Menu

Guinée-Bissau : La CEDEAO ne sait plus à quelle diplomatie se vouer

Un sommet extraordinaire de la CEDEAO se tient aujourd’hui à Niamey au Niger sur la situation politique de la Guinée-Bissau. C’est la deuxième rencontre du genre en l’espace de 6 mois sans que, pour autant, on  soit sûr que l’organisation régionale puisse trouver la panacée pour sortir ce pays de l’ornière de l’instabilité dans laquelle elle se débat depuis des décennies.

En savoir plus...

Opérations Bourgou IV et Takouba : Branle-bas de combat dans le Sahel

Les pays membres du G5 Sahel et leurs partenaires se sont-ils enfin réveillés et décidés à prendre l’hydre terroriste par les tentacules ? C’est la question qu’on se pose à la faveur de la récente tournée sahélienne de la ministre française des Armées qui s’est successivement rendue au Tchad, au Burkina et au Mali. Coup sur coup en effet, ce sont deux opérations d’envergure qui ont été annoncées  à un moment où beaucoup se demandent si le pronostic vital  de cet avorton  qu’est le G5 Sahel n’était pas engagé.

En savoir plus...

Lutte contre le terrorisme : L’asymétrie a bon dos

C’est désormais par sections entières que les Forces armées maliennes sont décimées. Après les attaques de Boulkessi, le 30 septembre, et de Mondoro, le 1er octobre dans le sud du pays qui aurait fait officiellement une quarantaine de morts, c’est une position des FAMA à Indelimane, vers Ménaka au nord-ouest  du pays, qui a été prise pour cible le vendredi 1er novembre dernier. L’effroyable bilan fait état d’une cinquantaine de morts.

En savoir plus...

Mort d’Al Baghdadi : Opération de salubrité internationale

Donald Trump tient lui aussi son trophée de premier choix. Après le célèbre « we got him » de Barack Obama qui avait accueilli le « traumatisme balistique » (c’est la cause officielle du décès) le 2 mai 2011 d’Oussama Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, le locataire de la Maison-Blanche a annoncé hier la mort d’un autre ennemi public numéro 1 des Etats-Unis : Abou-Bakr al-Baghdadi.

En savoir plus...

Tunisie : « Robocop » à l’épreuve du pouvoir

« On avait moqué son allure ascétique, on s’était gaussé de son  élocution monocorde et de ses traits figés qui lui ont valu le sobriquet peu flatteur de « Robocop » (1), on avait raillé son manque de charisme, on l’avait dépeint comme un ovni qui n’avait rien à faire sur le terrain de la politique. C’est pourtant celui qui passait pour une anomalie parmi les 26 candidats au premier tour de la présidentielle qui va aménager le 23 octobre prochain, date de sa prestation de serment,  au palais de Carthage. »

En savoir plus...

Première sortie publique de Khalifa Sall : Vraiment « sans haine ni rancœur » ?

Il ne s’était pas exprimé depuis la grâce présidentielle dont il a bénéficié il y a près d’un mois le 29 septembre 2019. Alors quand Khalifa Sall parle, c’est forcément un événement, comme ce fut le cas hier. L’ancien maire de Dakar était en effet ce lundi 21 octobre face à un parterre de journalistes et de militants.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS