Menu
FLASH INFOS

25e FESPACO : Séance de charme dans la capitale européenne

 

A Bruxelles (Belgique), où elle a séjourné du 15 au 17 janvier 2017, une délégation du FESPACO a donné une vue générale de la 25 e édition de la biennale du cinéma africain. Une sorte d’avant-première au cours de laquelle le ministre de la Culture, Tahirou Barry, a tenu à rassurer le public des mesures de sécurité envisagées.

 

 

Malgré le froid à ne pas mettre le nez dehors, c’est un public des grands jours qui a pris d’assaut la salle d’exposition de l’Espace Wallonie. Acteurs et amateurs du 7e art, amoureux de la culture, hommes de médias ont tenu à faire le déplacement à la rue Marché-aux-herbes.

Dans l’assistance, on distingue des visages bien connus à Ouagadougou : Etienne Minoungou, promoteur des « Récréârales », dans le rôle de MC ; l’artiste musicien Kanzaï et notre confrère Mafarma Sanogo qui évolue présentement au CIRTEF, dont le siège est à Bruxelles.

Les partenaires au développement du Burkina Faso, eux non plus, n’ont pas marchandé leur présence.

A l’instar, entre autres, du directeur de la Coopération bilatérale directe de la Wallonie, Fabrice Sprimont, du sous-secrétaire général du groupe des Etats ACP, Léonard Emile Ognimba, ou de la représentante de l’Union européenne, Aida Liha Matejicek, tous ont magnifié le «plus grand et le plus populaire festival du cinéma africain» et se sont engagés à lui apporter leur soutien renouvelé : «ACP Culture+ est particulièrement attaché à la formation, car le renforcement des capacités des professionnels est indispensable au développement antistatique et économique du cinéma», a opportunément souligné M. Ognimba. Un clin d’œil, s’il en est, au thème du FESPACO 2017 : «Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel».

Avec 9 salles de projection ; 950 films inscrits pour la compétition et 100 pour le MICA ; plus de 150 films en compétition et 100 000 spectateurs attendus, la cuvée 2017 africaine s’annonce comme l’une des plus alléchantes dans l’histoire de la biennale du cinéma africain.

« Nous promettons un FESPACO beau, original et mémorable », a déclaré le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry, avant de lancer : «Venez tous recevoir le fôfô (bienvenue en langue fulfuldé, NDLR) d’un peuple courageux, déterminé à écrire une nouvelle page de son histoire».

Si la 25e édition du FESPACO est considérée comme celle des grandes innovations, elle est, hélas, aussi celle qui intervient dans un contexte sécuritaire ouest-africain rythmé par les attaques terroristes.

Mais que les trouble-fête de tout acabit se le tiennent pour dit : «Le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires et utiles pour assurer la sécurité de tous et de tout le pays.» C’est en tout cas ce qu’a assuré le ministre Tahirou Barry qui, la veille, dans le costume de VRP, a obtenu de l’Union européenne une promesse de financement de 131 millions de francs CFA et de près de 30 millions du groupe des Etats ACP. Des contributions qui valent leur pesant de bouffée d’oxygène dans la mesure où aucun financement européen n’était à l’ordre du jour du fait de l’inéligibilité de la culture au 11e FED.

Dans sa présentation de l’affiche de la 25e édition de la fête du cinéma panafricain, le délégué général du FESPACO, Ardiouma Soma, est revenu, entre autres, sur les temps forts de l’événement : palmarès officiel, les trois jurys, les innovations majeures et la place de l’Etat dans l’organisation de l’événement.

Sur cette dernière question, il a fait savoir que le FESPACO doit sa pérennité au fait qu’il « est adossé à l’Etat, même si dans la pratique beaucoup d’acteurs privés interviennent dans l’organisation ».

S’agissant du choix de la Côte d’Ivoire comme « pays invité d’honneur », le patron de la biennale du cinéma africain n’y voit aucune « manifestation du cœur » mais plutôt celle de l’objectivité : «Aux précédentes éditions, plusieurs autres pays ont reçu le carton d’invité d’honneur. Cette fois-ci nous avons pensé à la Côte d’Ivoire… », a-t-il indiqué en substance.

 

Alain Saint Robespierre

(depuis Bruxelles

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut