutumée observé une minute de silence sachant qu’une année de plus c’est un FONER de moins. Puis je suis allé au miroir pour voir ma tête. C’est le seul jour de l’année où je me mire. Le constat est sans appel. Les dégâts sont énormes et bien visibles. Les années ont fait leur œuvre. Impitoyablement. Je me rappelle ce jour au marché de Saaba où  un barbare de boucher  de Mochichi a failli me faire la peau sous prétexte que je regardais un peu trop la vendeuse de kiapalo. Je l’échappai belle et je me souviens de ses derniers mots : « Je ne veux plus te voir ici. ».

 

En homme prévenu, le dimanche d’après j’abandonnai le marché de Saaba pour le marché de Zagtouli.

 

Eddie il est VIERGE comme moi. Et moi je suis VIERGE comme Eddie. Nous sommes tous les deux VIERGE. Mais entre un VIERGE et un VIERGE il y a tout de même le droit d’aînesse. Le droit d’aînesse, pas le droit de dollars. Il y a surtout entre nous cette suprématie séculaire qui veut que le dernier des VIERGE du Sourou-Nayala soit supérieur au premier des VIERGE du Passoré et que le premier des VIERGE du Passoré soit inférieur au dernier des VIERGE  du Sourou-Nayala. C’est écrit dans le ciel.

 

Alors !? Toujours pas de campagne ! Ni de campagne ouverte ! Ni de campagne déguisée ! On fait comment ? Nous on a trouvé la parade face à cette situation qu’on n’a jamais connue. Nous avons trouvé la parade grâce à Ludo Tierno. Grâce à Ousmane Paré. Grâce à Serge Oulon. Grâce à Albadi. Grâce à Bernard Bougma. Et grâce à bien d’autres.

 

Ainsi j’ai écouté Eddie Komboïgo Samedi matin chez Ludo Tierno dans ‘’GROS PLAN’’. Hum ! Il a parlé deh, le Président Komboïgo ! Même pas peur ! Comme diraient les Mi Too. Sans mentir, c’est maintenant que je découvre le Eddie. Baobab, il l’est ! Hum ! Moi, à la place de Roch, du grandissime ‘’Roch SANKARA’’ comme l’a surnommé quelqu’un à une cérémonie d’allégeance, à sa place je ne m’attaquerai plus à Zeph le Lion. Je ne m’attaquerai plus à  Gilbert l’Eléphant. Je ne m’attaquerai plus à KDO le banquier de gauche. Je ne m’attaquerai plus à Mahamadi Lamine Kouanda (Hum ! Hum ! Hum !). Un seul objectif dans mon viseur : Eddie Komboïgo.

 

Il a parlé deh, Eddie. Il a fait Dijon ou quoi ? Monafion !

 

Mais, pas si vite ! Campagne déguisée pour campagne déguisée, pour respecter l’égalité des chances, un principe cher à Sy Chériff, Ludo Tierno a promis de recevoir dans la semaine un Dijonnais vrai de vrai. A Yèrè Yèrè ! Non, pas Roch. Et si c’est pas Roch, comme Dijonnais, ça ne peut être que Simon Compaoré. Himself ! On va se régaler. De la réplique, mais sans déborder dans la campagne déguisée. Je vais vous dire, la campagne déguisée via les FM, ce n’est peut-être pas une campagne déguisée en Son et Lumière mais en tout cas c’est une campagne déguisée qui vaut son pesant de campagne déguisée : C’est comme une campagne déguisée en chair et en os.

 

Et c’est maintenant que Maître Prosper Farama sort l’artillerie lourde contre le CSC ? Ah non, Maître ! Pas touch à notre campagne déguisée ! Ni à notre pré-campagne. C’est bien trop tard. Et puis c’était à Sy Chériff le grerillero qu’il fallait demander des comptes. Et si cela ne suffisait pas , il y a aussi Mamadou Kabré alias Karl Max. Et il fallait le faire au bon moment. Nous avons échappé à 90 jours. Laissez-nous nos 30 jours.

 

Tiens, pendant que nous y sommes… Et si on faisait un concours de campagne déguisée. Le premier prix irait à la campagne déguisée qui paraitra la moins déguisée. Le bonnet d’âne reviendrait à la campagne déguisée qui paraitra la campagne la plus déguisée. J’avoue que je m’y perds un peu. Mais le jury serait composé de Sy Chériff comme Président. De Siméon Sawadogo comme parrain. De Mathias Tankoano comme… Comme… Attendez, c’est compliqué. La présidence, c’est pour le Président. Le parrainage c’est pour le parrain. Et le patronage alors ? Ce serait pour le patron ? Non ça ne passe pas. Mais continuons. Maître Prosper Farama serait le superviseur général.

 

Si ce concours a lieu, Seydou Zagré, un des bras droits de Kosyam damerait le pion à plus d’un concurrent. Seydou Zagré est un DIRCOM haut de gamme. A la cérémonie d’inauguration du marché de Lèguèmalogo à Bobo cette semaine, prenant la parole au nom du Chef de l’Etat, à ne pas confondre avec Son Excellence Roch Marc Christian Kaboré, alias SANKARA, il a déclaré à la foule que ce joyau, que le Président Roch a offert aux femmes de Bobo avait coûté la bagatelle de un demi-milliard de francs. Un demi-milliard ! Un demi-milliard ça frappe les esprits. Un envoyé spécial de Zeph ou de Eddie aurait dit que le marché a coûté 500 millions de franc. 500 millions de francs ce n’est pas la même chose que un demi-milliard. C’est beaucoup moins. 500 millions ! 500 millions c’est quoi !?

 

Est-ce qu’on se comprend ? On se comprend ? J’insiste. Et si j’insiste c’est pour que vous n’allez pas parler de campagne quoi quoi quoi. Rien à voir. 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

© 2011-2014 - Observateur Paalga - Tous droits réservés I Conception: CVP Sarl.