Menu
FLASH INFOS

Politiques

Poursuites contre les membres du dernier gouvernement Tiao : « Je n’ai vu aucun document demandant de tirer sur les gens » (Salif Ouédraogo, ex-ministre de l’Environnement et du Développement durable)

34 membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré devraient se retrouver dans les « semaines à venir » sur le banc des accusés à l’occasion du procès sur la répression sanglante des manifestants lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014. C’est ce qu’a annoncé le parquet près la Haute Cour de justice le 15 février dernier. Le même communiqué annonçait que sept d’entre eux seraient jugés par contumace pour n’avoir pas répondu aux convocations.

Salif Ouédraogo, dont le nom a été cité parmi les sept, a « déboîté au quart de tour », pour reprendre Simon Compaoré, dès le lendemain à L’Obs. pour ce démenti : « Je n’ai jamais reçu de convocation ». 

Occasion également pour l’ancien  titulaire du strapontin de l’Environnement  d’évoquer le conseil des ministres qui a adopté le projet de loi sur la modification de l’article 37, auquel il n’a pas participé.

Sur la « réquisition » autorisant des forces de défense et de sécurité à « faire usage de la force pour maintenir l’ordre public », Salif Ouédraogo est catégorique : « Je n’ai pas vu un tel document ».  

En savoir plus...

Haute cour de justice : Et pourtant Salif Ouédraogo n’a jamais été convoqué !

Cher Wambi,

Dans une de mes précédentes lettres, je te faisais remarquer qu’à propos du remaniement ministériel, le président du Faso avait parlé trop tôt.

En effet, c’est depuis fin décembre 2016 que Roch Marc Christian Kaboré a livré le scoop au cours d’une conférence de presse transmise en direct à la télé nationale depuis le palais de Kosyam. Mais presque deux mois après cette annonce, il n’en est toujours rien. Et tout semble indiquer que le lifting gouvernemental n’interviendra pas avant le congrès du parti au pouvoir, prévu pour le début du mois prochain.

En savoir plus...