Menu

Dédommagement victimes putsch manqué : « L’exécution de cette décision peut même prendre cinq ans »

Au lendemain du verdit du jugement des intérêts civils au procès du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015, Me Guy Hervé Kam, avocat de la partie civile dans cette procédure qui aura duré près de deux ans, nous a accordé une interview dans laquelle il décrypte certains aspects de cette décision. Sur quelles bases ont été calculés les dommages et intérêts à verser à chaque victime (personnes décédées, blessées et/ou ayant eu des biens détruits) ? Comment les condamnés peuvent-ils s’organiser pour casquer les 947 millions de francs CFA ? Quand est-ce que celles-ci pourront entrer en possession de leurs dus ? Ce sont là, entre autres, des interrogations auxquelles celui qui a défendu les intérêts de l’Etat burkinabè dans ce procès apporte des réponses. De l’avis de Me Guy Hervé Kam, en l’état actuel, les victimes mettront beaucoup de temps avant de palper leurs sous. Ce délai, selon lui, peut aller de un à cinq ans, voire plus.

En savoir plus...

Excès d’alcool dans l’organisme : Le « Dry january » pour se remettre d’aplomb

Ne pas boire une goutte d’alcool durant le mois de janvier, voilà en quoi consiste le « Dry january », dont l’objectif est de permettre à l’organisme de récupérer après les excès enregistrés lors des fêtes de fin d’année. Ce challenge a été initié en 2013 par une association britannique et repris par d’autres pays comme la France (avec le Mois sobre), où le mouvement a fait des vagues, soulevant ainsi des questions chez certains observateurs burkinabè. Ils se demandent en effet quels peuvent être les avantages d’un mois sans alcool. Pour le savoir, nous avons rencontré un médecin de santé publique, le Dr Hubert Traoré, le lundi 13 janvier 2020 à Ouagadougou. Il s’est également prononcé sur le caractère addictif de ce produit, très prisé sous nos cieux malgré ses conséquences sur la vie et la santé.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS