Menu
FLASH INFOS

FESPACO 2017 : Scénario fictif pour une cérémonie de clôture

Samedi 4 mars 2017. Il est 19h dans la cuvette du stade municipal Dr  Issoufou Joseph-Conombo. Le président du jury, le Marocain Nour-Eddine Saïl, vient de se hisser sur le podium. Tout le monde retient son souffle. Et comme s’il prenait un malin plaisir à faire mariner dans leur propre jus les vingt réalisateurs qui compétissaient  dans la  section  longs métrages, l’arbitre suprême de la vingt-cinquième édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) fait durer le suspense.

En savoir plus...

Attaque d’un camp militaire au Niger : Les dirigeants dissertent, les terroristes tuent

Qui étaient-ils ? D’où étaient-ils venus ? Jusqu’à hier en début de soirée, il était encore difficile de répondre à ces questions puisque le forfait n’avait toujours pas été revendiqué. Le constat est en tout cas là. Effroyable comme toujours. Onze soldats dont un officier tués, quatre véhicules brûlés et sept pick-ups emportés. Tel est le bilan de l’attaque terroriste qui a frappé le mercredi 22 février 2017 en tout début de soirée un poste militaire avancé du département d’Ouallam dans la région de Tillabéri, aux confins de la frontière nigéro-malienne.

En savoir plus...

Commentons l’événement : Le Cameroun ou la revanche des «coiffeurs»

Ils avaient beau eu cumuler jusque-là à eux deux 11 des 30 trophées mis en jeu depuis 1957 (1), personne, à vrai dire, ne les attendait à ce niveau de la compétition. Ni les experts et autres spécialistes du football qui, comme on l’a vu, se sont littéralement plantés sur les plateaux de télévision et les studios de radios où ils pontifiaient doctement à longueur de journée. Ni leurs supporters pour qui leurs idoles ne respiraient pas la forme olympique et, peut-être, pas même les joueurs eux-mêmes ou leur encadrement technique qui, au mieux, se voyaient dans le rôle d’outsiders.

En savoir plus...

Admission du Maroc à l’UA : La cour assidue du roi sera-t-elle concluante ?

C’est un sommet décisif de l’Union africaine qui s’ouvre ce lundi 30 janvier 2017 à Addis-Abeba pour deux raisons principales : l’organisation panafricaine doit d’abord trouver un successeur à la présidente sortante, Nkosazana Dlamini-Zuma, qui a même dû jouer les prolongations faute de prétendants sérieux ; en effet, il y a six mois à Kigali au Rwanda, trois candidats étaient en lice : l’Equato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, la Botswanaise Pelonomi Venson Moitoi, et l’Ougandaise Speciosa Wandira-Kizibwe.

En savoir plus...

Retour Adama Barrow : A marée humaine, torrent de problèmes

Il n’aura fallu que trente petites minutes à Adama Barrow pour se rendre de Dakar, où il vivait en exil depuis le 15 janvier pour des raisons de sécurité, à Banjul. Trente petites minutes inversement proportionnelles au temps mis pour prendre la réalité du pouvoir qu’il a conquis le 1er décembre 2016 au fond de l’urne, pour ne pas dire à la force des billes. Tombeur de Yahya Jammeh avec 43,3% des suffrages exprimés, il avait, on se le rappelle, été contraint de prêter serment à l’ambassade de Gambie à Dakar, le temps que la CEDEAO déloge son prédécesseur, qui ne s’est finalement résolu à quitter State House dans la nuit de samedi à dimanche que le fusil sur la tempe.

En savoir plus...

Gambie : C’est parti !

Le hasard du calendrier politique a voulu que les mandats de Barack Obama et de Yahya Jammeh se terminent au même moment. Aujourd’hui est en effet «Inauguration Day» aux Etats-Unis où le locataire de la Maison Blanche cède officiellement la place à son successeur, Donald Trump, élu le 8 novembre dernier par 270 grands électeurs, même si sa rivale Hilary Clinton est arrivée en tête des suffrages universels exprimés. Passation donc dans la plus pure tradition républicaine dont les grandes démocraties sont coutumières.

En savoir plus...

Sommet Afrique-France de Bamako : Hollande et le griot de Koulouba

C’était donc le dernier sommet de François Hollande. Régulièrement malmené en France, où il a dû renoncer à se présenter pour un nouveau quinquennat, le locataire de l’Elysée s’est tapé une cure de jouvence sur les bords du Djoliba, ayant croulé littéralement sous les éloges et les petits mots gentils distillés par son hôte.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS