Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Nouveau gouvernement en RDC : Tout bouge…pour que rien ne change

Joseph Kabila, président de la RDC Joseph Kabila, président de la RDC

La République démocratique du Congo a un nouveau gouvernement. Nommé il y a un mois, le Premier ministre, Bruno Tshibala, a dévoilé la composition de la nouvelle équipe de transition censée sortir le pays de la grave crise dans laquelle il est englué depuis de longs mois.

 

On s’en souvient, la nomination du chef de ce nouveau gouvernement était intervenue après l’échec de la médiation engagée sous l’égide de la Conférence épiscopale du Congo, la Cenco, torpillée par Joseph Kabila pour s’imposer comme seul maître du jeu. Prétextant le manque de consensus entre opposition et majorité présidentielle sur la désignation d’un nouveau premier ministre, il était passé en force.

Une fois nommé, il lui faudra un mois, rien que ça ! pour former son équipe. Une lenteur qui est sans doute symptomatique du malaise profond et persistant qui règne au sein de la classe politique congolaise. D’ailleurs, pour un gouvernement d’union nationale, censé être ouvert à tous les courants politiques, il est loin d’en avoir l’allure et perpétue au contraire la mainmise du pouvoir sur un exécutif décidément aux ordres.

Il en est ainsi des ministères régaliens comme l’Intérieur, la Défense, les Affaires étrangères, la Justice sans oublier les deux mamelles de l’économie que sont le pétrole et les mines. Ces portefeuilles-là restent et demeurent entre les mains des mêmes personnalités qui avaient été nommées lors du précédent remaniement, lequel avait eu lieu en décembre. Autant dire que ce nouveau gouvernement ne l’est que de nom.

Et quant à l’union nationale, elle en prend pour son grade, car une fois de plus la majorité présidentielle se taille la part du lion, jetant au passage quelques miettes à des opposants affamés, notamment les frondeurs du Rassemblement qui,  en faisant leur entrée dans la salle du Conseil des ministres, engrangeront la rançon de leur trahison.

Tout bouge donc pour que rien ne change au pays des Kabila et plus particulièrement dans ce gouvernement qui porte en lui-même les germes de son échec programmé, puisque la principale coalition de l’opposition, formée autour de l’UDPS de feu Etienne Tshisekedi, n’en est pas partie prenante.

D’ores et déjà sa mission essentielle, qui est d’organiser les élections promises d’ici la fin de l’année, est sérieusement compromise, car on ne voit pas comment en si peu de temps et, de surcroît, en l’absence d’un fichier électoral, Bruno Tshibala et les siens parviendront à la remplir.

Alors, combien de temps va-t-il tenir ? Oui, combien de temps pourra-t-il tenir quand on sait que la précédente équipe, conduite, quant à elle, par un autre ex- de l’UDPS, Samy Badibanga, n’a pas dépassé le cap des 6 mois ? C’est la preuve que le problème du Congo n’est pas lié à la formation d’un gouvernement ouvert, fermé, d’union nationale ou autre ! Le problème est connu, c’est bien celui de la gouvernance.

Tant que Joseph Kabila n’aura pour autre programme de gouvernement que celui qui consiste à multiplier les manœuvres dans le seul but de se maintenir au pouvoir, la crise en République démocratique du Congo sera d’une brûlante actualité.

H. Marie Ouédraogo

Dernière modification lemercredi, 10 mai 2017 10:45

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut