Menu
Regard sur l'actualité

Regard sur l'actualité (248)

Daech revendique la mort des 13 soldats français : Réalité ou simple coup de com. ?

Ce serait donc la branche ouest-africaine de l’Etat islamique qui est à la base de la collision entre les deux hélicoptères de l’opération Barkhane qui a coûté la vie à 13 soldats français le 25 novembre 2019 dans la région de Ménaka. 72 heures après le drame, cette organisation a en effet revendiqué la tragédie sans qu’on sache si les djihadistes ont effectivement touché le Cougar et le Tigre ou si les deux hélicos se sont télescopés en voulant se désengager brusquement en réaction à des tirs ennemis.

En savoir plus...

13 morts à Ménaka : Jusqu’où l’opinion française pourra-t-elle encaisser ?

 

C’est un truisme que de dire que c’est la stupeur dans les rangs de la force Barkhane, avec ces 13 militaires morts d’un seul coup dans la zone dite des trois-frontières (Mali, Burkina, Niger) par suite d’une collision frontale de deux hélicoptères. Le  drame a eu lieu dans la région de Ménaka, le lundi 25 novembre dans la soirée, et, si l’on fait foi aux explications de l’état-major général des armées françaises, un abordage évoluant à très basse altitude serait à l’origine de l’accident.

En savoir plus...

Deux ans après Mugabe : La désillusion est totale

 

Deux ans déjà que Robert Mugabe, au pouvoir pendant environ quatre décennies, a abdiqué. Il est parti à la suite d’une révolution de palais alors qu’il nourrissait des ambitions présidentielles pour son épouse, Grace Mugabe. Un projet de succession qui n’a pas eu l’heur de plaire à son premier cercle dont bien des membres allaient faire les frais ou avaient même commencé à faire les frais de sa volonté de règne dynastique. La suite on la connaît.

En savoir plus...

Arrestation de Naïm Touré et suspension du FPR : La fébrilité contre-productive du pouvoir

 

Si le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré voulait donner du grain à moudre aux activistes burkinabè des réseaux sociaux, eh bien c’est réussi avec l’interpellation de l’un deux : Naïm Touré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été arrêté dans la nuit du 12 au 13 novembre dernier.

En savoir plus...

Guinée-Bissau : JOMAV joue avec le feu

Après des décennies d’instabilité chronique faites tantôt de coups d’Etat et de tentatives plus ou moins avérées, tantôt d’assassinats politiques sur fond de narco trafic, la Guinée Bissau était censée conforter, par la présidentielle du 24 novembre prochain, le processus de stabilisation politique entrepris depuis quelques années, sous l’égide notamment de la CEDEAO.

En savoir plus...

Lutte contre le terrorisme : On ne sait plus à quel treillis se vouer

C’est toujours le même scénario macabre. Les fameux « individus armés non identifiés », pour reprendre la terminologie officielle, parfois par dizaines fondent comme un essaim d’abeilles sur une localité, pillent des boutiques, incendient des maquis quand il y en a et liquident à l’envie ceux qui auront eu le malheur de se trouver sur leur funeste chemin ; à moins qu’ils choisissent des cibles à dessein : un détachement de l’armée, un groupement de gendarmerie, un poste de police, quand ce ne sont pas des fidèles chrétiens ou musulmans en pleine prière. Ils commettent leurs forfaits puis s’évanouissent dans la nature impunément.

En savoir plus...

Election Kaïs Saïed : Robocop au palais de Carthage

On avait moqué son allure ascétique, on s’était gaussé de son  élocution monocorde et de ses traits figés qui lui ont valu le sobriquet peu flatteur de « Robocop » (1), on avait raillé son manque de charisme, on l’avait dépeint comme un ovni qui n’avait rien à faire sur le terrain de la politique. C’est pourtant celui qui passait pour une anomalie parmi les 26 candidats au premier tour de la présidentielle qui va aménager le 30 octobre prochain, date de la prestation de serment,  au palais de Carthage. 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS