Menu
Politique

Politique (366)

Secrétaires du Burkina : Les dossiers seront en souffrance pendant 96 heures

Le Syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNASEB) était face aux hommes de médias à Ouagadougou le 19 août 2019. Au centre des préoccupations : traiter « du mépris » dont les secrétaires sont victimes et envisager des actions pour y mettre fin. Ils ont ainsi annoncé une grève allant du 3 au 6 septembre 2019.

En savoir plus...

Mot de fin du général Bassolé : L’accusé convoqué à la barre ce matin

Dans le cadre du procès du putsch manqué, les avocats du général Djibril Bassolé ont conclu leurs plaidoiries le lundi 19 août 2019. Ils ont tout fait pour convaincre les juges de ne pas suivre les réquisitions du parquet militaire qui a demandé que le général soit condamné à la perpétuité. A l’issue de l’exercice des plaidoiries, les avocats ont voulu lire le mot de fin préparé par leur client qui, parce que malade, n’assiste plus à l’audience. Mais le président a refusé cela et a demandé à ce que le général Bassolé se présente le mardi 20 août 2019 à la barre pour son dernier mot dans ce procès.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : «Ce procès a ajouté du doute au doute» (Me Alexandre Sandwidi)

 

Me Alexandre Sandwidi a tenu la parole toute la journée du mercredi 14 août 2019 pour tirer d’affaire le soldat de première classe Amado Zongo et le caporal Abdoul Nafion Nébié. Mais avant il s’est livré à un long réquisitoire contre toute la procédure, dont il a dénoncé les tares.

En savoir plus...

Procès putsch manqué : «Le parquet militaire n’a pas fait des enquêtes dignes de ce nom»

 

Leurs plaidoiries devant le tribunal militaire ont certes pris fin le 7 août 2019, mais les avocats de Gilbert Diendéré ont continué de clamer l’innocence de leur client à travers un autre cadre. Le 8 août 2019, Me Jean Yaovi Degli était le principal animateur d’une conférence de presse pendant laquelle il a martelé que le parquet militaire, qui avait pourtant les moyens de l’Etat pour bien faire son travail, n’a pas fait d’enquêtes dignes de ce nom.

En savoir plus...

Procès putsch manqué / «Dans cette affaire, l’émotion balaye tout sur son passage» (Me Olivier Yelkouni, avocat de Diendéré)

 

L’audience du jeudi 1er août 2019 s’est ouverte par les plaidoiries des avocats du général Gilbert Diendéré. Pour les infractions de meurtres ainsi que de coups et blessures volontaires retenues contre l’accusé, ses conseils ont plaidé l’acquittement. Me Olivier Yelkouni, lui, a fait remarquer au tribunal que dans le procès du putsch manqué de septembre 2015, il y a beaucoup d’émotion si bien qu’on pourrait passer à côté de la justice.

En savoir plus...

Huitième TAC: 11 accords de coopération à la clé

La salle des Banquets de Ouaga 2000, qui vit depuis plus d’une année au rythme du procès du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015, s’est revêtue d’un décor particulier dans la matinée du 31 juillet 2019. Elle a, en effet, enfilé une tenue d’apparat faite des couleurs des drapeaux burkinabè et ivoirien en vue d’accueillir présidents d’institutions, membres de gouvernements, diplomates et représentants d’organisations internationales et interafricaines pour ne citer que ces sommités. Ils ont été les témoins privilégiés de la cérémonie d’ouverture de la 8e Conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, présidée par Alassane Ouattara et Roch Marc Christian Kaboré. Les travaux se sont achevés par la signature de 3 accords de coopération devant les deux chefs d’Etat. 8 autres avaient été paraphés la veille.

En savoir plus...

Rencontre Gbagbo/Bédié : Le pacte de Bruxelles

On dit souvent en politique qu’un ami est un ennemi qu’on n’a pas encore découvert. Cela vaut aussi pour l’inverse, c’est-à-dire qu’un ennemi est un ami qu’on n’a pas encore découvert. Qui plus est dans cette faune politique ivoirienne où les alliances se font le matin et se défont le soir pour donner lieu à d’autres rapprochements, improbables.

En savoir plus...

Soleil d’Avenir : Le gouvernement du Pr Soma

A la création de son parti, Soleil d’Avenir (Mouvement S.A.), le Pr Abdoulaye Soma avait dit qu’il était contre les gouvernements pléthoriques. Alors il promettait un gouvernement resserré de treize ministres, à raison d’un par région, s’il arrivait aux affaires. En attendant que cela se concrétise, celui qui a récemment déclaré dans les colonnes de L’Observateur Paalga : «Je suis prêt à gouverner» a commencé à s’exercer à mettre en place une telle architecture gouvernementale. Ainsi, en sa qualité de président, et sur proposition d’Henri Zougmoré, Premier Conseiller Coordonnateur, Chef du Conseil Gouvernemental, le Pr Soma a pris et publié l’arrêté N°031-2019/S.A./PRES du 17 juillet 2019 portant composition du conseil gouvernemental. Nous vous proposons ledit arrêté in extenso.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS