Menu
FLASH INFOS

Axe Ouaga-Dori : Un camion chavire et ferme le passage aux usagers

Imprudence, surcharge ou défaillance mécanique ? C’est la question qui était sur toutes les lèvres le samedi 5 juillet 2014 sur l’axe Ouaga-Dori où un camion lourdement chargé s’est étalé de tout son long, se vidant de son contenu sur toute la voie (voir photo). Inutile de dire qu’aucun autre véhicule ne pouvait plus passer, la route ayant obstruée par le mastodonte et les sacs de céréales qu’il transportait. Ces désagréments ont fait monter la tension de beaucoup d’usagers qui en voulaient visiblement au chauffeur du fameux camion.

On ne le dira pas assez, sur la route il y a de véritables dangers. Il appartient donc à chacun d’adopter un comportement responsable. Alors prudence ! Tout le monde y gagnerait.

En savoir plus...

Figas paalga : Des cylindrées qui allongent inutilement le cortège premier ministériel

Chef de l’exécutif burkinabè, le Premier ministre, B. Luc Adolphe Tiao, est appelé à effectuer de fréquents déplacements en province pour se rendre compte de certaines réalités de terrain. A l’occasion, plusieurs services sont mobilisés pour le voyage, d’où un nombre assez important de bolides pour convoyer les différentes délégations. Si pour certains, faire partie de la mission est quasiment indispensable, pour beaucoup d’autres c’est plutôt une promenade, un congé de quelques jours si ce n’est tout simplement un pique-nique.

Pour ce qui est de c’est derniers, si l’on considère les dépenses en carburant, en frais de mission et les désagréments imputables à leur absence à leur poste de travail où ils sont plus utiles, on convient que  la bonne gouvernance en prend un sérieux coup. Le long cortège de véhicules 4x4 qui accompagnent à chaque fois le chef du gouvernement dans ses tournées à l’intérieur du pays est certes impressionnant, mais il grève inutilement le budget national, ce qui inhibe malheureusement les efforts fournis d’un autre côté pour dépenser judicieusement les deniers publics. Cela a encore été constaté récemment lors du lancement d’un projet par le PM dans le Centre-Nord, où le cortège était constitué de plus d’une centaine de grosses cylindrées (Photo). Il n’est pas superflu de tirer la sonnette d’alarme, de rappeler les uns et les autres à l’ordre pour qu’on évite de vider la bourse de l’Etat. 

Vu !!!

 

 

 

Affiches et écriteaux: Ces fautes qui finissent par dérouter

 

 

 

C’est la période des examens et concoursau Burkina Faso. En consultant le bêtisier à l’issue des différentes épreuves, on se demande bien s’il faut en rire ou en pleurer. Face aux chefs-d’œuvre de certains candidats, ont perd tout simplement son latin, tant ils sont d’une platitude à faire pâlir plus d’un enseignant. Cette situation est révélatrice d’une baisse inqualifiable du niveau de l’enseignement et donne à réfléchir. Le phénomène s’explique par plusieurs facteurs, mais retenons-en un qui ne manque d’interpeller : il s’agit des messages que diffusent les panneaux d’affichage et autres écriteaux où les règles élémentaires de la langue de Molière, notamment de conjugaison et d’orthographe, sont purement et simplement sacrifiées sur l’autel de l’ignorance. Sur des tee-shirts produits en quantité industrielle et qui circulent en ville, on peut lire : «Nous ont veut la paix». A l’entrée est de la SONAPOST (en face du jardin Ouaga-Loudun), une énormité sur une banderole vous accueille en ces termes : «Faîtes fructifier vos gains»… Ce sont là quelques-uns des monogrammes forgés par des scribouilleurs de première classe qui s’offrent à la vue des passants dans les rues d’ici et d’ailleurs. Dernièrement encore, dans un haut lieu de rencontres et de grandes manifestations de la capitale, à savoir la salle des banquets de Ouaga 2000, les invités à une cérémonie ont, avec grand étonnement, remarqué écrit en gros caractères : «Toilette pour FAMME» (voir photo). Cette salle polyvalente est quand même gérée par des personnes instruites pour qu’on laisse à longueur de mois, voire d’années, une faute pareille. Ce qui est troublant, c’est que des élèves et autres apprenants fréquentent ce temple comme bien d’autres dans la ville et pourraient être négativement influencés. Faut-il créer une commission spéciale pour veiller scrupuleusement au grain ? Non ! Faisons seulement l’effort d’être méticuleux pour éviter de dérouter les scolaires qui pour la plupart sont encore très influençables.

 

 

                                                                                      Alerte !!!

 

 

Circulation: Les passages cloutés ne sont pas des ornements

 

 

 

Un passage piétons est une partie de la route aménagée pour permettre aux piétons de traverser la chaussée. Il est conçu pour maintenir les usagers groupés dans un espace visible pour les automobilistes et où ils peuvent traverser en toute sécurité vis-à-vis du trafic routier. Les passages piétons sont souvent positionnés à des intersections, mais ils peuvent également être créés à des points différents, en dehors desquels il pourrait être dangereux de traverser. On en trouve ainsi souvent à proximité des écoles ou d’endroits fréquentés par des enfants. En outre, les passages piétons peuvent contribuer à limiter la vitesse des automobilistes.

 

Cette disposition, prévue par le code de la route et enseignée dans toutes les auto-écoles, malheureusement n’est pas du tout respectée au Burkina. Les usagers de la route qui sont véhiculés s’en moquent éperdument au grand dam des piétons, obligés d’user de tact pour aller d’un point à un autre de la voie. Tout comme pour les grilleurs de feux tricolores, il y a lieu de faire dans la sensibilisation pour permettre une certaine fluidité de la circulation, devenue un véritable casse-tête pour beaucoup de citadins.

 

 

 

Insolite !!!

 

Accident sur l’axe Ouaga-Kaya: Une Mercedes cabossée «recto-verso»

 

 

 

On croyait le concept seulement usité par l’opposition et le parti au pouvoir pour décrire la mobilisation de leurs militants lors de leurs meetings respectifs à Ouaga et à Bobo. Que nenni ! Désormais il va falloir s’attendre à l’emploi dela notion de «recto-verso» dans bien d’autres cas au Faso. Dans cet  énième accident de la route, intervenu au cours de cette semaine sur le tronçon allant de la capitale à Kaya, précisément à hauteur de la nouvelle station Total de Somgandé, un véhicule Mercedes est entrée en collision avec un camion benne qui l’a littéralement «broyée» à l’avant comme à l’arrière (photo). Une preuve une fois de plus que la vitesse est une passion pour bien des conducteurs dès qu’ils sont au volant. Doit-on encore leur rappeler que dans la circulation… la prudence est mère de sûreté ?

En savoir plus...